jeudi, décembre 8, 2022
AccueilActualitésActualités: AchrafLe groupe parlementaire al-Iraqia vise les relations de Maliki avec le régime...

Le groupe parlementaire al-Iraqia vise les relations de Maliki avec le régime iranien

CNRI – Dans une interview sur la chaine télévisée al-Sharqia, Sulaiman al-Jumaili, chef du groupe parlementaire al-Iraqiya, la coalition qui a remporté les élections et la faction la plus importante au sein du parlement irakien, a répondu à des questions concernant les conditions politiques et de sécurité en Irak, les relations du gouvernement Maliki avec le régime iranien et la question du camp d’Achraf. En voici des extraits :

Al-Sharqia : Le Président Talebani a annoncé depuis Téhéran la fermeture du camp d’Achraf. Comment interprétez-vous cela ?

Al-jumaili : Il y a des partis politiques en Irak qui ont certaines relations avec des pays voisins et qui sont manifestement affectés par ces relations. Pour eux, les intérêts de leurs partis ont une priorité bien plus élevée que les intérêts nationaux primordiaux de l’Irak. Je pense que dans la politique étrangère irakienne, les relations doivent naitre des grands intérêts de l’Irak et non des relations politiques de certains partis avec ce parti-ci ou ce parti-là.

Al-Sharqia : Dans vos précédentes déclarations, vous avez identifié la liste du Gouvernement de Droit [groupe d’al-Maliki] comme étant responsable de l’échec des négociations dans les questions à la fois de service et de sécurité, avec davantage d’importance pour les questions de sécurité.

Al-Jumaili : Je crois aujourd’hui, que le dossier de la sécurité est l’un de ceux qui a le plus régressé en Irak. Aujourd’hui, le phénomène des assassinats par armes à feu équipées de silencieux est presque devenu une affaire quotidienne, et jusqu’à présent, personne n’a fait un effort quelconque, ou a même tenté de découvrir qui est derrière ces assassinats. Ce n’est ni raisonnable ni juste que les assassinats se poursuivent durant des mois et que des officiers, responsables, cadres supérieurs et médecins soient assassinés quotidiennement et que les organismes de sécurité du gouvernement, avec toute la puissance qu’ils affirment avoir, ne soient pas en mesure de les arrêter. Je pense qu’il existe un dangereux mouvement de recul dans le domaine de la sécurité et c’est réellement troublant. Parfois, dans des confrontations armées en face à face entre deux partis, il est possible pour nos forces et les forces de police et de sécurité de faire quelque chose, mais dans une question comme ces opérations hautement sophistiquées, nous assistons à de nombreux échecs au sein des organismes de sécurité.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe