mercredi, février 8, 2023
AccueilActualitésActualités: AchrafLe camp d'Achraf sous état de siège après la tuerie

Le camp d’Achraf sous état de siège après la tuerie

Un escadron d’élite irakien y a semé la mort : 52 résidents tués
 
Par Vincent Braun

La Libre Belgique, 6 septembre – Attaque brutale, « massacre », « crime contre l’humanité”. Le député européen Struan Stevenson, président de la délégation pour les relations avec l’Irak, n’a pas mâché ses mots, jeudi lors d’une conférence de presse au Parlement européen, pour condamner la tuerie de dimanche dernier à Achraf. Dans ce camp de réfugiés iraniens situé a une centaine de kilomètres au nord-est de Bagdad, 52 résidents trouvé la mort lors d’une opération qui avait tous les traits d’une exécution de masse. Certaines dépouilles ont été retrouvées avec les mains menottées et la tête percée d’une balle, comme a pu le constater la Mission d’assistance des Nations unies en Irak (Unami), arrivée sur les lieux le lendemain du drame.

Le 1er septembre, peu avant l’aube, plusieurs dizaines de membres des forces d’élite irakiennes ont fait irruption dans ce camp ou résidaient encore 101 membres de l’Organisation des Moudjahidine du peuple iranien (Ompi). Ces combattants hostiles à la République islamique installée en Iran y vivent depuis les années 80 (…)
________________________
« Tous les responsables de ce massacre, y compris Nouri al Maliki, doivent être poursuivis pour crime contre l’humanité »
STRUAN STEVENSON
Président de la Délégation du Parlement européen pour les relations avec l’Irak.
________________________

Trois mille autres résidents sont désormais relogés au camp Liberty, une ancienne base américaine dans la banlieue de Bagdad, en attendant de trouver une terre d’asile. Depuis des mois, le gouvernement de Nouri al Maliki veut fermer le camp d’Achraf sous la pression de Téhéran. Ces dernières années, les forces irakiennes ont mené cinq attaques meurtrières contre les deux camps, notamment au mortier, provoquant la mort de 126 personnes au total.

Au terme de l’assaut de dimanche, sept personnes (dont six femmes) avaient disparu, prises en otage d’après des témoignages. M. Stevenson prie l’Union européenne, les Etats-Unis et l’Onu d’exiger de l’Irak leur relaxe immédiate. Bagdad dément toute responsabilité. Mais deux sources anonymes au sein des forces irakiennes, citées par Reuters et CNN, ont reconnu la responsabilité de celles-ci dans cette tuerie.

Un épisode rend compte de l’horreur de l’assaut. Neuf personnes blessées par balle s’étaient réfugiées dans la clinique du camp pour y subir quelques soins d’urgence. Les assaillants les y ont pourchassées et achevées à l’arme automatique. Un caméraman amateur a filmé le début de l’attaque. On y entend des tirs, y voit des corps s’écrouler, des corps blessés au thorax, des corps sans vie, et beaucoup de sang répandu.

Les 42 autres résidents du camp n’ont apparemment eu la vie sauve que parce que les assaillants n’ont pas eu le temps de trouver les endroits ou ils se cachaient. Les membres de cet « escadron de la mort », bien que portant des cagoules noires, se sont éclipsés dès après le lever du jour.
Conscients que leur tête est mise à prix, les survivants d’Achraf sont désormais dans l’angoisse d’une nouvelle attaque. Non sans subir les privations.

« En plaçant sous état de siège les 42 hommes et femmes survivants d’Achraf, sans électricité et avec des ressources réduites en eau et nourriture, je pense que les autorités irakiennes préparent le terrain pour une seconde attaque ou tous les résidents seront liquidés », a prévenu Struan Stevenson.

« L’Onu doit envoyer le plus vite possible, aujourd’hui même, des casques bleus pour protéger ces résidents », a exigé le parlementaire. « Si une équipe de contrôle de l’Onu se rend dans le camp, ils n’oseront pas attaquer », a pour sa part soutenu Firouz Mahvi, membre du Conseil national de la résistance d’Iran.