vendredi, janvier 27, 2023
AccueilActualitésActualités: Terrorisme & intégrismeLe régime iranien et Daech sont les deux faces d'une même médaille

Le régime iranien et Daech sont les deux faces d’une même médaille

Le régime iranien et ISIS sont les deux faces d'une même médaille

Soona Samsami, le représentant de la Résistance iranienne à Washington, averti que le régime iranien et Daech sont les deux faces d’une même médaille et que finalement, pour vaincre l’extrémisme islamique, la communauté internationale doit soutenir le peuple iranien et sa résistance organisée qui ont du mal à parvenir à la liberté et à la démocratie. Mme Samsami a fait ces remarques dans une colonne dans l’édition du Townhall de jeudi.

Townhall

Daech, régime de Téhéran, deux faces d’une même médaille

Soona Samsami | 7 avril 2016

Les attaques terroristes barbares à Bruxelles étaient un rappel clair de la menace croissante de l’extrémisme islamique. Cette idéologie vicieuse continue à prendre de nouvelles formes — une fois al-Qaïda, maintenant Daech, à la fois avec l’objectif commun de créer un « État islamique » capable de faire appliquer la charia et de saper les réalisations du monde civilisé.

Alors que la version sunnite de l’intégrisme cherche désespérément à atteindre cet objectif, la version chiite à Téhéran a été mise en place depuis près de quatre décennies. Il devrait être confronté, pas apaisé.

La Syrie, l’Irak et le Yémen sont devenus des lieux de reproduction pour Daech, une bénédiction déguisée pour Téhéran parce qu’elle justifie commodément la malfaisance extraterritoriale des mollahs.

Certains en Occident continuent à leurs espoirs sur les « réformes » insaisissables dans l’établissement clérical, malgré le fait que l’ordre du jour régional du régime iranien est, dans les mots de son Guide suprême Ali Khamenei, « diamétralement opposée » à celle de la communauté internationale. Leur optimisme est alimenté par l’attente erronée de la réforme politique à la suite de l’accord sur le nucléaire. Ni les faits ni les preuves n’appuient cette affirmation.

Plutôt que de changer de cap, Téhéran est toujours plus catégorique que les autres devraient suivre ses politiques régionales destructrices. Il a récemment mené plusieurs essais de missiles au mépris éhonté des résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU. Et si l’amélioration des droits de l’Homme est un signe de la modération, la situation a beaucoup empiré sous le soi-disant président « modéré » Hassan Rohani.

Ce mois-ci, un expert des Nations Unies indépendant pour les droits de l’Homme a exprimé de sérieuses préoccupations au sujet du « taux extrêmement élevé d’exécutions » en Iran, « en particulier pour les délinquants mineurs. » L’organisation des droits humains Amnesty International a appelé l’Iran l’un des derniers bourreaux restants des enfants dans le monde. Voilà à peine un signe de la réforme.

En outre, les femmes continuent d’être traitées comme des citoyens de seconde classe. L’année dernière, des dizaines ont été victimes d’attaques à l’acide par des voyous organisés par le gouvernement pour violation des lois strictes sur le voile du régime.

Le fait est que le régime iranien est contrôlé par un religieux non élu — équivalent au « Calife » dans le « khalifat » légendaire — redevable à personne.

Quelques jours après la signature du plan global d’action conjoint (JCPOA) l’année dernière, Khamenei a mis en garde : « Nous ne pourrons jamais cesser de soutenir nos amis dans la région et le peuple de Palestine, le Yémen, la Syrie, l’Irak, au Bahreïn et au Liban. Même après cet accord notre politique envers les États unis arrogants ne changera pas. »

Il a réitéré cette position radicalement antiaméricaine dans ses remarques à Norouz, le 20 mars. L’adresse quatre-vingt-cinq minutes axée sur la complexité de l’Occident, et en particulier américaine, l’animosité contre l’Iran, en décrivant les États-Unis comme l’« ennemi par excellence. » Il a qualifié la rhétorique récente concernant l’après-accord comme un complot américain pour injecter l’idée d’un changement politique dans l’esprit des Iraniens et l’élite, et a critiqué l’équipe de négociation sur le nucléaire de l’Iran pour avoir violé certaines de ses lignes conductrices.

Les attaques à Bruxelles cette semaine devraient envoyer un message aux capitales occidentales que le financement du régime iranien du terrorisme et de l’extrémisme continuera à menacer et déstabiliser la région du Moyen-Orient et dans le monde. La théocratie ne peut être réformé, car toute retraite de ses politiques actuelles serait inévitablement relâché son emprise sur le pouvoir et ouvrir la porte à un changement fondamental.

De nombreux observateurs conviennent que le véritable espoir de la réforme se situe dans la société iranienne plus grande et les rangs de l’opposition réelle, et non pas dans les limites rétrécies d’une théocratie en décomposition.

Le rideau du communisme est finalement tombé en Europe orientale lorsqu’elle est tirée vers le bas par la population agitée de cette région ; le rideau en Iran ne pourra tomber qu’ainsi.

La communauté internationale et le gouvernement des États-Unis, pour cette matière, ne peuvent résoudre le problème iranien sans mettre l’accent sur le problème lui-même — le régime. Sinon, les efforts visant à susciter un véritable changement échoueront. Le retrait d’Assad du pouvoir, et mettant ainsi fin à l’implication du régime iranien en Syrie, serait un bon point de départ. Il arrêterait également ISIS dans ses pistes.

En fin de compte, la réponse à l’extrémisme islamique réside dans les mains du peuple, en particulier le peuple iranien et leur opposition organisée, qui devraient être soutenus sérieusement. La suppression de l’épicentre de l’intégrisme en Iran a un long chemin devant elle jusqu’à ce que le monde soit libre de la menace vile de l’extrémisme.

Soona Samsami est le représentant aux États-Unis pour le Conseil national de la Résistance iranienne.

 

Source: TownHall

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe