samedi, février 4, 2023
AccueilActualitésActualités: Terrorisme & intégrismeLa force Qods tente à nouveau de provoquer des troubles violents en...

La force Qods tente à nouveau de provoquer des troubles violents en Irak

Par Reza Shafa*

CNRI – Récemment, une série de réunions au sommet a eu lieu entre le Corps des Gardiens de la Révolution (CGR) et les commandants de la force Qods, à Téhéran, dans le but de définir de nouvelles manières plus commodes d’intervenir en Irak.

Les mollahs sont très habiles à brouiller les pistes en se servant d’associations comme couverture pour poser les fondements de leur ingérence dévastatrice dans ce pays voisin.
 
Selon des informations classées secrètes à propos d’une réunion ayant eu lieu récemment au siège du commandement du CGR dans l’est de Téhéran, un homme nommé Saleh Mehdi Al-Moslemavi, agent de la force Qods dans la province de Babylone en Irak, s’est vu confier une nouvelle mission. Il a reçu l’ordre de mettre en place une nouvelle association de couverture similaire à celles déjà en place en Palestine et au Liban et dirigées par le Hezbollah et le Hamas.
 
Al-Moslemavi, portant le faux nom iranien Salem Moslemavi, vit dans la ville sainte de Qom depuis 1988. Il a été recruté comme fantassin par le CGRI et a été peu après transféré à la force Qods parce qu’il parlait couramment l’arabe. Le numéro actuel de sa pièce d’identité est 21549 ; il figure dans les effectifs du CGR et reçoit 1 519 233 tomans (1900 dollars), soit l’équivalent de ce que touche actuellement un colonel du CGR. Il détient un compte en Iran à la banque Sepah Bank, dont le numéro est 2281.
 
Suite à la chute du précédent gouvernement irakien, Al-Moslemavi est revenu au pays où il a occupé un poste d’influence au sein du Conseil suprême de la révolution islamique en Irak (CSRII) à Babylone, ville située dans la moitié sud du pays.
 
En mai 2003, le guide suprême des mollahs, Ali Khamenei, a affecté d’importantes sommes d’argent au SCIRI, dont une partie s’est retrouvée entre les mains de Moslemavi. Il a dépensé une partie de cet argent dans la construction d’un centre islamique baptisé Alle-Shami, à Hilla, dans le centre du pays. Les individus considérés doués, selon les critères du CGRI, sont recrutés puis répartis dans les centres d’entraînement du CGRI à Téhéran et à Qom.
 
Lors de sa dernière visite au quartier général de la force Qods à Téhéran, Al-Moslemavi a reçu l’ordre de créer un bureau similaire à l’organisation Bonyad Shahid (cartel géant qui contrôle la plus grande partie de l’économie iranienne, fondée par Khomeiny puis dirigée fermement par le CGR).
 
L’ingérence de longue date du régime des mollahs en Irak est désormais connue de tous. La question est de savoir combien de temps encore va-t-on rester à ne rien faire et tolérer cela ?

* Reza Shafa est un expert des réseaux de renseignements du régime iranien, en Iran et à l’étranger. Il a mené des recherches poussées sur le VEVAK, les services secrets du CGR et la force Qods. Il contribue actuellement au site du CNRI.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe