dimanche, décembre 4, 2022
AccueilActualitésLa situation des droits de l'homme en Iran s'est nettement détériorée- le...

La situation des droits de l’homme en Iran s’est nettement détériorée- le député Charasse

CNRI – Le député Gérard Charasse a présidé le 6 mai une conférence sur la situation en Iran à l’Assemblée nationale le Comité parlementaire pour un Iran démocratique (CPID). Il s’est interrogé sur le bien-fondé de visites officielles d’élus en Iran et le fait qu’elles soient souvent instrumentalisées pour légitimer le régime.

Voici le texte de son intervention:

Au nom du comité parlementaire pour un Iran démocratique, je suis heureux de vous accueillir pour une sixième réunion à notre Assemblée nationale, dans une salle de la majorité qui porte un nom illustre (Victor Hugo), un grand républicain, un grand démocrate est également un grand penseur.

Bien évidemment, notre soutien à votre cause, celle de la démocratie pour l’Iran et de la paix dans cette région sensible du monde qui est le Moyen-Orient, s’est élargi à un plus grand nombre de nos collègues députés mais aussi sénateurs, mais il a gardé toujours son caractère pluriel regroupant différentes sensibilités de notre représentation nationale et nous y tenons. En effet, qu’on soit de gauche, de droite ou du centre, on ne peut qu’exprimer son indignation vis-à-vis de tout ce qui se passe encore en Iran sous la tutelle d’une dictature religieuse ; car c’est bien de cela qu’il s’agit en Iran. Même si un peu trop vite certains médias ont voulu nous faire croire à l’avènement d’un président modéré il y a un peu moins d’un an, avec l’arrivée de M. Rohani au pouvoir. Or, vous le savez, la désillusion n’a pas tardé et aujourd’hui, comme d’habitude, se sont les faits et les rapports de l’ONU et des O.N.G. crédibles sur le plan international, qui nous disent que la situation des droits de l’homme en Iran s’est nettement détériorée.

Il y a aussi la crise du nucléaire iranien et les négociations qui piétinent depuis quelques mois dès lors qu’il s’agit pour le gouvernement iranien de démontrer une transparence réelle et qu’il ne veuille pas se doter de larme atomique ; ce sur quoi nous avons, hélas, raison de douter. Pas simplement raison de son attitude pendant les négociations, mais aussi quand on observe son comportement agressif et expansionniste, notamment dans des pays voisins, en Irak et en Syrie, où il soutient jusqu’au bout des dictateurs sanguinaires au pouvoir.

Il y a aussi une préoccupation constante de notre comité : il s’agit de la sécurité et la protection des résidents du camp Liberty où se trouvent actuellement un peu moins de 3000 résidents membres des Moudjahidine du Peuple d’Iran depuis leur transfert du camp d’Achraf, dans le but d’une réinstallation dans des pays tiers, ce qui ne s’est toujours pas fait. En plus de la menace quotidienne de tirs de roquettes et d’autres obus qui ont déjà fait une quinzaine de morts et des centaines de blessés dans ce camp, c’est un véritable centre de détention arbitraire que leur a réservé le gouvernement irakien, qui est inféodée à Téhéran. Une détention arbitraire que les réfugiés iraniens subissent, eux qui sont privés de leurs droits élémentaires, tel l’accès aux soins et aux médicaments.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe