vendredi, décembre 9, 2022
AccueilActualitésActualités: AchrafL’émissaire américain aide les mollahs iraniens (UPI)

L’émissaire américain aide les mollahs iraniens (UPI)

Par ROBIN CORBETT, tribune Opinion d’UPI

United Press International, le 26 juillet – Les attaques par les forces irakiennes du camp d’Achraf, qui abrite des Iraniens partisans de la démocratie, ont fait 47 morts et 1071 blessés parmi les habitants, rendant les Etats-Unis coupables d’avoir ignoré leur responsabilité de les protéger et de prévenir ces crimes de guerre.

Les Etats-Unis ont jusqu’ici ignoré les appels à imposer leur autorité par l’intermédiaire des Nations Unies, laissant leur malheureux émissaire Lawrence Butler, nommé pour aider à résoudre le problème, aggraver la situation et aider à préparer un nouvel assaut meurtrier contre des réfugiés sans défense. Les commentaires biaisés de Butler sur la résistance des Moudjahidines du peuple d’Iran parus dans un article du New York Times (le 23 juillet) le placent du côté des forces du Premier ministre irakien qui, sous les ordres des Iraniens, prévoient une nouvelle attaque.

Il était prévu qu’à la suite du dernier raid contre Achraf en avril, les Etats-Unis et Butler publient le rapport d’une visite par le personnel politique, militaire et médical américain du camp, leurs observations sur les dépouilles des résidents tués et l’état des blessés, qui se voient refuser une assistance médicale adéquate. Il était également prévu qu’il ne ferait pas obstacle à des visites d’Achraf par les membres du Parlement Européen et du Congrès américain.

Au lieu de cela, après trois mois de négociations avec la direction du camp, l’ambassadeur Butler a violé une promesse consistant à maintenir le caractère confidentiel des discussions en faisant entrer clandestinement un journaliste du New York Times à Achraf, dont l’article a aidé à justifier l’échec des Etats-Unis à empêcher un autre massacre et de nouveaux crimes. Étonnamment, Butler a attaqué violemment les résidents affirmant qu’ils étaient coupables de « crimes » et de mensonge, qu’ils étaient dangereux et « avaient du sang sur les mains ».

Personne ne lui a dit qu’en 2003, les responsables américains de la sécurité ont interrogé individuellement les 3 400 résidents, les innocentant de toute violation de la loi américaine et leur délivrant des cartes confirmant leur statut de « personnes protégées » en vertu de la 4ème Convention de Genève et cela jusqu’à ce que leur avenir soit assuré.

Les commentaires de Butler ont comblé de joie les mollahs de Téhéran.  «Washington fait énormément d’efforts afin de sauver les membres de l’OMPI et du camp d’Achraf, mais jusqu’à présent, ces efforts n’ont donné aucun résultat », ont chanté en chœur leurs médias officiels.
 
Et le secrétaire adjoint du Département d’Etat américain a fait écho en qualifiant l’OMPI de « groupe dangereux ». Or une branche de la Cour d’Appel du Royaume-Uni a statué que la proscription de l’OMPI était « perverse » à la lumière des éléments de preuve et du refus du gouvernement de réhabiliter le groupe et lui en a donné l’ordre en 2008. L’Union Européenne a fait de même.

Butler tente d’excuser le bourreau responsable des violences contre Achraf et accuse l’OMPI du sang versé jusqu’à présent ainsi que de celui qui sera versé, alors que l’Irak utilise toute la force nécessaire pour démolir le camp d’ici la fin de l’année sur les ordres de l’Iran.

L’article de Tim Arango, le porte-parole de Butler, paru dans le New York Times, indiquait : « Butler tient à mettre à mal ce qu’il pense être un faux récit débité sur le groupe depuis l’invasion américaine (de l’Irak en 2003) qui l’a aidé à obtenir un soutien aussi important ». Sans la moindre preuve – preuve qui de toute façon, selon le tribunal britannique, n’existe pas – Butler aurait déclaré, pensant être hors de portée des oreilles des représentants de l’OMPI : « Ils ont du sang sur les mains ».

Butler aurait affirmé que l’OMPI n’a jamais fourni aucun renseignement utile concernant le gouvernement iranien ou son programme nucléaire et que durant six ans, elle a fourni des renseignements douteux à la Defense Intelligence Agency, qui ne seraient qu’« un tas de mensonges ».

Étrange alors qu’un ancien président américain, vice-président, secrétaire d’Etat et conseiller à la sécurité nationale aient reconnu que les projets nucléaires de l’Iran ont été dévoilés pour la première fois par l’OMPI, de même que les détails de l’ingérence meurtrière de l’Iran en Irak.

La proposition de Butler de réinstaller les résidents d’Achraf ailleurs en Irak semble n’être soutenue que par l’Irak et l’Iran. La commission des Affaires étrangères de la Chambre des Représentants américaine, le Parlement Européen, le président du Parlement irakien et 4 000 parlementaires du monde entier déclarent que cela ne fera qu’exposer les résidents à un plus grand risque encore. Le Secrétaire général des Nations Unies au Conseil de Sécurité a exhorté les Etats membres à soutenir une résolution adoptée par l’Irak et les résidents d’Achraf.

Les gagnants dans tout cela, sont les mollahs de Téhéran. Ça ne peut pas être la volonté de la Secrétaire d’Etat américaine Hillary Clinton et elle devrait rappeler Butler et le remplacer par un émissaire qui soutienne les appels étendus à réinstaller les habitants dans des pays tiers.

Alors que le régime intégriste iranien a intensifié ses efforts en vue d’obtenir des armes nucléaires et son ingérence meurtrière au Moyen-Orient, la politique actuelle des États-Unis est profondément nuisible. Sa poursuite incite l’Iran et met en danger les intérêts de l’Occident et de millions de personnes qui appellent à la liberté en Iran.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe