samedi, février 4, 2023
AccueilActualitésActualités: AchrafLe gouvernement irakien continu de violer les accords et de vider de...

Le gouvernement irakien continu de violer les accords et de vider de leur substance les propositions des Nations-Unies

Les demandes légitimes des résidents d’Achraf pour accepter le transfert d’un cinquième contingent vers le camp Liberty

Alors que le premier ministre irakien Nouri Al-Maliki, se rend à Téhéran pour rencontrer Ali Khamenei, le Guide suprême des mollahs, et discuter du développement des relations bilatérales, le régime de Téhéran vient d’annoncer des chiffres concernant les échanges commerciaux entre les deux pays, en hausse de 50 % au cours de l’année iranienne 1390 (du 21 mars 2011 au 21 mars 2012) avec 9.7 milliards de dollars, et atteindront 12 milliards de dollars cette année. Le gouvernement irakien a rendu le plus grand service au régime iranien pour contourner les sanctions onusiennes, et selon les autorités et les médias du régime, la Syrie, le Bahreïn et la question de l’OMPI seront à l’ordre du jour lors de la rencontre Maliki-Khamenei.

Tandis que le gouvernement irakien exerce le maximum de pression pour procéder au prochain transfert des résidents d’Achraf vers Liberty, tout en persistant à refuser les demandes humanitaires des résidents, et participant à neutraliser et à vider de leur substance les propositions d’accord du Représentant spécial du Secrétaire général des Nations-Unies (RSSGN) qui les a fait accepté aux représentants des résidents durant de longues discussions et à travers de nombreuses correspondances. En conséquence, ce qui subsiste aujourd’hui des 7 projets d’accord présentés par le RSSGN entre le 25 mars et le 21 avril, c’est-à-dire en moins d’un mois, ce n’est rien de plus que des généralités, conditionnant les demandes et les besoins légitimes des résidents à « l’approbation du gouvernement irakien ».

En effet, tout dépendra de l’approbation improbable du gouvernement irakien, tant pour le transfert des réservoirs d’eau et d’égouts, des générateurs et équipements de cuisine, la construction d’auvents et de pare-sol pour les dortoirs,  la construction de trottoirs pour les malades et les handicapés, ou la plantation d’arbustes, l’utilisation de fourche d’élévation ou de grue, et même pour répandre de l’insecticide afin de combattre les vipères et les insectes nocifs à Liberty.

Il n’y a aucune garantie concrète et aucun calendrier précis pour les promesses du gouvernement irakien pour assurer l’électricité et l’eau en raccordant le camp aux réseaux du pays. Ceci alors que le problème de l’eau est une question technique très simple et peut être résolu en quelques jours. Les demandes répétées des résidents au cours des deux derniers mois aux représentants du gouvernement irakien, en présence des observateurs de la MANUI, ont été en vain. Liberty souffre toujours de manque d’eau.

Les handicapés et les paraplégiques d’Achraf ne sont pas autorisés à emporter leurs véhicules, sanitaires et bungalow-dortoirs spécialement aménagés pour répondre à leurs situations ; ils devront accepter une souffrance permanente et un mort graduel.

Les engagements et les accords précédents, obtenus après des semaines de discussions, et signé dans les correspondances du RSSGN, notamment le retrait des militaires, l’interdiction de la présence des agents iraniens à Liberty, le transfert des générateurs de la station électrique d’Achraf et la permission de transférer dix véhicules pour chaque groupe de 400 personnes, ont été violés les uns après les autres. Au contraire, les postes de police ont augmenté et une unité blindée vient de faire son entrée à Liberty. Tout, porte à croire que le régime iranien et le gouvernement irakien ne souhaitent pas une solution pacifique.

En raison des pressions exercées sur des résidents d’Achraf à la veille du Nouvel an iranien, un résident a perdu la vie au cours du troisième transfert des résidents. Le 8 avril, 29 résidents d’Achraf ont été blessés par les forces irakiennes. Les droits de l’homme, les droits humanitaires et les droits des réfugiés sont piétinés par l’Irak sans que les Nations-Unies n’interviennent pour l’obliger de respecter ses obligations internationales, et sans même prendre une position publique à cet égard. 

C’est pourquoi, comme stipulé dans le communiqué du CNRI (le 18 avril 2012), exprimant ses plus vives protestations contre les pressions croissantes sur les résidents d’Achraf et de Liberty et contre leurs évictions et leurs déplacements forcés, Mme Maryam Radjavi, la Présidente élue de la Résistance iranienne, a appelé le Président américain et le Secrétaire général des Nations-Unies d’intervenir pour prévenir une tragédie humanitaire, particulièrement à l’égard des femmes.

Mme Radjavi a rappelé que le gouvernement américain avait signé avec chacun des résidents d’Achraf un accord concernant leur protection jusqu’à la détermination finale de leur statut, leur remettant une carte de « personnes protégées ». En cela, les Etats-Unis seront tenus responsables pour tout préjudice aux résidents d’Achraf et de Liberty et devront s’assurer d’une attitude plus humaine du gouvernement irakien à leur égard.

Le 21 avril, les résidents d’Achraf et de Liberty, dans une lettre adressée au Conseiller spécial pour Achraf de la Secrétaire d’État américain et au RSSGN, ont annoncé les clauses points suivants comme demandes minimales requises pour le transfert de futurs groupes de résidents vers Liberty :

1- Le retrait des blindés de Liberty
2- L’application des clauses de la lettre du RSSGN en date du 16 mars 2012, concernant les postes et les patrouilles de police, et sa lettre du 15 février à propos de la présence d’agents étrangers à Liberty
3- Une date précise pour raccorder l’eau et l’électricité de Liberty au réseau national ; jusqu’à cette date quatre générateurs devront être autorisées pour chaque groupe de 400 personnes.
4- Le transfert des véhicules, sanitaires et bungalows spécialement aménagés pour les paralysés, ainsi que 10 véhicules pour passagers et véhicules utilitaires avec chaque contingent de 400 personnes, comme convenu dans la lettre du RSSGN en date du 15 février.
5- L’autorisation pour utiliser des grues à Liberty pour installer des réservoirs d’eau et de sanitaires, le transfert d’Achraf de quelques fourches d’élévation pour chaque groupe de 400 personnes afin de pouvoir déplacer les charges lourdes.
6- Comme prévu par le RSSGN, un nombre suffisant de résidents devront pouvoir rester à Achraf pour protéger leurs biens jusqu’au règlement final de cette question.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 22 avril 2012