mardi, décembre 6, 2022
AccueilActualitésActualités: Iran Résistance« Mme Radjavi, vous aurez toujours les membres de ce parlement à...

« Mme Radjavi, vous aurez toujours les membres de ce parlement à vos côtés » – Vice-président du PE

Alejo Vidal-Quadras, vice-président du Parlement européenCNRI – « Si le gouvernement irakien veut donner une bonne impression en Europe et à ce parlement, il devrait traiter les résidents d'Achraf selon le droit humanitaire international. Et il devrait mettre en œuvre la résolution du Parlement européen du 24 avril de cette année », a déclaré Alejo Vidal-Quadras au Parlement européen le 11 novembre.

Le Vice-président du PE s’exprimait dans une réunion de l’intergroupe parlementaire des Amis d’un Iran Libre, à Bruxelles, qui recevait Maryam Radjavi, présidente élue de la Résistance iranienne. Elle était venue exposer la situation du soulèvement en Iran et de la Cité d’Achraf en Irak, qui abrite 3400 membres des Moudjahidine du peuple d’Iran.

Voici l’intervention de M. Vidal-Quadras :

Merci à tous d'assister à cette importante conférence aujourd'hui sur l'Iran et l'opposition démocratique, qui portera plus particulièrement sur la situation dramatique au camp d'Achraf en Irak. Cette réunion est organisée par l’intergroupe des Amis d'un Iran libre. Nous sommes très heureux d’accueillir la présidente du Conseil national de la Résistance d'Iran, une très grande amie, Mme Maryam Radjavi. Elle est ici aujourd'hui, comme notre principale intervenante et invitée spéciale et distinguée.

Nous sommes nombreux dans ce parlement à soutenir et partager sa vision ainsi que le programme politique qu'elle représente, pour un futur Iran démocratique. Je tiens à adresser mes félicitations aux membres de l'OMPI à Achraf et à tous ceux ici qui ont pris part à la campagne de 72 jours ayant mené à la libération des 36 résidents d'Achraf, pris en otage par les forces de sécurité irakiennes durant leur raid violent fin juillet.

Dans mon voyage au camp d'Achraf en octobre de l'an dernier, j'y étais avec Tunne et quelques autres collègues, j'ai eu une expérience directe de l'OMPI et d'Achraf. Avant de quitter l'Irak, j'ai dit qu’Achraf était une référence morale pour la démocratie, non seulement pour l'Iran, mais pour toute la région et le monde en général. Aujourd'hui, je voudrais ajouter et souligner qu’Achraf est un symbole de courage et de force morale, et qu’elle mérite toute notre admiration.

Afin de complaire au régime en Iran, nos gouvernements ont maintenu le nom de l'OMPI sur la liste noire de l'UE pendant des années et lui ont rendu la vie difficile. Mais le l’OMPI n’a pas perdu l’espoir et a continué de combattre pacifiquement et démocratiquement, rassemblant le soutien de plus de 2000 parlementaires en Europe, jusqu'à ce qu'elle soit retirée de la liste noire en janvier de cette année. Leur sincérité et la justice de leur cause, ainsi que leur volonté et détermination nous a fait nous tenir à leurs côtés.

Aujourd'hui, le régime iranien, à travers certains éléments dans le gouvernement irakien, tente de déplacer de force les résidents d'Achraf vers des déserts éloignés dans le sud de l'Irak, où ils seront livrés à des forces hostiles, ce qui les rendrait très vulnérables.

En tant qu’ami d'un Irak démocratique et indépendant, je tiens à rappeler au gouvernement irakien de ne pas répéter les erreurs et le bain de sang de la fin de juillet. Le monde ne tolérera pas les crimes contre les habitants sans défense et sans armes d’Achraf.

Le gouvernement irakien a créé un comité chargé d'examiner la question d'Achraf. Mais il semble que ce comité n'agit pas de manière indépendante mais sous l'influence de certaines orientations extérieures venant de Téhéran. Si le gouvernement irakien veut donner une bonne impression en Europe et à ce parlement, il devrait dissoudre cette commission et traiter les résidents d'Achraf selon le droit humanitaire international. Et il devrait mettre en œuvre la résolution du Parlement européen du 24 avril de cette année. L’Irak devrait abandonner l'idée du déplacement forcé des résidents d'Achraf en Irak, mettre immédiatement fin à son blocus inhumain du camp et reconnaître le droit des résidents en vertu de la 4e Convention de Genève.

Le gouvernement irakien devrait plutôt regarder dans les rues de Téhéran et des autres villes d’Iran, et se rendre compte que ce régime totalitaire n'a pas d'avenir et que cela ne vaut pas la peine de miser sur lui.

Je crois que le soulèvement national en Iran, qui en est à son 6ème mois, ne sera jamais étouffé. Ce soulèvement a prouvé qu'il a des racines profondes dans la société iranienne. Dans les dernières manifestations, le 4 novembre, les gens criaient ouvertement « A bas le dictateur », « A bas Khamenei». Les Iraniens ne risqueraient pas leurs vies dans les rues en soutenant telle ou telle faction au sein du régime actuel. Ils veulent vraiment renverser ce régime et le remplacer par une république laïque et démocratique.

Je voudrais profiter de cette occasion pour féliciter les déclarations faites par le chef historique de la Résistance iranienne, Massoud Radjavi, sur ce soulèvement. Il a activement encouragé les ayatollahs à se démarquer du soi-disant guide suprême. Beaucoup de religieux influents ont maintenant rejeté Khamenei et se joignent à l'insurrection. Et c’est très encourageant pour nous tous.

Pour terminer, Madame la Présidente, chers amis, je voudrais exprimer ma foi en la victoire finale de la liberté en Iran. Je crois en cette victoire, parce que l'histoire l’a prouvé. Nous célébrons ces jours-ci le 20e anniversaire de la chute du Mur de Berlin, et l'effondrement des régimes totalitaires parce qu'ils vont à l’encontre de la véritable nature des êtres humains. Et le régime théocratique des ayatollahs est contre tout ce que désire la grande majorité de la population iranienne. Les Iraniens veulent vivre dans un pays où ils peuvent exprimer leur opinion sans crainte, où les opposants ne sont pas exécutés et tourmentés, où les femmes ne sont pas humiliées, mais traitées à égalité avec les hommes, où les dirigeants doivent rendre des comptes à la population, où la richesse produite par les ressources naturelles de la terre sont utilisés pour la richesse du peuple et non pour financer le terrorisme ou la folie d’un programme militaire nucléaire, où toutes les religions sont tolérées et respectées et où les élections sont propres et équitables.

Madame la Présidente, vous aurez toujours les membres de ce Parlement à vos côtés, pour se battre avec vous, souffrir avec vous, espérer avec vous, et persister avec vous, jusqu'à la libération complète du peuple iranien. Merci, Madame la Présidente, pour votre dévouement et votre engagement sans faille à la cause de la liberté dans votre pays.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe