mercredi, novembre 30, 2022
AccueilActualitésActualités: AchrafISJ fustige l'inhumation secrète de victimes iraniennes du 1er septembre

ISJ fustige l’inhumation secrète de victimes iraniennes du 1er septembre

CNRI – Le Comité international pour l’application de la Justice (ISJ), dirigé par Alejo Vidal-Quadras, vice-président du Parlement européen, a publié un communiqué sur inhumation des 52 martyrs d’Achraf dans un lieu secret en l’absence de l’ONU et des familles.
 
« C’est une stratégie humaine, une violation flagrante des conventions internationales, une conséquence de l’inertie des USA, de l’UE et de l’ONU, et une preuve patente de la complicité du gouvernement irakien avec le régime iranien », a estimé l’ISJ qui a appelé le conseil de sécurité des Nations unies à exiger une investigation indépendante par la Cour pénale internationale.

Selon le ISJ, l’objectif de cette inhumation secrète est de détruire les preuves du crime et soustraire les coupables à la justice.

 » Nous exprimons nos condoléances aux résidents de Liberty, aux familles des victimes et à Mme Maryam Radjavi, présidente élue de la Résistance au sujet cette tragédie », souligne le communiqué, qui ajoute:

« D’une perspective humanitaire, cette action du gouvernement irakien est en violation des provisions du droit international humanitaire qui exige le respect des morts et des dépouilles des victimes de guerre. Cette action révèle la vraie nature inhumaine du gouvernement irakien et sa complète subordination au régime iranien.

« D’un point de vue légal, refuser de livrer les dépouilles des victimes à leurs familles et à leurs amis à Liberty, leur inhumation secrète, refuser de donner des informations sur la date et sur le lieu de l’enterrement et empêcher la publication des résultats de l’autopsie, sont autant de signes révélateurs de la responsabilité totale du gouvernement irakien dans le crime du 1er septembre à Achraf, qui chasse toute doute à ce propos.

« D’une perspective politique, l’action du gouvernement irakien – qui s’inscrit dans une litanie de crimes contre l’humanité – démontre l’étendue de la responsabilité des dirigeants américains, européens et onusiens dans le refus de Maliki à respecter le droit international. Le silence et l’inaction de ces puissances vis-à-vis des massacres de juillet 2009 et d’avril 2011 a encouragé le gouvernement irakien de commettre le massacre de septembre 2013, et l’absence d’une réaction proportionnée à ce crime, notamment le refus incompréhensible des Nations unies et du conseil de sécurité de mener une enquête, a encouragé le gouvernement irakien à détruire les évidences incriminantes.

« Durant les cinq derniers mois, le ISJ ainsi que les groupes parlementaires de différents pays, les défenseurs des droits de l’homme à travers le monde, les représentants de l’OMPI et du CNRI, ainsi que les habitants d’Achraf et de Liberty avaient appelé pour une investigation indépendante sur le crime du 1er septembre par les Nations unies. En vain.

« Une fois de plus nous réitérons notre appel au président Obama, aux dirigeants de l’Union européenne, et spécialement aux membres du Conseil de sécurité, ainsi que le secrétaire général des Nations unies M. Ban Ki-moon, de mobiliser le Conseil de sécurité pour conduire une enquête indépendante sur le massacre du 1er septembre à Achraf par la Cour pénale internationale. »

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe