jeudi, décembre 8, 2022
AccueilActualitésActualités: Terrorisme & intégrismeLe CNRI publie un rapport sur la cyber armée de l'Iran

Le CNRI publie un rapport sur la cyber armée de l’Iran

Le CNRI publie un rapport sur la cyber armée de l'Iran

CNRI — Le Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI) a publié un nouveau rapport des renseignements détaillés sur la cyber armée du régime iranien. Le rapport est basé sur des renseignements recueillis par les sources du principal groupe d’opposition iranien des moudjahidines du peuple iranien (OMPI ou MEK) à l’intérieur du régime des mollahs, y compris du corps des gardiens de la révolution islamique (Pasdaran).

Le rapport indique que la cyber armée de Téhéran et la cyber guerre du régime iranien est dirigé par les hauts gradés de Pasdaran, en particulier le commandant en chef de ceux-ci, le général Mohammad-Ali Jafari. Les décisions concernant la cyber guerre et la conduite de la cyber armée sont prises par le Conseil suprême de sécurité nationale (CSSN), l’organe de prise de décision le plus important du régime sur les questions de sécurité nationale qui est présidé par le Président, Hassan Rohani.

Le rapport montre que le cyber guerre de Téhéran est effectué par un appareil complexe de l’État afin de poursuivre une politique maligne et malveillantes et que le régime iranien a intensifié l’allocation des ressources et du personnel à cette guerre au cours des dernières années.

Un autre aspect intéressant du rapport est que la cyber armée des mollahs se vante du piratage ou des attaques sur d’autres sites Web. Dans un cas, l’un de leurs affiliés se vantait d’avoir attaqué 500 sites et réseaux étrangers.

Rapport du Conseil national de la Résistance iranienne :
À propos de la cyber armée du régime iranien

1. La formation d’une cyber force au sein de Pasdaran

1.1 Depuis la participation de la cyber force du corps des gardiens de la révolution islamique (Pasdaran) et de la technologie du bureau du ministère des Renseignements dans la censure et la direction des arrestations pendant les soulèvements de 2009 en Iran, la nécessité de renforcer le rôle de Pasdaran dans le cyber espace comme une force répressive en Iran et une force perturbatrice à l’étranger est à l’étude.

1.2 Début décembre 2010, le commandant de Pasdaran, le général Mohammad-Ali Jafari, et le commandant de la cyber force de Pasdaran, Majid Sadeqian, a rencontré avec d’autres commandants supérieurs au siège central des chefs du groupe des forces armées du régime. Les participants ont tous souligné le rôle de la cyber force de Pasdaran dans la protection et la préservation du régime, qui selon eux pourrait être atteint par des moyens souples et rigides (censure et arrestations) en Iran et en frappant les « ennemis » à l’étranger. Ils ont ajouté que les soulèvements de 2009 en Iran et le virus Stuxnet ont clairement montré la nécessité de renforcer la cyber force dans une organisation solide.

1.3 Le commandant de Pasdaran, Mohammad-Ali Jafari, a approuvé le plan pour rendre la cyber force la sixième force de Pasdaran, de travailler en Iran aux côtés de la Force Bassidji pour réprimer les protestations sociales et les soulèvements, tout en travaillant avec la Force Al-Qods extraterritoriale afin d’interférer dans les affaires des autres pays pour faire avancer les objectifs du régime à l’étranger. D’autres soutiennent que la cyber force devrait être intégré au sein de l’Organisation des renseignements de Pasdaran et ne doit pas être une entité distincte agissant dans le domaine.

1.4 En mai 2001, le chef suprême du régime, Ali Khamenei, est personnellement intervenu pour faire face à la connaissance acquise par internet qui s’accroit. Dans le cadre d’un plan appelé « Politique général pour le Web, “il a ordonné que l’accès à internet ne soit autorisé seulement que par les institutions autorisées.

1.5 Suite à cet ordre, en octobre 2001, le Conseil culturel suprême de la révolution présidé par le président d’alors Mohammad Khatami, a adopté une résolution de censure appelée «Règlements et règles relatives au Web », qui a appelé au contrôle du gouvernement sur les services d’application fournisseurs (ASP).

2. Organisations gérant le cyber espace

2.1 En décembre 2002, le Comité pour prescrire des mesures contre les bases internet interdites a été formé, et comprenait des représentants du ministère des Renseignements, du Ministère de l’orientation islamique, du Ministère des communications et de la technologie, et le pouvoir judiciaire. Il a déterminé les critères selon lesquels, jusqu’à mars 2003 (en trois mois), plus de 15 000 sites ont été mis à l’index et filtrés.

2.2 En 2003, le Conseil suprême de partage de l’information de sécurité a été formé afin de définir des stratégies informatiques. Présidés par le vice-président du régime, ses membres comprennent le secrétaire du Conseil suprême de sécurité nationale, le président des forces armées des chefs d’état-major, le ministre des renseignements, le ministre de la Communication, et le ministre de l’Orientation islamique. La présence du secrétaire du Conseil suprême de sécurité nationale et le ministre des Renseignements ont mis l’accent sur la censure, la répression domestique et l’espionnage étranger et domestique. La participation du président des chefs rassemblés est liée au fait de tirer parti de la cyber force pour les programmes militaires du régime, en particulier programmes de missiles et nucléaires. La participation du ministre islamique d’orientation est liée à l’exportation de l’intégrisme et pour interférer dans les affaires des autres pays.

2.3 Le Conseil suprême pour l’innovation technologique : Ce conseil, formé en 2005, est présidé par le président du régime. Il compte 14 membres, dont des ministres, sous-ministres et le chef du principal radiodiffuseur d’État. Son mandat est de définir les orientations stratégiques pour l’avancement technologique.

2.3.1 Après l’ascension de Mahmoud Ahmadinejad à la présidence en juin 2005, résultant en un resserrement des rangs par le régime, sur la base des décisions prises par le Conseil suprême pour l’innovation technologique, un mandat a été donné au ministère de la Communication pour censurer et supprimer sous la bannière de « compensation sur le contenu illégal », « l’identification des utilisateurs qui violent la loi » et «surveillance des sites anti-régime ».

3. Pasdaran et la guerre cybernétique

3.1 Depuis 2007, Pasdaran a été activement impliqué dans la cyber guerre pour la suppression nationale et la lutte contre les sites anti-intégristes, tout en soutenant le terrorisme à l’étranger.

3.2 Les cyber états de formation de la guerre de Pasdaran : La guerre culturelle est une menace sérieuse pour le régime. Depuis que les principales responsabilités de Pasdaran impliquent d’affronter toutes les menaces ennemies contre l’essence du régime, celui-ci a le devoir d’intervenir à cet égard.

3.3 Le 21 novembre 2010, à l’occasion de la semaine des Bassidjis, le général de brigade Hossein Hamedani, le commandant de la base Mohammad Rasulollah dans le Grand Téhéran, a annoncé : « Le cyber conseil des Bassidjis a formé plus de 1500 cyber guerriers qui sont maintenant actifs. » Il a ajouté que ces activités seraient intensifiées bientôt.

3.4 Le centre de commandement de Pasdaran pour le cyber espace : Pasdaran a une unité appelée le centre de commandement pour le cyber espace ou «défense cybernétique ». Le chef du département technologique de l’unité est Majid Sadeqian. Sadeqian a des contacts étroits avec Saeed Roghangarha, l’adjoint de la section de l’innovation technologique du ministère des Renseignements, en ce qui concerne l’identification et la suppression des opposants au régime dans le cyber espace.

3.5 La cyber armée :

• La cyber armée a été mise en place sous le commandement du commandant de Pasdaran, Mohammad-Ali Jafari. L’unité a été placée sous l’Organisation des renseignements de Pasdaran, formée en 2009.

• Le Conseil suprême de sécurité nationale du régime a adopté des décisions pour la cyber armée pour affronter et instituer des mesures contre les sites à l’étranger, et pour surveiller et agir contre les menaces Internet contre le régime iranien.

• Le 20 novembre 2010, la cyber armée a enjolivé ses actions, en lançant une vague de guerre psychologique dans les sites web affiliés à Pasdaran, affirmant qu’ils avaient piraté 500 sites en même temps, tout en perturbant les réseaux de renseignements et de sites web privés d’autres comtés.

Parmi ses revendications se trouvent les suivantes : le 27 octobre 2010, il a affirmé que les pirates de la cyber armée avaient envoyé des courriels perturbateurs et propagés des programmes malveillants parmi les ordinateurs des ennemis du régime.

Le bureau des relations publiques de la société “Shabakeh Gostar” d’ingénierie a rapporté le 2 novembre 2010, que la cyber armée de l’Iran avait pris la responsabilité des attaques contre Twitter et le moteur de recherche chinois Baidu.

• Les membres du Majlis (parlement) du régime des mollahs soutiennent ouvertement les actions illégales et inhumaines de la cyber armée. Fatemeh Alia, membre du comité de sécurité du Majlis, a déclaré le 28 octobre 2010 : «En ce qui concerne la cyber guerre, dans les circonstances actuelles, nous devons allouer un budget suffisant pour acquérir l’équipement nécessaire pour ce genre de guerre, donc nous pouvons le consacrer à la guerre cybernétique et à la cyber armée. »

3.6 L’Armée du Soleil : Un site Web appelé l’Armée du Soleil est parmi les affiliés de la cyber force de Pasdaran. Dans sa propagande, le régime prétend que l’armée du Soleil a attaqué 500 sites pour saper les sites étrangers, y compris Twitter, Facebook et d’autres qui encouragent les jeunes iraniens à se soulever contre le régime. Le groupe dispose d’un site web actif appelé le Hack et le site Web de sécurité du Soleil, qui a été officiellement enregistré début octobre 2010. Seyyed Mostafa Motaharian, la tête du conseil d’administration ; Mehdi Arbabi, directeur ; Mohsen Nouri, Sajjad Pourali, Omid Ghaffari-nia, et Mohammad Sadeq Ahmadzadegan sont membres de ce site.

3.7 L’Organisation de Defense des Industries, qui fait partie du ministère de la Défense, a une organisation appelée « Iran Electronics Industries » (Sana-ey Electronik-e Iran) (Aka Sa-Iran), qui comprend sept groupes industriels. Un de ces groupes, le Groupe Innovation Communication et Renseignements (Safava), traite de l’espace cybernétique. Le département de la technologie du ministère des Renseignements a un représentant au Safava nommé Deldadeh.

3.8 Le Département de la technologie a une unité appelée «unité opérationnelle», qui tente de pirater des sites gérés par des opposants, de contrôler les sites Web, pour attaquer d’autres réseaux, et de procéder à l’espionnage électronique à l’étranger. Le ministère des Renseignements utilise des adresses IP stables, qui sont directement liées au siège du ministère des Renseignements à Mehran Garden.

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe