lundi, janvier 30, 2023
AccueilActualitésActualités: AchrafLes 3 400 résidents d’Achraf sont 3 400 résistants pacifiques – le...

Les 3 400 résidents d’Achraf sont 3 400 résistants pacifiques – le député Jean-Philippe Maurer

CNRI – « Nous pensons que l’attitude de chaque gouvernement vis-à-vis [du CNRI], qui constitue aujourd’hui l’alternative démocratique à la théocratie despotique au pouvoir en Iran, est l’un des critères de valeur qu’il défend », a déclaré le député Jean-Philippe Maurer à Paris le 20 juillet.

Il s’exprimait dans une conférence internationale réunissant à Paris politiciens et juristes de haut rang des Etats-Unis, de Belgique, de Suisse et de France, en présence de Maryam Radjavi, présidente élue de la résistance iranienne. Les interventions ont porté sur la situation du camp d’Achraf en Irak qui abrite 3400 opposants iraniens.

Sont intervenus à cette conférence présidée par Mme Anne-Marie Lizin, ancienne présidente du Sénat de Belgique : Maryam Radjavi, Howard Dean, président du parti démocrate américain (2004-2009), Louis Freeh, directeur du FBI (1993 – 2001), Yves Bonnet, préfet honoraire et ancien directeur de la DST, les députés français Jean Dionis du Séjour et Abdolatifou Aly, le maire du 1er arrondissement de Paris Jean-François Legaret, le magistrat François Colcombet, membre fondateur du Comité français pour un Iran démocratique, des juristes éminents comme Me Juan Garcès, avocat espagnol de premier plan, Mme Vera Gouland-Debas, professeur de droit international à l’université de Genève, et Me François Serres, directeur exécutif du comité international des juristes en défense d’Achraf.

Voici les temps forts de l’intervention de Jean-Philippe Maurer :

Madame la Présidente, chère Maryam Radjavi, chers amis, je suis heureux de pouvoir m’exprimer ici devant vous, comme vous le disiez, comme député, mais également comme Strasbourgeois ; Strasbourg, une des capitales européennes, siège également de la Cour européenne des Droits de l’Homme.

Permettez-moi de saluer, d’abord, nos éminents invités venus des Etats-Unis. Je pense qu’un échange de vue, à l’occasion de cette conférence entre parlementaires et hommes politiques des deux côté de l’Atlantique est d’autant plus nécessaire que le Moyen-Orient traverse une période de turbulence qui déterminera le sort de la paix et de la sécurité dans cette région sensible du monde.

Je parle ici au nom d’une très grande majorité de mes collègues députés. Nous restons mobilisés sur une préoccupation qui est la nôtre depuis plusieurs années, c’est-à-dire là situation humanitaire des résidents du camp d’Achraf.

À l’occasion des cérémonies du 14 juillet, le Président de la République, Nicolas Sarkozy, a rappelé, à juste titre, que la France, grands pays qui porte des valeurs, ne peut laisser massacrer des innocents. C’est un encouragement pour des milliers de parlementaires, de juristes, d’ONG, qui aujourd’hui, à travers le monde, font appel à la responsabilité des États et de l’ONU pour que les résidents d’Achraf ne subissent par le sort tragique des victimes de Srebrenica, dont il y a quelques jours nous avons commémoré le triste anniversaire.

C’est dans cet esprit que nous, parlementaires de tous horizons politiques, qui animons le Comité parlementaire pour un Iran laïque et démocratique, nous avions annoncé, à l’occasion d’une réunion le 18 mai dernier, près de l’Assemblée nationale, à laquelle était conviée et a  participé Mme Radjavi, Présidente élue du CNRI, dans notre déclaration finale que je cite : « Notre soutien au plan proposé par la délégation du Parlement européen des relations avec l’Irak et le considérons compatible avec l’appel de la majorité parlementaire pour la protection des résidents d’Achraf . De notre point de vue, tout déplacement des résidents d’Achraf à l’intérieur de l’Irak ne serait que prétexte pour une nouvelle tuerie. Nous demandons à l’ONU d’assurer la protection des habitants, conformément à ce plan, c’est-à-dire par l’instauration d’une équipe de l’UNAMI, sur place, protégée par l’armée américaine. » Je répète bien « protégée par l’armée américaine ».

Notre déclaration est même allée plus loin en appelant le gouvernement français à reconnaître la résistance contre la dictature religieuse en Iran et à envisager d’établir un dialogue avec le CNRI, le Conseil Nationale de la Résistance Iranienne.

En effet, nous pensons que l’attitude de chaque gouvernement vis-à-vis de cette opposition, qui constitue aujourd’hui l’alternative démocratique à la théocratie despotique au pouvoir en Iran, est l’un des critères de valeur qu’il défend. De même, l’attitude du gouvernement américain vis-à-vis de la protection des résidents Achraf autant que sur le retrait de l’OMPI de la liste noire du département d’Etat serait un critère pour les USA et pour la politique internationale de M. Obama.

Vous l’aurez compris, tout renoncement est une faiblesse ; tout renoncement est une impasse. Les 3 400 résidents d’Achraf sont 3 400 résistants pacifiques, ce sont 3 400 consciences éveillées, 3 400 consciences mobilisées. Eh bien, disons leur non seulement : vous n’êtes pas seuls, mais nous sommes avec vous et la mobilisation ne fait que commencer. Merci beaucoup.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe