mercredi, décembre 7, 2022
AccueilActualitésActualités: Terrorisme & intégrismeLe régime redoute un boycott général de la farce électorale en Iran

Le régime redoute un boycott général de la farce électorale en Iran

A l’approche de la mascarade électorale, les ténors du régime ne cachent plus leur crainte d’une abstention générale le jour du scrutin. Le mollah Ahmad Khatami, de la direction du Conseil des Experts, a expliqué dans son sermon du vendredi 7 juin que « le problème primordial de la participation pour le système islamique comme pour l’ennemi, est le problème de l’abstention (…) voter pour chaque candidat qualifié, revient en vérité à voter pour le système islamique (…) réveille-toi nation du Hezbollah ! » Préparant le terrain à une fraude gigantesque, il a ajouté : « Avec la grâce de Dieu, vous engendrerez une épopée et pour la énième fois vous rendrez malheureux votre ennemi. » Or deux jours plus tôt, il plastronnait en assurant que « dans les sondages parus il y a quelques jours, 70% de la population disent vouloir aller voter et ce taux dans les jours qui viennent passera à 80% et 90%. » (Agence Fars des gardiens de la révolution, 5 juin)

Le mollah Alamolhoda, qui représente le guide suprême du régime Khamenei à Machad (nord-est de l’Iran) et officie comme imam du vendredi, a bassement essayé de jouer sur les sentiments religieux de certaines couches sociales. Il n’a pas hésité à menacer : « Ceux qui n’iront pas voter iront directement en enfer (…) boycotter le scrutin c’est comme abandonner l’Imam Hussein le soir de l’Achoura [bataille livrée par le 3e imam chiite, petit-fils du Prophète Mohammad, où il fut tué] (…) ce sont les impies et les infidèles qui ne participent pas à l’élection. » (Agence Mehr du ministère du Renseignement, 7 juin).

Le général des pasdaran Mohammad Reza Naghdi, commandant de la milice du Bassidj, a lui aussi renchéri : « Aller aux urnes signifie voter pour l’échec des sanctions, quand un maximum de gens participent c’est la plus grande démonstration de force qui garantit notre sécurité nationale. » (Agence officielle Ressa, 7 juin)

Le mollah Sedighi, de la faction de Khamenei, y était aussi allé de sa mise en garde : « Le problème principal, c’est le problème de l’élection, l’élection pour nous est une question d’honneur, c’est choisir son destin. L’ennemi bande ses muscles pour nous affronter. Ce qui le fera réussir, c’est de voir la population démotivée (…) L’élection cette fois est plus sensible que la dernière fois. » (Médias officiels, 31 mai)

Secrétariat du Conseil national de la résistance iranienne
Le 8 juin 2013

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe