vendredi, février 3, 2023
AccueilActualitésActualités: NucléaireLe régime en Iran veut l’arme atomique pour étendre sa domination –...

Le régime en Iran veut l’arme atomique pour étendre sa domination – (Manifestants à Vienne)

Le régime en Iran veut l’arme atomique pour étendre sa domination – (Manifestants à Vienne)CNRI – A la fin de la manifestation à Vienne, en Autriche, devant le siège de l’AIEA, les Iraniens ont appelé le Conseil des Gouverneurs à envoyer le régime des mollahs au Conseil de Sécurité de l’ONU pour y décider de mesures sévères. Voici la résolution adoptée par les manifestants :

Nous sommes réunis ici aujourd’hui à Vienne car la dictature médiévale au pouvoir en Iran se moque du consensus international de grande envergure qui exige un arrêt de ses activités nucléaires.  Le régime a redémarré l’enrichissement de l’uranium à Natanz, défiant ainsi directement la communauté internationale et a clairement montré ses ambitions sinistres de développer des armes nucléaires.

Le régime a en même temps intensifié son intervention intégriste et son soutien au terrorisme dans d’autres États. Il fait son possible pour dominer l’Irak et établir une autre dictature religieuse satellite dans ce pays. A cette fin, les mollahs ont fait entrer des millions de bulletins de vote truqués lors des récentes élections parlementaires en Irak, soudoyé et fait chanter les observateurs locaux de ces élections afin de provoquer la victoire des candidats qui leur sont loyaux.

Une vague de répression sans précédent a balayé l’Iran ces derniers temps. La répression cruelle de la grève héroïque des employés des transports en commun à Téhéran la semaine dernière a marqué un autre tournant dans les troubles en Iran. Des centaines d’employés des transports en communs ont été violemment battus et blessés par les forces de sécurité du régime. Les agents de sécurité et des services de renseignements ont été déployés dans plusieurs points de Téhéran et plus de 1200 employés des transports avec leurs femmes et leurs enfants ont été arrêtés et emmenés dans des centres de détention inconnus

Dans les six mois qui ont suivi la nomination de Mahmoud Ahmadinejad en tant que président par le guide suprême Ali Khamenei, au moins 160 prisonniers ont été pendus ou condamnés à mort. Des arrestations ont lieu quotidiennement dans la capitale et dans d’autres villes d’Iran. Les jeunes Iraniens et les femmes sont de plus en plus victimes des agressions des milices religieuses du régime.

Cette situation est le résultat direct de cette politique honteuse de complaisance à laquelle l’Occident a adhéré, particulièrement l’Europe, sous prétexte de soutenir les modérés en Iran. Mais il ne demeure pas moins vrai que cette politique n’était qu’un moyen de justifier les intérêts économiques de l’Occident en Iran et de signer des contrats à gros profits avec le régime clérical.

Les partenaires européens du régime viennent de se rendre compte que les mollahs ont utilisé le temps que leur offrait la politique de complaisance pour poursuivre et mener à bien leurs ambitions nucléaires et n’ont pas honoré les nombreuses promesses qu’ils ont faites dans le passé. Ils se sont également servis de cette opportunité pour réprimer le peuple iranien, intervenir en Irak, éliminer leurs rivaux internes et ainsi lancer le plus grand défi jamais vu à la paix internationale et à la sécurité. La semaine dernière, le guide suprême du régime a souligné que « la République islamique d’Iran est maintenant membre du club nucléaire mondial ». Il a insisté sur la poursuite du programme nucléaire du régime et a affirmé que le monde « ne peut influer sur la volonté » du régime.

Nous nous sommes rassemblés ici pour déclarer à l’unisson aux côtés du peuple iranien :

1. L’insistance du régime clérical à poursuivre son programme nucléaire révèle ses intentions maléfiques de développer des armes nucléaires et de défier la volonté de la communauté internationale. Obtenir des armes nucléaires fait partie de la stratégie de survie des mollahs et de protection de leur régime théocratique médiéval. Un autre aspect de cette stratégie est l’exportation du terrorisme et de l’intégrisme dans le monde islamique, en particulier en Irak afin de dominer ce pays, ainsi que l’opposition à la paix au Moyen Orient.
2. Les menaces du régime clérical à la paix et à la tranquillité sont l’autre face de leur tendance à la violation flagrante des droits humains. La politique d’apaisement ces vingt dernières années, et surtout l’étiquette de terroristes et la pression exercée contre l’élément principal de la Résistance iranienne, les Moudjahidines du peuple, ont constitué le plus grand obstacle à un changement en Iran. Cette politique a non seulement nui énormément au peuple iranien, mais elle a de plus donné libre cours à l’interférence du régime dans les affaires d’autres pays, et particulièrement en Irak. Dans une déclaration du 28 avril, des millions d’Irakiens ont affirmé que la pression et les restrictions à l’encontre des Moudjahiddins du peuple avaient « bouleversé l’équilibre stratégique des pouvoirs dans cette région sensible du globe ».
3. L’expérience des trois dernières années témoigne de la nécessité d’un examen immédiat du dossier nucléaire du régime iranien au Conseil de Sécurité et l’imposition de sanctions adaptées, ainsi que le retrait de l’étiquette de terroristes de l’OMPI. Un délai supplémentaire donne aux mollahs une plus grande chance de développer la bombe nucléaire.
4. Aujourd’hui, le monde admet que la solution définitive au grand défi que lancent les mollahs à la sécurité mondiale est un changement démocratique. Ce changement interviendra non pas par la complaisance, ni par une guerre internationale. La clé menant à ce changement est entre les mains du peuple iranien et de sa résistance organisée, qui lutte pour la liberté et la souveraineté du peuple depuis un quart de siècle.
5. Les Iraniens et la résistance incarnent la liberté. Le moment est venu pour l’Europe et l’Amérique de se ranger de leur côté en abandonnant la politique de complaisance. La première étape est le retrait de l’étiquette de terroristes de l’OMPI. Des milliers de parlementaires d’Amérique et d’Europe ainsi que des centaines des plus éminents experts en droit international ont souligné que l’étiquette de terroristes n’avait aucun fondement légal, politique ou moral.
6. En plus de son inquiétant programme nucléaire, les dossiers de l’exportation du terrorisme du régime iranien et de ses violations des droits humains, dont l’exécution de 120.000 opposants, doivent aussi être envoyés devant le Conseil de Sécurité. Les dirigeants du régime de Téhéran doivent faire face à un tribunal international pour répondre de leurs crimes contre l’humanité.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe