samedi, décembre 3, 2022
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceLes États-Unis devraient réviser leur position sur l’OMPI

Les États-Unis devraient réviser leur position sur l’OMPI

Lord Corbett of Castle ValePar Lord Corbett of Castle Vale

The Wall Street Journal, 3 juillet – L’évaluation d’Amir Taheri sur les Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI) sape finalement son propre argument pour maintenir le groupe sur la liste américaine des organisations terroristes ("Iran's Troubling Opposition," 26 juin).

 

M. Taheri a raison lorsqu’il affirme que l’OMPI a été longuement prisée par les services de renseignements occidentaux et arabes « en raison de ses sources enracinées en Iran » et parce que « le groupe a été le premier à fournir les preuves révélant le programme nucléaire clandestin de Téhéran. » Il a également raison lorsqu’il note que « l’OMPI continue de jouir d’un vaste soutien en Iran et parmi les exilés iraniens, » et que « nul autre groupe politique n’a subi autant de pertes aux mains des mollahs. »

En revanche, M. Taheri fait erreur lorsqu’il prétend que les membres de l’OMPI en Irak se sont vus accorder le statut de « prisonniers de guerre protégés » par les États-Unis et les forces de la coalition. En réalité, ils ont été reconnus comme « personnes protégées » par la Quatrième Convention de Genève, une désignation réservée aux non-combattants, et fondamentalement en désaccord avec une étiquette de « terroriste. » Par ailleurs, malgré les affirmations de M. Taheri, l’OMPI a en effet renoncé à l’opposition armée, et s’est engagée à œuvrer pour un changement démocratique et laïc en Iran. En 2003, les membres de l’OMPI à la Cité d’Achraf ont remis aux forces de la coalition des promesses de non-agression signées et vérifiables. Les agences de sécurité américaines ont contrôlé chacun des membres et ont conclu qu’ils n’étaient en rien impliqués dans le terrorisme.

L’historique de l’OMPI établi par M. Taheri est profondément erroné. Mais au lieu d’insister sur le passé, regardons plutôt la position actuelle de l’OMPI. En renonçant à l’opposition armée, l’organisation a adopté les mêmes mesures que celles suggérées par M. Taheri. L’OMPI s’est dite prête à maintes reprises à coopérer avec les autorités internationales comme une commission d’enquête de l’ONU afin de répondre à toutes les accusations lancées par l’Iran ou ses agents en Irak.

Comme l’a noté M. Taheri, le Parlement britannique a rayé l’OMPI de sa liste du terrorisme, exécutant ainsi un ordre de la Haute Cour basé sur la constatation que l’organisation n’est pas impliquée dans le terrorisme. Les États-Unis devraient suivre l’exemple de leur allié dans la guerre contre le terrorisme et retirer l’étiquette injustifiée de « terroriste » imposée à l’OMPI.
 
Lord Corbett

(Robin Corbett est un membre travailliste de la Chambre des Lords et Président du Comité Parlementaire britannique pour la Liberté en Iran.)

http://online.wsj.com/article/SB121505365777425653.html?mod=googlenews_wsj

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe