jeudi, février 9, 2023
AccueilActualitésActualités: AchrafLe Département d'État reste sur la désignation terroriste à double face de...

Le Département d’État reste sur la désignation terroriste à double face de l’OMPI

Par Tom Tancredo

22 mai 2012 – townhall – Quand il n’y a pas de bonne réponse, les gens parfois – en fait, souvent – essayent de masquer avec de fausses informations. Cela était sûrement le cas de la récente audience de la Cour d’appel américaine concernant la désignation de « terroristes » des Moudjahidines du peuple d’Iran (OMPI). J’étais présent lors de l’audience et j’ai été abasourdi par la façon dont le gouvernement a géré cette affaire.

Cette affaire a traîné pendant près de deux ans, alors que le Département d’Etat continue d’entraver les efforts déployés par l’OMPI pour être retiré de cette liste injuste. Des efforts similaires au Royaume-Uni et en Europe furent un succès il y a des années mais les États-Unis – pour des raisons encore inconnues – continue de résister.

Enfin, le 8 mai, les juges de la cour d’appel du District de Columbia, ont demandé aux avocats du Département d’Etat pourquoi ils ne délivrent pas une ordonnance  pour appliquer la précédente décision du tribunal consistant à examiner la désignation de terroriste.

Simple question -, mais étonnante réponse.
L’avocat du Département d’État a répondu que les Etats-Unis n’avaient pas eu la possibilité d’inspecter le camp d’Achraf, la résidence en Irak de 3.400 opposants iraniens et affirma que l’armée américaine n’avait pas été en mesure de confirmer le désarmement des résidents.

Il y a à nouveau ce technique de « gros mensonge » ; plus grand est le mensonge, il a le plus de chance d’être crue. Mais cette réponse hypocrite implore d’être crue. En 2003, après que les forces de coalition sous commandement américain aient renversé Saddam Hussein, les responsables américains ont interrogé chaque personne individuellement à Achraf, ont inspecté le site et ont accepté la responsabilité d’assurer la sécurité là-bas en vertu de la 4ième Convention de Genève.

Un grand nombre de commandants militaires américains qui ont eu une responsabilité à Achraf, tous ont attesté qu’Achraf était désarmé et était pacifique et même prospère, jusqu’à ce que les Etats-Unis remettent le contrôle du camp au gouvernement irakien de Nouri Al-Maliki, qui jusqu’alors était totalement sous la coupe des Mollahs de Téhéran. Le Général Raymond Odierno (alors commandant de la 4ième division) lors d’une vidéoconférence de Bagdad, le 18 juin 2003, a déclaré que de l’OMPI avait été complètement désarmé. Nous avons pris toutes les armes de petit calibre et l’équipement lourd.

Pour être franc, l’avocat du Département d’Etat a contredit tous les faits au sujet de ce qu’il s’est passé au cours des neuf dernières années. Pas étonnant alors que le représentant des résidents d’Achraf, après avoir entendu ces déclarations inexactes, ait écrit à la Secrétaire Clinton pour lui demander d’envoyer des équipes d’inspection afin d’inspecter une fois de plus le camp d’Achraf.