samedi, février 4, 2023
AccueilActualitésActualités: AchrafLe HCR se penche sur les résistants iraniens en Irak

Le HCR se penche sur les résistants iraniens en Irak

Par Céline Zünd

Le Conseil national de la résistance iranienne a invité ses soutiens étrangers à Genève pour sommer l’ONU, une fois de plus, de protéger les combattants iraniens du camp d’Achraf.

Le Temps (Suisse), 24 septembre -Quand elle s’est levée pour prendre la parole dans la salle du Victoria Hall de Genève jeudi, Maryam Rajavi affichait un large sourire et une assurance conquérante. La présidente du Conseil national de la résistance iranienne (CNRI) est la voix des résidents d’Achraf. Dans ce camp, situé en Irak, vivent 3400 réfugiés membres de l’opposition en exil au régime de Téhéran. En avril dernier, 36 d’entre eux ont perdu la vie dans un raid des forces irakiennes.

Selon le CNRI, les réfugiés vivraient à présent sous la menace d’une nouvelle attaque de Bagdad, qui, en pleine réconciliation avec l’Iran, impose un ultimatum pour évacuer la zone d’ici à la fin de l’année. La conférence organisée jeudi a attiré plus d’un millier de membres de la diaspora iranienne dans la salle de spectacle genevoise. L’occasion, pour le CNRI, d’alerter une fois de plus la communauté internationale sur la situation d’Achraf. Mais il avait cette fois-ci une raison de se réjouir: la semaine dernière, le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés a reconnu les résidents du camp comme demandeurs d’asile. «C’est bien, mais insuffisant, estime la présidente de la résistance iranienne. Le HCR doit reconnaître le statut complet de réfugié à l’ensemble des Achrafiens.»

Maryam Rajavi a appelé le gouvernement américain à radier les Achrafiens de sa liste d’organisations terroristes. L’Organisation des moudjahidines du peuple iranien (OMPI) dont ils font partie est inscrite sur la liste noire des Etats-Unis depuis 1997, alors que Washington et Téhéran resserraient leurs liens.

Soutien massif

Plusieurs personnalités acquises à la cause des résidents d’Achraf, dont de nombreux Américains, tel le maire de New York, Rudi Giuliani, se sont succédé à la tribune jeudi. Parmi leurs soutiens suisses figurait le membre du Conseil administratif de Genève Rémy Pagani et le parlementaire Eric Voruz. «Les héros d’Achraf subissent un blocus inhumain», a asséné ce dernier, en référence à la situation du camp, fermé par les militaires irakiens et privé de médicaments. «L’ONU doit bouger pour installer une équipe d’observateurs sur place. Si le sang coule à nouveau, nous vous tiendrons pour responsables», a ajouté le parlementaire. «Plus nous attendons, plus la population d’Achraf est en danger», a asséné Rudi Giuliani sous des applaudissements nourris.

Chacune des interventions des résistants iraniens dans le monde s’accompagne d’une cohorte de fervents supporters. L’organisation dispose de moyens colossaux pour attirer l’attention sur sa cause. Une somme qu’elle ne souhaite pas communiquer, «pour des raisons de sécurité», indique Afchine Alavi. Le représentant du CNRI précise que les fonds proviennent essentiellement de la communauté iranienne. Régulièrement, la chaîne télévisée de la résistance organise des téléthons pour récolter des fonds en faveur du camp d’Achraf. «La dernière fois, 3 millions de dollars (2,7 millions de francs suisses) ont été récoltés.»