jeudi, décembre 8, 2022
AccueilActualitésActualités: NucléaireLa résistance en Iran mérite le soutien de l’Occident

La résistance en Iran mérite le soutien de l’Occident

Lord Alton of Liverpool:La résistance en Iran mérite le soutien de l’Occident The Universe* (Royaume Uni) – Par Lord Alton of Liverpool – Tout au long des années, j’ai parlé en détails dans cette colonne des violations choquantes et étendues des droits de l’homme en Iran. Lorsque cela servait nos intérêts économiques, nous avons fermé les yeux et ce n’est que récemment que nous nous réveillons face à la menace posée par le programme nucléaire militaire iranien.

La manière dont l’Occident a réagi avec la menace posée par le programme d’armement nucléaire du régime iranien est une illustration des dangers de la complaisance. Après avoir conduit l’Union Européenne en bateau pendant quelques années, le négociateur nucléaire des mollahs a ouvertement admis les progrès nucléaires qu’ils avaient accomplis pendant la prolongation des négociations.

Durant ce processus, ils ont aussi rompu tous les accords passés avec l’UE, plus récemment en traitant 37 tonnes de minerai d’uranium sur le site de conversion d’uranium d’Ispahan. Aujourd’hui, l’Iran dit vouloir traiter 50 tonnes de plus dans ce site, pour produire suffisamment d’uranium hautement enrichi pour dix bombes atomiques.

La pensée de voir le parrain le plus actif du terrorisme d’Etat posséder les armes les plus dangereuses au monde, est terrifiante. Depuis que le Conseil national de la Résistance iranienne a révélé l’existence du programme nucléaire en août 2002, la communauté internationale a réagi par la panique.

Au lieu d’adopter une politique de fermeté contre le régime iranien, l’UE a fait concessions sur concessions aux mollahs dans le vain espoir qu’ils se réveilleront un jour, repentis de tous leurs méfaits et décidés à abandonner leur programme d’arme nucléaire pour lequel ils ont dépensé des milliards de dollars et qu’ils considèrent comme leur seul moyen de survie.

Tout délai dans la saisine du dossier nucléaire iranien par le Conseil de Sécurité de l’ONU est inexcusable, car la menace posée par le régime iranien continue de monter, augmentant du coup la possibilité d’un conflit militaire. L’UE est allée aussi loin que de promettre de maintenir l’interdiction du mouvement de la résistance iranienne (OMPI) si les mollahs acceptaient de se plier à leurs obligations nucléaires.

La promesse de l’UE, montre la manière dont l’Occident a utilisé ceux qui se battent pour un changement démocratique en Iran comme un pion dans les négociations avec les mollahs.

Ayant été engagé dans les activités de la Résistance iranienne pendant des années, j’ai appris beaucoup de choses sur la campagne de désinformation et les tentatives du régime iranien de discréditer l’OMPI. Une des allégations que j’ai suivie concerne le meurtre horrible de trois dirigeants de l’église anglicane en Iran en 1994.

On nous avait dit que trois femmes avaient avoué publiquement avoir reçu des ordres de l’OMPI d’assassiner ces Anglicans. Des années plus tard, d’anciens officiers des renseignements du régime iranien ont révélé que les prêtres avaient été assassinés par des agents du ministère des renseignements et de la sécurité et que toutes les allégations sur l’implication de l’OMPI avaient été fabriquées pour discréditer le groupe.

Le régime iranien et ses agents ont récemment intensifié leur campagne de désinformation contre l’OMPI en Europe. On peut en citer un exemple récent en mai, quand Human Rights Watch (HWR) s’est faite manipuler en rédigeant un rapport accusant l’OMPI en Irak de violations des droits de l’homme. Le rapport était basé sur quelques interviews téléphoniques avec des individus prétendant être d’anciens membres de l’OMPI. HWR n’a pas donné à l’OMPI un droit de réponse à ces allégations et n’a pas visité la base Achraf, où se seraient déroulées les présumées violations.

Le rapport s’est attiré la colère de nombreux milieux et en conséquence, une délégation du Parlement européen s’est rendue à la base Achraf pour y mener une enquête indépendante sur ces allégations. Elle a publié ses résultats, qui concluent que des agents du ministère des renseignements du régime iranien ont dupé HRW dans la préparation de ce rapport contenant des allégations fabriquées contre l’OMPI.

1000 avocats britanniques ont signé une déclaration appelant à la réhabilitation de l’OMPI. Cela ne peut arriver trop tôt. Dans l’état actuel des choses en Grande-Bretagne, cela équivaut à interdire la résistance française durant le Deuxième Guerre mondiale et à essayer de faire des affaires avec le Reich.

*Article paru le 22 janvier dans The Universe, le premier journal catholique en Grande-Bretagne et en Irlande.

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe