lundi, décembre 5, 2022
AccueilActualitésActualités: AchrafLe plan de l'Irak de déplacer les résidents d'Achraf en Irak revient...

Le plan de l’Irak de déplacer les résidents d’Achraf en Irak revient à les faire massacrer – Vice-président PE

Déclaration de M. Alejo Vidal-Quadras, Vice-président du Parlement européen

Mme Ashton porterait la responsabilité de cette tragédie éventuelle

Le Parlement européen a reçu un document extrêmement dangereux de l’ambassade d’Irak à Bruxelles. Ce document dit très clairement que l’Irak envisage de déplacer de force les habitants d’Achraf et de les disperser de manière répressive et illégale à travers l’Irak. Cela ne nous laisse aucun doute sur les intentions malveillantes du Premier ministre Maliki.

On entend souvent des assurances données aux responsables de l’ONU et des Etats-Unis par le gouvernement irakien, comme quoi les résidents d’Achraf seront bien traités dans tout nouvel emplacement où ils seront envoyés. Le gouvernement irakien promet que des observateurs de l’ONU seront habilités à mener des inspections régulières. Toutes ces promesses du gouvernement irakien n’ont strictement aucune valeur. Quelques heures à peine avant le début de la tuerie d’avril 2011 lorsque 36 personnes ont été violement assassinées, les résidents d’Achraf avaient reçu un message via l’ambassade américaine du Premier ministre irakien, qui donnait l’assurance qu’il n’y aurait pas de violence.

Il ne fait aucun doute que lorsque les résidents d’Achraf seront dispersés en petits groupes, les forces irakiennes et la force Qods iranienne iront les torturer et les assassiner sans que le monde en soit informé.

Le droit de l’Irak à la souveraineté n’est pas une excuse pour justifier la date butoir de la fin de 2011, créant ainsi le climat pour un autre massacre. Il s’agit d’une utilisation manifestement abusive du droit pour justifier un crime contre l’humanité. En aucune façon le droit à la souveraineté ne pourrait être utilisé pour justifier la violation systématique des droits humains. Il défie le principe de la Responsabilité de Protéger (RtoP), sinon les crimes commis par Kadhafi en Libye et Assad en Syrie pourraient être justifiés par leur droit à la souveraineté. Mais en mars 2011, le Conseil de sécurité des Nations Unies a approuvé les interventions en Libye et en Côte d’Ivoire, et maintenant il y a des pourparlers sur la création d’une zone de refuge pour les opposants à la dictature d’Assad en Syrie.

Si l’Irak était sincèrement intéressé par l’évacuation des résidents d’Achraf et leur départ d’Irak, il aurait pu coopérer avec le HCR et l’Union européenne. Mais le Premier ministre Maliki a clairement montré qu’il suit les ordres du régime iranien qui cherche à la destruction ou la capitulation des résidents d’Achraf.

Si l’Irak menait son plan pour déplacer les résidents de force, personne ne pourra les priver de leur droit légitime de résister. Si les gouvernements occidentaux ne soutiennent pas leurs droits, il est tout naturel qu’ils préfèrent une mort honorable que de se rendre et d’être ensuite tués dans des lieux perdus.

Je demande à la baronne Ashton et aux ministres européens des Affaires étrangères qui se réuniront aujourd’hui de condamner immédiatement cette date butoir répressive  de fermeture d’Achraf,  qu’ils appellent à son annulation et condamnent toute forme de déplacement forcé des résidents d’Achraf en Irak. Le silence et l’inaction relèvent de la complicité dans une telle tragédie humaine et sont totalement inacceptables.

Étant donné que le gouvernement irakien ne permet pas au HCR de commencer la vérification des identités des résidents d’Achraf et le processus d’affirmation de leur statut de réfugié sur une base individuelle, la seule voie qui reste pour empêcher un massacre de gens désarmés et sans défense, est que le HCR accorde un statut général de réfugié aux résidents d’Achraf jusqu’à ce que les entretiens individuels et la finalisation de chaque demande soient terminés ; nous demandons à Mme Ashton d’exhorter le HCR à suivre cette ligne.

Le Conseil de sécurité de l’ONU doit faciliter et garantir la protection des résidents d’Achraf par des casques bleus  des Nations Unies et l’installation d’observateurs de l’ONU jusqu’au  transfert de la dernière personne vers un pays. Nous demandons à l’UE de poursuivre cet objectif.

Alejo Vidal-Quadras
Jeudi 1 décembre 2011

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe