mardi, novembre 29, 2022
AccueilActualitésActualités: AchrafLe camp d’Achraf sous le projecteur du parlement italien

Le camp d’Achraf sous le projecteur du parlement italien

CNRI – Le 6 juillet, Maryam Radjavi était l’invitée  d’une conférence majeure au parlement italien, dont la majorité des deux chambres ont appelé à la protection des habitants d’Achraf. 1500 maires italiens ont également apporté leur soutien à la résistance iranienne. La conférence a donné lieu à de nombreuses interventions dont voici les moments forts.

Maryam Radjavi, Présidente-élue du Conseil national de la Résistance iranienne
La protection d’Achraf sert non seulement l’intérêt du peuple iranien, mais aussi l’intérêt de la région et du monde entier parce qu’elle fournit une voie pour s’opposer à la menace la plus importante pour la communauté internationale aujourd’hui qui est le régime iranien.

Emma Bonino, Vice-présidente du Sénat italien
Il est clair que la question d’Achraf est politique. Il n’existe pas de difficulté technique pour fournir une protection et sauver la vie de 3400 résidents.

Patrick Kennedy, membre du Congrès américain jusqu’en 2011, fils du sénateur d’Edward Kennedy
Combien il est aberrant d’avoir l’Iran et les Etats-Unis demandant la dispersion des habitants d’Achraf en même temps? Nous devons y remédier.

Robert Torricelli, ancien sénateur américain :
Si en ce moment déterminant, l’Amérique se trompe et n’assume pas ses responsabilités, n’est-ce pas le moment pour le peuple italien, son parlement et son premier ministre de prendre la tête plutôt que de suivre ?

Carlo Ciccioli, député italien, co-président du Comité de parlementaires et citoyens pour un Iran libre
La majorité des membres du parlement italien soutient la solution proposée par le Parlement européen pour Achraf.

Elisabetta Zamparutti, députée italienne, co-présidente du Comité de parlementaires et citoyens pour un Iran libre
Le déplacement des résidents d’Achraf en Irak que Maliki demande depuis longtemps et que l’ambassadeur américain soutient ne doit pas avoir lieu.

Lucio Malan, sénateur italien
J’espère que les propos de l’ambassadeur Jeffrey sur le déplacement des Achrafiens en Irak seront retirés car ils sont inacceptables.

Irene Khan, secrétaire générale d’Amnesty International (2001-2009)
Comment les résidents peuvent-ils se fier au gouvernement irakien pour leur fournir protection et assistance dans un autre point de l’Irak quand ce gouvernement n’a pu les protéger au camp d’Achraf.

Maryam Radjavi, présidente élue de la Résistance iranienne :
La tuerie du 8 avril à Achraf, un crime qui aurait pu être évité, est une des graves conséquences de la politique irresponsable occidentale et en particulier des Etats-Unis face au régime iranien. La poursuite de cette politique se retrouve dans le silence et l’inaction face au blocus inhumain d’Achraf par le gouvernement irakien qui fait de la question des blessés une tragédie humaine.
L’ultimatum dicté par les mollahs pour fermer Achraf, ouvre la voie à un nouveau désastre et l’irresponsabilité des Etats-Unis, malgré tous leurs engagements juridiques vis-à-vis des Achrafiens, permet à la dictature en Iran et à ses agents en Irak de préparer le terrain à davantage d’agressions.
S’abstenir de publier le rapport de la visite à Achraf de la délégation militaire, politique et médicale américaine après le massacre du 8 avril, l’opposition à la visite des délégations du Parlement européen et du Congrès américain pour enquêter sur le crime et évoquer l’idée illégale et irréalisable d’un déplacement forcé des Moudjahidine d’Achraf en Irak, alimentent dans la pratique la machine à tuer du régime des mollahs et du gouvernement irakien.
Tout plan qui ne garantit pas la protection des Achrafiens, notamment le plan de déplacement à l’intérieur de l’Irak, tombe obligatoirement dans le piège trompeur du régime des mollahs et de son gouvernement inféodé en Irak et ouvre la voie à une plus grande catastrophe.
Mais quand éloigner le danger de tuerie et d’extermination devient l’objectif essentiel, la perspective de diverses solutions pour Achraf surgit.
Le plan du Parlement européen bénéficie aussi pour cette raison d’une crédibilité internationale et du soutien de divers parlements, notamment des deux chambres du parlement italien, qui tout en présentant une solution pacifique permanente, apporte à court terme une garantie à la protection des Achrafiens.
Mais de façon indirecte ou directe le régime iranien et le gouvernement irakien cherchent à mettre des obstacles à ce plan, parce que le régime iranien ne donne que deux options aux Achrafiens, la capitulation ou l’anéantissement et qu’il se réjouit de tout ce qui peut y mener. C’est pour cela qu’il soutient le déplacement à l’intérieur de l’Irak, parce que cela facilite leur massacre.
Permettez-moi ici d’aborder le problème des blessés et des malades d’Achraf qui sont actuellement privés d’accès aux soins et victimes de la volonté du gouvernement irakien de les achever dans une lente souffrance.
Depuis trois mois je déploie tous mes efforts pour les blessés d’Achraf. J’ai demandé à maintes reprises l’aide de l’ONU. J’ai demandé à maintes reprises au gouvernement américain de transférer les blessés dans leur hôpital militaire situé près d’Achraf.
Sur l’ensemble des blessés, seuls 93 – soit 27% – ont eu accès aux hôpitaux irakiens. Mais ils ont été renvoyés à Achraf sans avoir reçus de soins complets et les Etats-Unis n’en ont hospitalisés que sept dans leur établissement militaire.
Je n’ai aucun doute que s’il avait existé un accès libre aux soins médicaux, aujourd’hui plusieurs d’entre eux ne seraient pas morts.. Notamment Saba Haft-Baradaran, Behrouz Sabet, Bahman Atighi, Mansour Hadjian, Mohammad Reza Pirzadi et Majid Ebadian.
Au bout de trois mois environ, en raison du manque de soins, certains blessés sont devenus handicapés. Les experts ont averti que ces handicaps iront en se développant, car le gouvernement irakien impose un blocus médical.
Leur but est d’éliminer l’ensemble des membres de la Résistance, que ce soit à Achraf ou n’importe où ailleurs.
Au milieu de ces tensions, je veux espérer dans l’humanisme des Italiens. Nous appelons l’Union européenne et les Etats-Unis à prendre une initiative humanitaire concernant Achraf. Une solution réaliste et à portée de main pour la période de transition, est d’installer une équipe d’observateurs de l’ONU à Achraf dont la protection serait assumée par les Etats-Unis et l’Union européenne selon leurs engagements internationaux.
La protection d’Achraf n’est pas seulement dans l’intérêt du peuple iranien, mais aussi de la région et du monde, afin de pouvoir par ce moyen s’élever contre la menace la plus importante dans le monde aujourd’hui, j’ai nommé le régime iranien.

Emma Bonino, vice présidente du Sénat italien :
Il est clair qu’il s’agit d’une question politique. Il n’existe pas du tout de problème technique pour sauver la vie ou protéger 3400 personnes. Dieu merci, la communauté internationale a de l’expérience et sait comment s’y prendre. La protection d’Achraf peut très bien se faire par une équipe permanente de l’ONU à Achraf. Je vous assure que lorsque nous commencerons à le faire, des solutions apparaîtront. Quand nous déciderons de le faire, nous serons capables de le faire. La question est entièrement politique. Ils ne veulent pas agir pour la protection et le droit à la protection de 3500 personnes, car cela peut irriter des puissances proches ou éloignées.

Irene Khan,  secrétaire générale d’Amnesty International (2001-2009) :
Le camp d’Achraf est une bombe humanitaire à retardement sur le point d’exploser ; Combien de fois l’avons-nous entendu dire? Depuis que les troupes américaines ont remis la responsabilité du camp aux autorités Irakiennes en 2009, le compte à rebours est déclenché.C’est une honte collective que la communauté internationale n’ait que des voeux pieux à émettre quand des vies sont en danger. En plus de toutes les menaces, craintes et risques que les habitants du camp d’Achraf ont soufferts jusqu’à présent, il existe à présent l’inquiétude qu’ils pourraient être à présent déplacés en Irak. Les gens ne sont pas des marchandises que l’on bouge contre leur gré. Une réimplantation forcée augmente le risque d’avoir des morts et des blessés. On ne sait pas où les gens vont aller en Irak ou qui va s’occuper d’eux. Comment les habitants pourraient-ils se fier au gouvernement irakien pour leur fournir protection et assistance ailleurs en Irak quand le gouvernement a manqué de les protéger au camp d’Achraf, qui est chaque jour sous la lumière des projecteurs.

Patrick Kennedy, membre du Congrès américain jusqu’en 2011, fils du sénateur d’Edward Kennedy :
Aucune dictature ne peut durer. La question est de savoir combien de temps nous allons les laisser survivre, allons-nous faciliter la commission de ces crimes contre l’humanité par l’Iran et désormais par Nouri al-Malaki qui veut disperser les résidents d’Achraf ? Je suis désolé de dire que c’est la politique des Etats-Unis de soutenir les mollahs iraniens. Combien il est aberrant d’avoir l’Iran et les Etats-Unis demandant la dispersion des habitants d’Achraf en même temps? Nous devons y remédier. Rome et l’Italie ont une chance de prendre la tête et l’Amérique a désormais une chance de vous suivre, juste comme les Etats-Unis ont souvent pris la tête dans l’histoire. C’est peut-être notre tour maintenant de suivre l’Italie pour la cause de la liberté.

Robert Torricelli, ancien sénateur américain :
A la fin de la journée, qu’est-ce que demandent vraiment les gens du camp d’Achraf ? Pourquoi sont-ils sortis dans la rue? Qu’est-ce que ces gens nous demandent ? Ils veulent vivre. Vivre. Si en ce moment précis les Etats-Unis se trompent et ne remplissent pas leurs responsabilités et si les Français et les Allemands sont à la traîne pour remplir leurs responsabilités, cela suffit-il aux consciences de l’Italie? Est-ce qu’il ne s’agit pas d’un moment où le peuple italien, son parlement, son Premier ministre peuvent prendre la tête plutôt que suivre? Il n’existe pas de personnes plus décentes sur la face de la Terre, avec une culture plus aimante et plus accueillante que le peuple italien. Je vous en prie, ouvrez vos bras et vos coeurs, aidez-nous pour les malades et les mourants et pendant que les autres attendent, prenez leur place et parlez pour la liberté en Iran.

Lucio Malan,Secrétaire de la présidence du Sénat
Je suis chargé avec bonheur de présenter à Mme Radjavi une déclaration signée par la majorité du Sénat, soit 166 sénateurs, en soutien au Camp d’Achraf qui est si injustement soumis à l’injustice ; une injustice qui viole toutes les lois internationales et qui doit faire surgir notre solidarité et notre soutien.

Carlo Ciccioli, député italien, co-président du Comité de parlementaires et citoyens pour un Iran libre :
Notre comité parlementaire a jusqu’à présent obtenu le soutien de 318 parlementaires sur un total de 630, ce qui signifie la majorité. Ainsi, la majorité du parlement italien de tous les groupes politiques, a-t-elle exprimé son soutien dans une déclaration. Cette déclaration considère aussi la reconnaissance du mouvement soutenu par la Présidente Maryam Radjavi et insiste sur la protection du Camp d’Achraf en Irak.Nous soutenons aussi la solution proposée par le Parlement européen concernant la pré condition du retrait des forces irakiennes du Camp d’Achraf et la demande de protection par l’ONU avec le soutien des USA et de l’Union européenne. Nous avons aussi annoncé notre requête pour une initiative immédiate par l’ONU, l’Union européenne et les USA pour sauver les vies des blessés à Achraf.

Elisabetta Zamparutti, députée italienne, co-présidente du Comité de parlementaires et citoyens pour un Iran libre:
Je voudrais remercier la Présidente Maryam Radjavi pour sa présence en Italie et j’espère que notre initiative pourra vous aider dans votre lutte. Je voudrais la remercier pour sa persévérance et sa ténacité dans cette lutte qui nous donnent aussi de l’énergie à tous.
La question du soutien pour Achraf nous fait réfléchir sur nous-mêmes et notre démocratie. La réimplantation des Achrafiens en Irak ne doit pas se faire; elle est mentionnée par Nouri al-Maliki depuis un moment et l’ambassadeur américain la soutient aussi. J’espère que ces déclarations seront annulées et révisées car elles sont absolument opposées au droit international.

Alessandro Pagano,Vice-président de la commission du Budget de la Chambre :
Tout le monde parle du danger de l’Iran parce qu’il fabrique une bombe atomique, à cause du terrorisme, de la tyrannie et de la répression, mais personne n’arrive à comprendre à quel point Achraf est bien plus important que tout ceci. Il est clair que le régime iranien se focalise sur la destruction de cette épine majeure dans son flanc et nous savons très bien que violer les principes sacrés de la convention de Genève crée un dangereux précédent, car cela signifie que c’est fait aujourd’hui à Achraf, mais demain qui sait où et quand?

Massimo Vanucci, Député italien :
Le Parlement italien confirme votre combat et soutient le printemps iranien qui est arrivé avant le printemps arabe. L’Italie, aux côtés de l’Union européenne, doit être au devant de la scène pour résoudre les problèmes d’Achraf qui sont vraiment une honte pour l’humanité.

Marco Perduca, Président de la commission des droits de l’homme du Sénat :
Emma Bonino a parlé dans une certaine mesure des lois internationales qui s’appliquent aux résidents du camp d’Achraf et au fait que les droits régis par la 4e convention de Genève doivent être respectés.
Le parlement italien doit inclure la question d’Achraf dans ses relations bilatérales avec l’Irak.

Antonio Razzi, Président de la commission de la politique européenne de la Chambre :
Il est clair que le régime iranien, aux prises avec des crises internes, essaie d’éliminer ses opposants à Achraf, tout en intensifiant la répression interne. Nous devons soutenir cette résistance. Avant toute chose, nous devons reconnaître la Résistance iranienne représentée par la Présidente Maryam Radjavi.

Souad Sbai, Députée italienne :
Les discussions sur Achraf seront bien menées ici avec nos collègues. Cela fait partie de notre combat, pas seulement du combat des Iraniens ; un combat pour la civilisation.

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe