mardi, février 7, 2023
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceItalie : Personnalités et parlementaires condamnent le déni de visas pour se...

Italie : Personnalités et parlementaires condamnent le déni de visas pour se rendre à Achraf

 CNRI – Le 8 avril 2009, lors d'une conférence de presse à Rome, des parlementaires italiens, ainsi que le président de la Ligue italienne des droits de l'homme et le président du Comité des parlementaires et citoyens pour un Iran libre, ont protesté contre les mesures illégales et inhumaines prises contre les résidents d’Achraf ainsi que le refus de délivrer des visas aux personnalités politiques et des droits de l'homme italiennes désireuses de visiter la cité.

 CNRI – Le 8 avril 2009, lors d'une conférence de presse à Rome, des parlementaires italiens, ainsi que le président de la Ligue italienne des droits de l'homme et le président du Comité des parlementaires et citoyens pour un Iran libre, ont protesté contre les mesures illégales et inhumaines prises contre les résidents d’Achraf ainsi que le refus de délivrer des visas aux personnalités politiques et des droits de l'homme italiennes désireuses de visiter la cité.

Achraf en Irak, abrite la principale opposition iranienne, l'organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI).

Ils ont appelé toutes les organisations internationales des droits de l'homme à agir pour faire lever ces restrictions illégales.

Le président de la Ligue italienne des droits de l'homme (LIDU), le Dr Alfredo Arpaia, a déclaré : «Nous savons que les 3500 personnes d’Achraf sont mises à rude épreuve. Nous connaissons le régime totalitaire en Iran, et nous savons que la vie humaine n’a aucune valeur à ses yeux. C'est pourquoi je suis ici au nom de notre fédération internationale pour soutenir cette organisation. Nous avons demandé des visas pour nous rendre à la Cité d’Achraf, mais nous n'avons pas reçu de réponse pour le moment. »

«Nous invitons tous les gouvernements à s'abstenir de se concentrer uniquement sur les intérêts économiques, a-t-il ajouté, et à prêter attention aux questions humanitaires. Nous sommes tenus d'encourager l'ONU et toutes les organisations internationales des droits de l'homme à intervenir pour défendre les droits d’Achraf. »

Antonio Stango, président du Comité Helsinki en Italie et co-président du Comité des parlementaires et citoyens pour un Iran libre, qui a également présidé la conférence, a dénoncé les pressions imposées par Mowaffagh al-Ruba’i, le conseiller irakien à la sécurité nationale, contre les résidents d’Achraf avant d’ajouter : « cela fait quelque temps que nous avons demandé des visas à l'ambassade irakienne à Rome pour nous rendre à Achraf, mais nous n'avons toujours pas reçu de réponse. »

La députée Elisabetta Zamparutti a déclaré : «Nous sommes ici pour parler des problèmes concernant Achraf. Au Parlement, les députés ont interpellé le gouvernement et j'ai souligné que le régime iranien influence le gouvernement irakien et bafoue les droits des résidents d'Achraf. Nous avons offert d'envoyer une délégation parlementaire avec un représentant du gouvernement à Achraf. Mais, les visas n'ont pas été délivrés aux parlementaires. »

Le sénateur Marco Perduca, membre de la commission des droits de l'homme au Sénat, a déclaré : «Dans une lettre adressée au gouvernement américain, nous lui avons demandé de garantir le respect du droit international. Ce n'est que par le respect des droits individuels que l'on peut protéger la vie des résidents d’Achraf. » Le sénateur Perduca a ajouté : « Je veux aussi que l'Irak délivre des visas à la délégation parlementaire italienne pour aller à Achraf. »

Alessandro Forlani, ancien député, a également dit à la conférence de presse que «nous ne pouvons pas ignorer les violations des droits les plus fondamentaux des individus. Nous devons dénoncer l’ingérence du régime iranien en Irak et être conscient de ses violations des droits humains. »

Le député Carlo Ciccioli, vice-président de la commission de la Santé et de président de la commission des parlementaires et des citoyens pour un Iran libre, a déclaré : «Nous sommes ici aujourd'hui pour exprimer notre solidarité avec les résidents d'Achraf. Avec d'autres parlementaires, nous avons écrit une lettre au président Obama pour lui demander des explications au sujet de la sécurité des résidents d'Achraf, et nous avons également condamné les actions inacceptables de Mowaffagh al-Ruba’i. Al-Roba’i doit assurer la sécurité de l'Irak et son indépendance et refuser d'appliquer l'ordre du jour du régime iranien. »

Reza Olia, peintre et sculpteur iranien, membre du Conseil national de la Résistance, a exprimé sa solidarité avec les victimes et les familles du récent tremblement de terre en Italie avant de poursuivre : «Achraf est le symbole de la résistance. La première réaction aux restrictions imposées à Achraf serait d'aller devant les portes de la cité et de protester contre ceux qui appliquent la politique du régime ».

Stefano Menicacci, ancien député, a déclaré : « Je suis ici pour exprimer la solidarité avec la Résistance iranienne. Je serais heureux de me rendre à Achraf. Nous savons que de nombreux agents du régime iranien ont infiltré le gouvernement irakien et exercent des pressions sur Achraf. Comme Mme Radjavi l’a dit lors de ses visites en Italie, nous devons protéger la vie des résidents d'Achraf. »