mardi, décembre 6, 2022
AccueilActualitésActualités: EvénementsL’OMPI est du bon côté de l'histoire en Iran - Newt Gingrich

L’OMPI est du bon côté de l’histoire en Iran – Newt Gingrich

la stratégie Obama de remettre l'argent à la dictature a peut-être échoué

Lors d’une conférence intitulée « Le changement de régime en Iran : en avant avec 1 000 Achrafs », l’ancien président de la Chambre des Représentants des États-Unis, Newt Gingrich, est intervenus en présente de Maryam Radjavi, la présidentes élue du Conseil national de la Résistance iranienne, à Auvers-sur-Oise, devant une assemblée composée de membres et de militants du CNRI. L’ancien sénateur démocrate Robert Torricelli et le colonel Wesley Martin qui fut en poste à Achraf en Irak, sont également intervenus lors de cette rencontre.

Au début de cette rencontre une exposition photo des manifestations récentes en Iran a été visités. Des jeunes iraniens ayant passé par les prisons et récemment sorties d’Iran ont également apporté leurs témoignages bouleversant lors de cette rencontre. Voici un extrait de l’intervention de Newt Gingrich pendant cette journée : 

Comme toujours, Mme Radjavi, c’est merveilleux d’être avec vous. Et bien sûr, cela vaut la peine de faire le voyage en entier, pour voir simplement la salle d’exposition de toutes les photos des soulèvements en Iran. Et j’espère qu’après aujourd’hui, je pourrai obtenir une carte de tous les endroits que vous avez sur le mur où des manifestations ont éclaté. Quand vous regardez cette carte et que vous voyez le nombre de villes où il se passait quelque chose, vous comprenez très bien qu’il s’agissait d’un effort national et j’aimerais donc obtenir une telle carte et la partager avec vous.

Je tiens également à souligner que lorsque vous avez le sénateur Torricelli et moi tous les deux ici, c’est un engagement bipartite avec les démocrates et les républicains, à Washington, on ne l’obtient pas souvent en ce moment. Mais nous le faisons, et c’est l’un des sujets, et je crois que cela rapproche de plus en plus les gens.

Je me suis peut-être trompé à propos d’un aspect, et je dis cela en reconnaissant que tant d’entre vous en savent tellement plus que moi sur ce qui se passe en Iran. Mais d’une drôle de façon, la stratégie Obama de remettre l’argent à la dictature a peut-être échoué, parce que les gens croyaient qu’ils allaient obtenir l’argent. Je ne pense pas qu’il leur soit venu à l’esprit que les fonds allaient être détournés vers la corruption et la Syrie, le Yémen, le Sud-Liban.

Et tout d’un coup, je pense que le niveau de colère était plus élevé, parce qu’on avait l’espoir que les choses allaient s’améliorer. Mais le défi pour la dictature est que les choses ne peuvent pas s’améliorer. Le niveau de corruption qu’il faut maintenant pour maintenir les gardiens de la révolution, signifie que de plus en plus d’argent des citoyens ordinaires sera détourné vers les forces de l’oppression. Et à mesure qu’ils deviennent de plus en plus corrompus, ils deviennent plus cupides. Et ainsi, vous avez maintenant beaucoup de riches généraux et pourtant, ce n’est jamais assez. Je pense donc que vous voyez cette tension qui s’installe entre les forces d’oppression qui ne sont soutenues que par beaucoup d’argent. Et l’Iranien moyen qui n’a pas accès au pouvoir ou à l’argent.

Ce que vous faites, chacun d’entre vous, en étant ici aujourd’hui, ce que vous faites à l’immense assemblée annuelle, ce qui, franchement pour moi, a été un tournant décisif, lorsque j’ai regardé et vu des milliers de personnes du monde entier. Et il était évident que quelque chose d’important se passait.

Je dis à mes amis américains, je ne crois pas que la dictature ait choisi de cibler Mme Radjavi par hasard, je crois que le niveau de ses craintes augmente pour des raisons très pratiques. Vous avez survécu, vous avez supporté, vous avez continué votre objectif et ils n’ont pas pu vous arrêter.

Et le moral perdu, le prestige perdu qu’ils ont subi était très réel. Je veux dire qu’il est très difficile à l’heure actuelle pour toute personne ouverte aux faits de laisser entendre que la dictature actuelle est un gouvernement légitime. Je dois dire aux deux jeunes qui ont parlé que c’est très humiliant de réaliser ce que vous avez enduré à cause de votre croyance en la liberté pour l’Iran. Je vous remercie donc de votre témoignage aujourd’hui.

Mais tout cela crée de la pression. Vous remarquerez que le président américain a renvoyé une note indiquant qu’il s’attend à continuer de démêler l’accord conclu par Obama avec la dictature. Et vous verrez d’autres activités dans cette direction. Il y a des efforts très sérieux en chemin, pour réfléchir à la façon de saper le régime.

Parce que les gens qui conseillent maintenant le président Trump, quand vous regardez les antécédents du général Kelly, vous regardez les antécédents du général Mattis, vous regardez les antécédents du général McMaster, ils ont tous vu des Américains tués par la dictature (des mollahs). Je veux dire que chacun d’entre eux sait qu’en Irak, il s’agissait d’armes fournies par la dictature, qu’il y avait une formation donnée par la dictature. Ils ne se font pas d’illusions sur une aile modérée de la dictature. Il y a une faction mauvaise au sein de la dictature et une faction plus mauvaise au sein de la dictature et il n’y a pas de faction innocente de la dictature.

Maintenant, je pense que c’est une longue et difficile lutte; je pense que c’est une lutte importante et comme vous le savez tous, je plaide publiquement et je ne cache rien de tout cela; je plaide très énergiquement pour que nous fassions plus, nous, les États-Unis, faisons plus de choses.

J’espère également qu’avec les preuves que vous avez maintenant du mécontentement national, vous serez en mesure de tendre la main encore plus aux Iraniens du monde entier pour les engager et les aider à libérer leur propre pays.

J’ai actuellement la chance de voir régulièrement une statue de Garibaldi, qui a été le grand libérateur de l’Italie, et Garibaldi a été soutenu par des gens de Grande-Bretagne et d’ailleurs, et il a progressivement organisé le mouvement qui a finalement conduit à la création de l’Italie moderne, et d’une certaine manière, ce que vous faites est très similaire à Garibaldi. Vous tissez à la fois dans votre pays et dans le monde, la force formidable qui soutient le droit de croire que vous pouvez être libre.

Je pense aussi que vous avez un énorme avantage, et c’est quelque chose que j’ai pu constater à maintes reprises au cours de conversations privées et lors de réunions plus importantes, ainsi qu’à l’occasion de conversations avec des gens que je fréquente. J’ai parcouru deux œuvres majeures sur la Perse et toute la nature de la culture, et ce que l’on découvre c’est la fierté. Une des choses que la dictature ne peut pas briser, vous l’avez vu dans les témoignages d’aujourd’hui, c’est la fierté. Une volonté des gens qui se lèvent pour dire non! Je ne vous laisserai pas m’intimider et je ne vous laisserai pas m’arrêter. Tu peux me tuer, me mettre en prison, mais tu ne vas pas briser ma volonté. C’est très différent de certains pays, il y a des pays où l’on dit « eh bien! Je suppose que je ne peux pas faire grand-chose!

Je ne pense pas que c’est ce qui se passe ici. Je pense que ce que vous avez, c’est une conversion graduelle de plus en plus d’Iraniens qui disent que je ne vais pas supporter ça! Et j’ai regardé ces photos de gens qui savent que lorsqu’ils se tiennent là, le visage découvert, permettant de se faire photographier, ils savent que les forces de sécurité vont découvrir qui ils sont, car après tout, ce n’est pas que la dictature a commencé la semaine dernière, tout le monde en Iran aujourd’hui comprend la nature de la dictature, ils comprennent la menace d’être torturés, et pourtant ils se sont levés ensemble et ils ont défié la dictature. C’est une chose étonnante, un acte de courage incroyable.

Ma prédiction est que vous allez voir plus de manifestations, vous verrez des vagues d’éclatement, franchement il est beaucoup plus normal d’avoir des manifestations en été qu’en hiver pour des raisons évidentes et je soupçonne que ce printemps et cet été pourrait être une période très, très importante.

Je pense que vous avez trois grandes opportunités si je puis me permettre, en tant qu’outsider très impressionné par ce que vous avez déjà fait. Je pense que votre première opportunité est de convaincre tous les Iraniens de la diaspora à travers le monde que c’est leur moment et qu’ils ont une responsabilité morale, qu’ils ont une opportunité de travailler en réseau, qu’ils peuvent aider à trouver des ressources, qu’ils peuvent aider à augmenter la quantité d’information qui revient, qu’ils peuvent aider les gens à commencer à s’organiser. Il y a des choses qui sont en train d’être faites et qui, à mon avis, nous permettront d’accroître notre capacité à permettre aux gens de communiquer entre eux malgré la dictature. Et il y a d’autres mesures qui peuvent être prises pour aller dans cette direction.

Deuxièmement, je pense qu’il est très important que vous preniez des choses comme l’étalage que vous avez ici et que vous trouviez des moyens, par exemple, de faire une copie de cette exposition et de la faire circuler aux États-Unis ou en Europe pour que les gens puissent être invités à la voir. C’est très impressionnant. Quand tu vois ça et que tu réalises à quel point ces gens sont réels. Et vous réalisez à quel point il est important que nous tendions la main, nous qui sommes relativement en sécurité. Tendre la main dans nos prières dans nos pensées dans nos voix pour renforcer les personnes qui prennent des risques aussi extraordinaires.

Et la troisième chose que je pense, c’est de continuer à appeler les gouvernements des pays qui ont le sens de la décence à condamner et à refuser de tolérer ce genre de comportement.

Pour la toute première fois depuis quelques semaines, j’ai vu les gouvernements européens, qui historiquement n’auraient rien fait, se sentir enfin embarrassés et obligés de dire quelque chose parce que c’était tellement évident.

Et bien sûr, chaque fois qu’il y a un acte répressif, il évoque l’histoire de la répression. Cela nous donne le prétexte pour éduquer les gens sur ce qui s’est passé en 1988 et nous donne un prétexte pour rappeler aux gens combien de prisonniers sont passés par ces prisons et combien de prisonniers se sont « suicidés », c’est-à-dire qu’ils ont été tués par la dictature.

Et je pense qu’à chacune de ces rassemblements, avec chaque manifestation, vous trouverez de plus en plus de pays qui ne peuvent plus tout simplement supporter la dictature.

Une dernière observation en tant qu’historien, ce qui arrive aux dictatures comme celle-ci, c’est qu’elles perdent peu à peu toute autorité morale, et maintenant vous n’êtes plus que face à la force brutale et aux gens qui sont payés pour être répressifs, mais qui rentrent chez eux la nuit et qui sont écœurés par ce qu’ils font. Et commencent à avoir un vide dans la capacité de faire ces choses.

Sur la place Tiananmen, les Chinois ne pouvaient pas agir les premiers jours. Parce que les unités autour de Pékin ne tiraient pas sur les étudiants. Ils ont dû faire venir des unités de Mandchourie qui n’avaient aucune relation, afin de réprimer les étudiants parce que la population locale vient de dire non! Je ne le ferai pas! Et ce qui commence à se produire; et vous l’avez vu avec l’effondrement de l’Union soviétique, il y a une période où ils n’imposeront plus rien de simple, et les gens commencent juste à se rendre compte que les forces de sécurité perdent leur sang-froid.

Dans mon esprit, en tant qu’historien, je ne doute pas que Khamenei ait subi une terrible défaite morale. Chaque fois qu’une personne se lève pour protester, toute prétention selon laquelle il devait être le chef moral légitime est sapée. Et lorsqu’ils doivent dépendre de la force pure, je pense que c’est une chose qui existe depuis le début de l’histoire de ce régime, et compte de plus en plus sur la force depuis très longtemps. De plus en plus de jeunes ont dit non. Ainsi, le niveau de mécontentement, le niveau de rejet de la dictature est plus profond aujourd’hui que jamais.

Je veux donc vous encourager. L’histoire est parfois un processus difficile. Parfois, ce genre de luttes prend beaucoup plus de temps que vous ne le souhaiteriez. Vous êtes bien différente. L’OMPI est différente. Je ne doute pas qu’à long terme, vous êtes du bon côté de l’histoire parce que vous êtes du côté de la liberté et que c’est le désir naturel des gens de pouvoir se gouverner eux-mêmes et de ne pas avoir quelqu’un qui leur dicte.

Votre présence ici aujourd’hui fait donc partie du processus historique par lequel le peuple iranien redécouvrira la liberté et par lequel la dictature sera finalement répudiée.

Je vous remercie de votre courage, de votre engagement et de votre volonté de venir ici. Et je vous remercie (Mme Radjavi) pour le leadership dévoué dont vous avez fait preuve à maintes reprises.

a

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe