jeudi, février 2, 2023
AccueilActualitésActualités: NucléaireL’allègement de sanctions contre le régime iranien, un gain en argent pour...

L’allègement de sanctions contre le régime iranien, un gain en argent pour ses alliés terroristes dans la région

L’allègement de sanctions contre le régime iranien, un gain en argent pour ses alliés terroristes dans la région

Tribune de Heshmat Alavi, dans le quotidien allemand « Algemeiner », le 30 mars : Les députés britanniques de tous les partis ont autorisé une résolution concernant les crimes des pasdaran (CGRI) contre le peuple iranien et son ingérence terroriste à travers le Moyen-Orient. Le mouvement appelle à l’expulsion des pasdaran et de leurs supplétifs répandus dans la région.

Aux Etats-Unis, le président de la commission sénatoriale des affaires étrangères, Bob Corker, a qualifié l’Iran de plus grand sponsor mondial du terrorisme: « À l’échelle régionale, nous avons assisté à une escalade de l’intervention iranienne. L’Iran, avec ses alliés en Russie, a continué à soutenir Assad au prix d’innombrables vies en Syrie. Le soutien de l’Iran aux milices chiites en Irak menace les intérêts des sunnites et des kurdes, sans parler des chiites en Irak… L’Iran arme les houthis au Yémen, qui, en retour, attaquent nos alliés saoudiens et ciblent nos navires… L’Iran demeure le premier État sponsor du terrorisme. Il compte le Hezbollah libanais – une organisation qui a tué des centaines d’Américains – parmi ses alliés les plus proches. »

Le sénateur des États-Unis américain Robert Menendez, a prononcé mardi un discours sur sa proposition d’augmenter les sanctions ayant rapport aux missiles contre la République islamique et de totalement mettre un embargo total sur les pasdaran :

« Beaucoup d’entre nous ont prédit à juste titre qu’un régime iranien qui accordait la priorité au financement du terrorisme, contre le bien-être de ses propres citoyens, considérerait l’allégement des sanctions comme une source d’argent pour ses alliés terroristes dans toute la région. Et au sujet du terrorisme, nous craignions qu’une grande partie de la nouvelle capacité économique de l’Iran soit utilisée pour propager la violence… Il n’est donc pas surprenant que l’Iran ne se soit pas transformé soudainement en un membre responsable de la communauté internationale. Il reste plutôt un agent d’instabilité à travers le Moyen-Orient, un acteur néfaste qui continue de compromettre la sécurité des pays de la région. »

Le chef de la majorité du Sénat, Mitch McConnell a déclaré que les États-Unis peuvent maintenant prendre des mesures contre le financement, la formation et l’armement iraniens des terroristes, tels que le Hezbollah, le Hamas et les alliés en Syrie.

Le président de la Chambre, Paul Ryan, a suggéré de désigner les pasdaran comme une organisation terroriste étrangère.

Les remarques ci-dessus peuvent être considérées comme des mesures préparatoires de la prochaine série d’actions pratiques. Contrairement à Obama, le président Donald Trump et son administration affrontent Téhéran.

Avec les élections présidentielles iraniennes qui auront lieu en mai, le régime agira pour ne pas allumer une étincelle sous la poudrière de la société iranienne – et déclencher une explosion de soulèvements populaires semblables à ceux de 2009. À cette époque, Obama venait de prendre ses fonctions et a abandonné les manifestants qui demandaient le changement de régime. Aujourd’hui, Trump est à la Maison Blanche et a une attitude très différente.

 

Source: Algemeiner

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe