jeudi, février 2, 2023
AccueilActualitésActualités: LibertyLa carence d'eau et l'usure des conduits et du réseau d'électricité et...

La carence d’eau et l’usure des conduits et du réseau d’électricité et des égouts placent le camp Liberty dans une crise périlleuse avec la saison de chaleur en Irak

Liberty no.33

Cent jours après le début du transfert des résidents d’Achraf vers le camp Liberty, avec déjà 2000 résidents transférés à Liberty, non seulement les infrastructures d’eau, d’électricité et des égouts n’ont pas été améliorées, mais en raison des restrictions extrêmes imposées par le gouvernement irakien, ajouté à l’augmentation de la population et l’élévation du degré de la température, la situation à Liberty devient de plus en plus catastrophique. Ignorant ses engagements internationaux et violant le protocole d’accord signé avec le Représentant spécial des Nations-Unies, le gouvernement irakien continue les pressions et les restrictions contre Liberty.

1- Le système d’eau de chaque bloc (ensemble de bungalow) à Liberty est constitué d’un circuit fermé approvisionné avec un camion-citerne. Chaque bloc a trois petites pompes situées dans la station d’eau (90 pompes dans l’ensemble du camp), qui sont toutes usées et chaque jour plusieurs deviennent inutilisables, ou en raison de disfonctionnements elles perdent de leur puissance et ne peuvent remonter l’eau. Plusieurs pompes sont sur le point de brûler en raison d’une utilisation excessive. La plupart des tableaux électriques des pompes sont également défectueux. Six blocs ne fonctionnent qu’avec une seule pompe, et le moindre disfonctionnement conduit à l’interruption complète de l’eau.

2- L’égout de chaque bloc est un système clos et doit être vidé avec des camions-citerne. Les pompes de vidange des égouts sont pour la plupart très usées et souvent leurs mécanismes de suspension disfonctionnent et conduisent à des écoulements dans les égouts, polluant l’environnement.

3- Les conditions vétustes des réservoirs et des pièces de jonction causent des écoulements continuent des égouts. Les résidents s’efforcent pourtant de réparer les parties corrodées et défectueux avec les moyens du bord qu’ils ont à leur disposition. Or, quelques jours plus tard les réservoirs sont à nouveau confrontés à des écoulements, et crée des conditions insalubres pour les résidents. Ces derniers ont changé quelques réservoirs rouillés avec des réservoirs qu’ils ont emportés d’Achraf, cependant le gouvernement irakien empêche d’en transférer un plus grand nombre.

4- Au cours du dernier mois, les tuyaux d’eau et les conduits des égouts dans les différents blocs se sont brisés à sept reprises, et les résidents ont dû les réparer avec leurs moyens modestes et en dépensant beaucoup d’énergie pour creuser la terre à la pelle pour les réparations. Un problème réglé à Achraf en deux heures, il en faut deux à trois jours à Liberty en raison de l’absence de pelle mécanique.

5- L’approvisionnement de l’eau avec des camions-citernes est l’un des problèmes les plus sérieux du camp. Transporter un camion-citerne, d’un lieu insalubre situé à 12 km de distance (voir photos),  prend plus de cinq heures. Par conséquent, les résidents souffrent de manque d’eau dans une température de 40 à 45 degrés. En raison de l’air poussiéreux, l’absence d’espaces verts et le fait que les portes des dortoirs s’ouvrent directement à l’extérieur, les résidents sont confrontés à beaucoup de poussières. Ce qui rend le besoin en eau encore plus pressant ; parfois les résidents qui font des travaux physiques intenses n’ont pas assez d’eau pour se doucher.

6- Chaque section de Liberty possède deux générateurs, les tableaux électriques de la plupart des générateurs ont cependant été volés. Cinq générateurs sont totalement hors de fonctionnement. L’un nécessite des réparations d’envergure au niveau de son moteur. Les restants sont très usés et ont déjà fonctionné plus de 15 000 heures, avec un échappement de fumée excessive et 30 % de consommation supérieure à la normale. Ce qui conduit à une élévation anormale de la température du moteur, conséquence de quoi il n’est même pas en mesure de fournir 40 % de sa capacité. Les générateurs sont du modèle “standby” et n’ont pas été construit pour fonctionner sans interruption 24h/24, ils leurs faut donc au moins deux générateurs de réserve.

La crise de l’eau, de l’électricité et des égouts a été soulevée au cours des trois derniers mois dans les multiples rencontres avec les représentants du gouvernement irakien, le Représentant spécial du Secrétaire général de l’ONU et les représentants de la MANUI (Mission d’assistance des Nations Unies en Irak) et du HCR, sans résultat et sans aucune démarche concrète pour les résoudre. Les résidents ont même proposés de raccorder l’eau et l’électricité du camp au réseau urbain, à leurs propres frais. Or le gouvernement irakien continue de refuser. Malheureusement le Représentant spécial de l’ONU, la MANUI et le HCR n’ont jusqu’à cette date rien accompli de concret pour résoudre ce problème.

La Résistance iranienne met en garde sur les conséquences de la situation de crise à Liberty et exhorte l’intervention du Secrétaire général des Nations-Unies, la Secrétaire du Département d’État américain, la Haute-Représentante de l’Union européenne, pour admonester le gouvernement Maliki pour les violations des droits humanitaires des résidents. S’il n’est pas remédié à la situation, la seule solution qui restera, selon les propres termes des résidents, sera de retourner à Achraf.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 25 mai 2012
          

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe