jeudi, février 2, 2023
AccueilActualitésActualités: LibertyLa visite à Genève d'une délégation irakienne composée de responsables du massacre...

La visite à Genève d’une délégation irakienne composée de responsables du massacre d’Achraf pour diaboliser l’OMPI

– Le Parlement européen a interdit l’entré d’un responsable irakien du bureau du Premier ministre pour avoir participé aux deux tueries d’Achraf

Envoyés en Europe pour diaboliser l’OMPI et justifier les mesures répressives du gouvernement irakien contre Liberty et Achraf, et dans le but de préparer la voie à de futurs crimes, une délégation du gouvernement irakien composée de membres du Comité pour la fermeture d’Achraf, s’est envolée pour Genève après avoir été confrontée à la colère et l’aversion des eurodéputés à Bruxelles.

Le Parlement européen a empêché l’entrée dans son enceinte d’un membre de cette délégation, Sadegh Mohammad Kazem, en raison de son implication dans les tueries de juillet 2009 et d’Avril 2011, et a annulé sa carte d’entrée. Le CNRI avait annoncé, le 2 mai dernier, que lors de la visite de Maliki en Iran, les 22 et 23 avril, la force terroriste Qods avait missionné le Conseiller à la sécurité de Maliki d’envoyer une délégation en Europe pour diaboliser l’OMPI et justifier les conditions pénitentiaires du camp Liberty.

En plus des assistants du conseiller à la sécurité de Maliki,  cette délégation est composée de Labid Abavi, vice-ministre irakien des affaires étrangères, plusieurs généraux et colonels des Renseignements et de la police, ainsi que des membres du comité pour la fermeture d’Achraf et responsables des deux tueries d’Achraf et du blocus et torture psychologique infligés aux résidents de ce camp.

Sadegh Mohammad Kazem, le directeur irakien du camp Liberty, cité à comparaître devant un tribunal espagnol pour son implication dans les deux tueries d’Achraf, fait partie de cette délégation. Des membres des ministères irakiens de la justice et des droits de l’homme sont également dans cette délégation. Depuis le mois d’avril, Faleh Fayaz, le conseiller à la sécurité de Maliki, avait donné l’ordre à ces ministères de concocter des dossiers contre l’OMPI afin de les utiliser dans les rencontres et conférences de presse.

Le mardi 19 juin, cette délégation a participé à la réunion mensuelle de la délégation du Parlement européen pour les relations avec l’Irak, dirigé par M. Struan Stevenson, et a tenté de faire croire que tout va bien dans les camps de Liberty et d’Achraf et que le gouvernement irakien avait eu une approche positive envers les demandes des résidents. Elle a tenté de faire croire que le problème réside dans l’absence de collaboration de la part des résidents, qui changent constamment leurs demandes et qui sont maximalistes. Outre ces calomnies, ils ont menacé de fermer le camp d’Achraf avant le 20 juillet.

Struan Stevenson, président de la délégation du Parlement européen pour les relations avec l’Irak, a notamment déclaré : « les résidents ne sont pas responsable de la suspension du transfert vers Liberty, mais c’est plutôt le refus du gouvernement irakien de respecter ses engagements avec des Nations unies qui a causé cette suspension. » il a déclaré aux Irakiens : « Si vous estimez que nos informations sont erronées, pourquoi ne nous permettez pas d’aller visiter Achraf et Liberty ?»

Alejo Vidal Quadras, vice président du Parlement Européen, a déclaré : «  le gouvernement irakien a assassiné 47 habitants civils d’Achraf dont 8 femmes. Il doit d’abord s’excuser. » Il a ajouté : «  vos soldats ont cruellement tiré et les ont assassiné et vous continuez de nous fournir de informations erronées ! Ce n’est pas un comportement d’un gouvernement soi-disant démocratique. C’est un acte honteux et méprisable de la part de ceux qui ont donné l’ordre de cette tuerie et l’ont exécuté. »

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne

Le 20 juin 2012          

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe