mardi, décembre 6, 2022
AccueilActualitésActualités: AchrafLa tromperie des USA à Achraf est immorale - Tom Ridge

La tromperie des USA à Achraf est immorale – Tom Ridge

CNRI – « Il était une fois un poète du 17ème siècle, le poète anglais, John Dunn qui a dit : « la mort de tout homme me diminue parce que je me suis engagé dans l’humanité », a déclaré Tom Ridge, ancien secrétaire à la Sécurité intérieure des Etats-Unis, le 14 septembre dans une cérémonie d’hommage au 52 opposants iraniens massacrés au camp d’Achraf en Irak, par les forces irakiennes à la demande du régime iranien.

Ce haut responsable américain qui plaide depuis longtemps la cause de la Résistance iranienne pour la liberté et la démocratie en Iran, interpelle en termes très durs le gouvernement américain, qu’il a lui-même servi en qualité de ministre sous un autre président. Il lui reproche les promesses non tenues qui sont la cause de nombreuses morts et l’encouragement à la dictature. Voici les temps forts de l’intervention de Tom Ridge :

« Nous nous sommes réunis pour commémorer 52 martyrs, mais nous savons qu’il y en a beaucoup d’autres, voire des milliers qui les ont précédés et à moins que le gouvernement des Etats-Unis et les Nations Unies ne tiennent leurs promesses, il y en aura malheureusement d’autres.

Alors, nous sommes réunis aujourd’hui. Il s’agit d’une cérémonie de commémoration, avec le respect et la solennité qui accompagnent ce genre de cérémonies. Mais nous sommes aussi réunis pour nous rappeler et rappeler à notre gouvernement les promesses qu’il a faites et qui sont restées lettres mortes.

Ce qui sont dans cette salle n’ont rien enduré de comparable à ce que les hommes et les femmes d’Achraf et Liberty ont dû endurer. Mais ce que nous avons eu à endurer concerne une condamnation publique. Des promesses ont été faites. Elles n’ont pas été tenues, de sorte qu’elles ne valent plus rien. Nous avons entendu beaucoup de rhétorique de la part de l’ONU et des Etats-Unis qui n’a plus aucun sens à ce jour.

Ainsi, quand nous nous voyons ce qui est arrivé, affirmer que, nous avons honte de notre pays nous qui avons été impliqués dans cette histoire dès le début, et que nous sommes embarrassés par ses actions, n’est tout simplement pas suffisant. Nous sommes aussi blessés par ses actions, non pas la même blessure que la famille et les amis de ceux qui sont morts, mais blessés parce que chacun d’entre nous qui a fait cause commune avec l’OMPI, nous avons passé une bonne partie de notre vie au service de notre gouvernement, dans le service public d’un pays qui a beaucoup de sens pour nous.

L’Amérique n’est pas un bout de terre sur une carte. L’Amérique est en réalité, une idée. C’est ce qui a attiré tant de gens de tant de parties du monde. C’est une idée qui se manifeste dans les rêves de tous ceux qui ont péri, tous les martyrs, ces 52 et d’autres avant eux. C’est une idée que vous portez dans vos cœurs et dans vos esprits et qui est présente en ceux qui se trouvent au Camp Liberty.

C’est cette idée qu’on peut vivre dans un environnement ouvert, libre, divers, tolérant et démocratique. Vous pouvez être croyant ou non, vous pouvez vous exprimer librement, vous pouvez vous rassembler quand vous voulez, discuter publiquement de ce que vous voulez, condamner le gouvernement s’il ne fait pas son travail d’après vous et vous sentir encore à l’aise et en sécurité. C’est cela le rêve. C’est cela l’idée.

Elle est dans une certaine mesure embellie dans notre Constitution et notre Déclaration des droits, mais nous la vivons tous les jours et parfois je pense que les Américains oublient le rêve qui est devenu notre réalité et que l’absence de ce rêve est un cauchemar pour beaucoup de gens à travers le monde et c’est vraiment un cauchemar pour ceux qui sont au Camp Liberty et un cauchemar pour ceux qui vivent en Iran soumis à cette théocratie répressive qui ne connait qu’une seule façon de faire face à la l’opposition et c’est de l’abattre.

Et malheureusement, après presque deux trillions de dollars et 4.500 vies perdues, des vies américaines, nous constatons que son plus grand allié dans la région est un certain Maliki, homme corrompu et en faillite morale, et qui a choisi de s’allier avec le diable, le Guide suprême.

Cependant, nous portons une part de responsabilité dans ce pays. Nous ne pouvons pas tout mettre sur le compte de l’Iran et sur le compte de l’Irak et nous ne pouvons pas tout mettre sur le compte de l’ONU non plus. Ils ont été inefficaces et irresponsables et si je disais malhonnête ce serait gentil, mais je pense qu’en réalité, ils ont menti à Mme. Radjavi, ils ont menti aux résidents d’Achraf et de Liberty et ils continuent à mentir à ce jour et ils ont été indifférents au sort de ces patriotes.

Nous allons donc appeler le gouvernement américain à faire ce qu’il faut encore, et encore, et encore. Nous allons pour le moins persister, nous serons persistants, nous parlerons aussi fort que possible. Nous allons nous rassembler et protester. Nous allons nous réunir et plaider la cause, pour simplement dire à l’Amérique que vous êtes l’idée, l’idée de l’Amérique, et cette autre idée qui est si simple et pourtant si importante à notre existence, c’est que quand nous prenons un engagement, nous devons le tenir.

Nous avons pris un engagement – nous l’avons fait d’ailleurs à plusieurs reprises depuis que chaque résident a reçu un bout de papier. Mme. Clinton l’a fait. Dan Fried l’a fait. Ça été fait par écrit. Beaucoup d’entre nous l’avons entendu au téléphone. Nous l’avons communiqué à Mme Radjavi. Elle l’a communiqué aux personnes à Ashraf et à Liberty.

Je dois vous dire que vos amis américains se sentent responsables de la mort de ces personnes comme tout un chacun, parce que nous leur avons dit de faire confiance à l’Amérique. Honte à chacun de ceux qui ont menti ! Le mensonge, la tromperie est inadmissible. C’est immoral et c’est non-américain.

Ce dont nous avons besoin à l’avenir, c’est d’une présence permanente des casques bleus de l’ONU au camp Liberty immédiatement. Nous avons besoin de murs en T de protection. Nous avons besoin de gilets pare-balles. Nous avons besoin de casques. Et vous avez remarqué qu’ils avaient ces gilets et casques quand les mercenaires sont venus. Quand les assassins politiques arriveront, les gilets, casques et les murs en T ne serviront à rien sauf si les Etats-Unis et les Nations Unies y installent des gens qui représentent l’ONU ; et les États-Unis devront s’assurer qu’un autre massacre n’aura pas lieu, car ce fut un massacre, des assassinats politiques.

Pourquoi les voir assassinés ? Parce qu’ils ont un rêve, le rêve qui a conduit certains hommes en 1776 à créer un pays qui s’appelle les Etats-Unis d’Amérique. Et l’idée dans ce rêve-là, les libertés et droits dont nous jouissons sont hélas trop souvent pris pour donnés.

Donc, nous rendons hommage aux morts. Puissent-ils reposer en paix. Et ils ne sont pas morts pour rien. Ils ne sont pas morts en vain. Leur cause prévaudra. C’est une cause juste et dans le temps, ils l’emporteront.

Certains d’entre vous m’ont entendu parler de Benazir Bhutto avant, mais je ne peux pas m’empêcher de le faire à nouveau et je vais continuer jusqu’à ce que nous soyons ensemble à Téhéran. Elle a dit, il y a longtemps, je lui ai rendu visite environ un an avant son assassinat, quelque chose à laquelle vous croyez tous et les gens à Liberty et à Achraf ont cru. Elle a dit : « Vous pouvez exiler un homme, mais pas une idée ; vous pouvez emprisonner un homme, mais pas une idée ; vous pouvez tuer un homme, mais pas une idée. »

Alors à Maliki et aux mollahs je dis : écoutez attentivement ! Votre agression brutale, immorale contre des innocents sans défense n’éteindra pas le rêve qu’ils partageaient.

Elle n’éteindra pas le rêve que leur famille, amis et les résidents du camp Liberty partagent. Cela n’éteindra pas le rêve et l’idée que tous les Iraniens vivant sous votre oppression partagent, le rêve d’un Iran libre, démocratique et ouvert.

Si vous réfléchissez à cela, M. Maliki, vous, vos frères maléfiques et le Guide suprême, vous n’avez pas réussi à éteindre la flamme de cette idée, vous y avez ajouté de l’huile parce que, avec ces morts, le rêve devient plus fort, l’engagement se renforce. Et ne pensez pas une minute que leur mort aura éteint la flamme, tué l’espoir ou les aura fait changer d’idées, d’engagement à l’égard de l’idée qui brule dans leurs cœurs et dans leurs têtes ou à la cause pour laquelle ils sont morts : un Iran libre

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe