vendredi, janvier 27, 2023
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceLe recteur de la mosquée d'Evry : l’extrémisme n’existe pas dans ma...

Le recteur de la mosquée d’Evry : l’extrémisme n’existe pas dans ma religion

Le recteur de la mosquée d'Evry : l’extrémisme n’existe pas dans ma religion

CNRI – Khalil Merroun, recteur de la mosquée d’Evry, participait le 21 novembre à une cérémonie au siège du Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI) à Auvers-sur-Oise, pour commémorer les victimes des attentats terroristes à Paris et en solidarité avec le peuple français.

De nombreuses personnalités politiques, des défenseurs des droits de l’homme et des dignitaires religieux représentant la communauté musulmane en France, ainsi que Maryam Radjavi, présidente-élue du CNRI, étaient présents à cette cérémonie où les participants ont déposés des gerbes de fleurs sur un stèle à la mémoire des victimes de la tragédie du 13 novembre et ont fait voler 130 ballons en forme de pigeon symbolisant les 130 innocents qui ont perdu leur vie sous le feu de l’intégrisme et du terrorisme à Paris.

Dans son intervention, le président du Comité des musulmans de France en défense des droits des Achrafiens (du camp Liberty) a déclaré : « Je me déclare solidaire avec mes compatriotes qui sont tombés gratuitement sous les balles, et les bombes humaines qui sont détournées et leur cerveau est lavé. Ils ont fait du mal à un pays qui leur a tout donné. A juste titre, ma sœur (Halima) Boumediene disait qu’il faut de la justice. Il ne faut pas qu’on abandonne le jeune, pour qu’il puisse se détourner de nous et aller vers le Diable.

Iran / Khalil Merroun : Le recteur de la mosquée d'Evry : l’extrémisme n’existe pas dans ma religion

Je voudrais vous amener une parole qui date de 14 siècles. Alī ibn Abī T̩ālib, le gendre du prophète. Il avait déjà le pressentiment qu’il y aurait des gens avec un drapeau noir et il disait : « Quand vous verrez des drapeaux noirs, ne bougez pas, vous les musulmans, vous qui croyez en un vrai islam. Ne bougez pas de votre place. Il apparaîtra une communauté d’immatures dont le cœur est comme des morceaux de métal. Ils se présentent comme les représentants de l’État.

Ils n’acceptent ni discussion ni alliance. Ils appellent à la vérité mais ne sont pas des gens de vérité. Il nous l’a décrit les cheveux qui sont longs et lâchés comme ceux des femmes. Ils sont proches les uns des autres, jusqu’au moment où naîtra des conflits entre eux. Et c’est ça l’espoir. Ensuite, Allah donnera la vérité à qui Il voudra ». Car mon Allah est celui qui dans la vie ne donne pas la mort.

C’est pour cela qu’il ne faut pas faire d’amalgame. Les terroristes du 13 novembre, ils ont commis la plus grande faute qui s’est dirigée contre eux. Ils ont cru qu’ils allaient nous donner l’occasion de tomber dans le piège qu’ils nous ont tendu. C’est-à-dire de créer un fossé entre les musulmans de ce pays et le reste de la population nationale. Mais comme ils ont tué la diversité nationale : juifs, chrétiens, musulmans, athées, agnostiques ; leur sang a été mélangé ce jour-là, sur les terrasses des Cafés. Ils étaient en train de manger, de boire, de vivre. Librement…

Eh bien, j’ai constaté dans mon expérience qu’à chaque fois où il y avait un attentat, à New York ou ailleurs, tous les journalistes de France et de Navarre venaient nous voir dans les mosquées et certains voulaient qu’on se justifie. Cette fois-ci les journalistes français ne sont pas venus nous voir parce qu’ils ont compris que l’endoctrinement ne se faisait pas dans les mosquées et que nous étions solidaires. Et c’est pour cela que je salue, de cette tribune, les imams de France, qui dans leur quasi majorité, ont fait un prêche spécial ce vendredi.

Nous avons appelé le Diable par son nom. Ils ont pris conscience qu’il faillait se détacher. L’extrémisme n’existe pas dans ma religion. Ma religion est la religion du juste milieu, et le juste milieu il est large. Il suffit que je ne dépasse pas cet extrême pour ne pas tomber dans les bras du Diable. Et ne pas tomber dans cet extrême. Satan n’est pas visible, mais ceux qu’il détourne, nos jeunes, ils sont visibles.

Je vous ai dit que je ne suis pas dupe. Je sais comment les mollahs (iraniens) utilisent ce que vous appelez Hatzaïr. Je voudrais l’expliquer à l’assistance. Hatzaïr c’est quand il te parle, tu crois qu’il te parle sincèrement, mais au fond de lui-même, il cache une hypocrisie profonde. Tu crois qu’il est ton allié, mais il est le contraire, il est plutôt ton ennemi. Madame la Présidente, si l’Iran veut être dans la Coalition – oui nous acceptons la Coalition, nous voulons que tout le monde condamne le Diable – mais il faudrait au moins qu’ils établissent la démocratie dans leur propre pays. Que les Iraniens puissent rentrer librement chez eux, et qu’ils participent librement, comme l’islam le propose, aux choix de ses élus.

L’islam n’est pas contre la démocratie. Il y a un verset du Coran, le ‘chowra’, qui veut dire en arabe « consultation », consulter le peuple. Et nous trouvons que le prophète Mohammed alayhi as-salām n’a pas désigné un successeur. Il a laissé les musulmans choisir librement celui qui doit les mener, jusqu’au quatrième khalife. Et aujourd’hui on nous dit qu’il y a un khalife. Mais qui l’a nommé « khalife» ? 99% des musulmans du monde ne se reconnaissent pas dans cet islam qui tue. Comme je vous ai dit, mon Allah donne la vie.

Et je conclurai par vous dire que l’islam ordonne « ne tuez pas l’âme humaine », que Allah a déclaré sacrée. Ceux qui tuent des personnes innocentes, ils n’ont pas le sens du sacré. Ils n’ont que la culture de la violence (…) Ce qui est important aujourd’hui, face à ceux qui ont voulu nous livrer la guerre civile entre nous, de leur dire que vous ne nous avez pas empêché d’allumer la lumière de notre intelligence, pour rester solidaires et unis autour de la liberté, l’égalité, la fraternité et la laïcité. Sans la laïcité, je n’aurai pas pu construire une mosquée aussi grande à Ivry. »

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe