vendredi, février 3, 2023
AccueilActualitésActualités: Droits humainsLa fille d’un prisonnier politique iranien écrit une lettre à Asma Jahangir

La fille d’un prisonnier politique iranien écrit une lettre à Asma Jahangir

La fille d’un prisonnier politique iranien écrit une lettre à Asma Jahangir

CNRI – Mohammad-Ali Mansouri, un prisonnier politique sympathisant de l’OMPI, a été transféré le 23 avril dans un lieu inconnu par les gardiens de la prison de Gohardasht et nous sommes sans nouvelles depuis. M. Mansouri avait déjà fait des longs séjours en prison dans les années 90 en raison de son opinion. Sa fille, Masoumeh Mansouri, vient d’écrire une lettre à la Rapporteuse spéciale de l’ONU, Madame Asma Jahanguir, sur la situation des droits de l’Homme en Iran, demandant que des actions urgentes soient menées pour déterminer l’état de son père et ses conditions de détention.

Voici la lettre :

Mon père, Mohammad-Ali Mansouri est prisonnier de conscience depuis 2007.

Selon les codétenus de mon père, les gardiens de la prison l’ont transféré de force dans la prison d’Évine à Téhéran le 23 avril, un transfert a été ordonné par la branche 33 de la Cour d’Évine. Ce n’est pas la première fois que le pouvoir judiciaire essaie d’ouvrir une nouvelle accusation contre mon père pour rallonger sa peine de prison.

Mon père et trois de ses codétenus ont été emprisonnés dans la section 209 de la prison d’Évine en juin 2011 et ce pendant trois mois. Cette section est connue pour ses conditions de détention terribles. Mon père a perdu presque 10 kg pendant sa détention, étant interrogé une fois de plus et soumis à des pressions physiques et psychologiques.

Je pense que ce transfert a été prévu par le régime iranien pour torturer un peu plus mon père, ce qui me préoccupe. Bien que les charges contre lui n’aient pas encore été annoncées, la dernière fois, il avait été accusé d’« agissement contre la sécurité nationale ».

La question est, comment est-ce possible que quelqu’un qui a été détenu en prison pendant dix ans sans avoir de contact avec le monde extérieur, puisse être perçu comme une menace et un danger pour la sécurité nationale ? En réalité, je soupçonne que le transfert de mon père dans la prison d’Évine soit lié à l’élection présidentielle de mai.

Je m’inquiète pour la santé de mon père. Le régime iranien a une histoire terrible de comportement inhumain avec les prisonniers de conscience. Des milliers de prisonniers ont été exécutés en l’espace de quelques mois en 1988 sur ordre de Khomeiny, alors qu’ils purgeaient encore leur peine.

Les responsables du massacre sont connus et ont toujours des postes au gouvernement actuel, comme Mostafa Pourmohammadi qui est actuellement ministre de la Justice. Il existe de nombreux cas d’exécution de prisonniers de conscience menés après le massacre de 1988, sans qu’aucun responsable ne soit traduit en justice.

On a refusé à mon père le droit de voir sa famille de temps en temps depuis qu’il a été transféré, donc nous ne connaissons pas sa situation physique et psychologique. Par rapport à des expériences passées, je crains qu’il ne puisse s’en sortir cette fois-ci.

Mon père a été arrêté et condamné à 15 ans de prison et d’exil en 2007 sur des charges de « participation à une cérémonie en hommage aux victimes du massacre de 1988 », « soutien à l’OMPI », et « propagande contre le régime et actes contre la sécurité nationale. »

Ma requête pour la Rapporteuse spéciale de l’ONU sur la situation des droits de l’Homme en Iran est d’agir de manière urgente pour mettre la pression sur le régime iranien pour lui donner des informations concernant l’état de mon père en prison et la raison de son transfert. »

Cordialement,
Masoumeh Mansouri

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe