vendredi, février 3, 2023
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceIran-USA : Crowley, Eizenstat et Soderberg rejoignent des personnalités républicaines pour exhorter...

Iran-USA : Crowley, Eizenstat et Soderberg rejoignent des personnalités républicaines pour exhorter Obama à soutenir un « printemps iranien »

Symposium de l’International Démocratique et Droits de l’Homme (IDDH)

PRNewswire-USNewswire, Washington, 6 juin 2011 – Lors d’un symposium à Washington DC intitulé « Les nouvelles initiatives américaines pour le Moyen-Orient et la politique vis-à-vis de l’Iran », organisé par l’International Démocratique et Droits de l’Homme, plusieurs anciens membres du gouvernement américain ont parlé de la nécessité pour l’administration Obama de s’intéresser davantage au « Printemps persan » alors que cette dernière ajuste de nouvelles initiatives pour le Moyen-Orient afin de les adapter aux réalités dans la région.

P.J. Crowley, Secrétaire d’État adjoint aux affaires publiques jusqu’en mars 2011, a déclaré : « Le changement va se produire de la base au sommet. Il ne va pas être imposé de l’extérieur, mais nous devons être en position d’aider le changement à prendre forme et soutenir les personnes et les institutions qui peuvent amener une gouvernance démocratique dans la région dans son ensemble, y compris Téhéran ». Abordant la protection du camp d’Achraf, où résident 3400 membres de la principale opposition iranienne, l’organisation des Moudjahidines du peuple d’Iran (OMPI), il a déclaré : « Il revient à la communauté internationale, en commençant par les Nations Unies, soutenues par les États-Unis et l’Union européenne, d’amorcer un processus afin de trouver une solution qui permette aux résidents du camp d’Achraf de quitter l’Irak et de s’installer dans d’autres pays. Cela devrait faire partie de la politique des États-Unis et cela devrait prendre forme sous l’égide et la protection interventionniste des Nations Unies, tandis que la communauté internationale travaille à résoudre cette crise ».

Nancy Soderberg, ancienne ambassadrice américaine aux Nations Unies, était d’accord. « Le gouvernement irakien doit absolument se conformer à ses obligations de protéger ceux qui se trouvent dans ses frontières. Les États-Unis devraient l’exhorter plus fermement à le faire », a-t-elle déclaré, ajoutant : « Je suis confiante quant au fait que la révision actuelle par l’administration Obama [de la l’inscription de l’OMPI sur la liste terroriste] se fera selon le mérite. Ayant discuté avec diverses personnes de l’administration, je pense sincèrement que cela sera décidé d’après les faits».

L’ambassadeur Stuart Eizenstat, ancien Secrétaire adjoint au Trésor, a déclaré dans ses propos : « Il est important de consolider l’opposition démocratique. C’est l’Iran qui est un État terroriste. C’est de là que vient le terrorisme. Le Département d’État revoit son processus comme la cour d’appel du District de Columbia le lui a demandé. Et j’espère que ce faisant, il va accélérer sa décision et que celle-ci reflétera le fait que le Royaume-Uni et l’Union européenne, où j’ai été ambassadeur, ont tous deux levé avec respect leurs restrictions sur l’OMPI ».

« Il est grand temps pour ce pays d’agir selon ces principes, de retirer l’OMPI de la liste et par là d’encourager ceux qui en Iran se battent pour un changement de régime. De s’assurer que les résidents d’Achraf peuvent rester où ils sont en sécurité et protégés par une force internationale, soit quitter l’Irak pour d’autres pays », a souligné le juge Michael Mukasey, ancien ministre américain de la Justice.

L’ancien directeur de la CIA, Porter Goss, a déclaré : « Nous ne pouvons plus enfoncer la situation de l’OMPI désormais. Nous avons une échéance en vue (…) Nous devons encourager notre Département d’État à trouver les réponses quant à ce qu’il va faire pour terminer cette révision de la liste. La désignation d’Organisation Terroriste Étrangère est une entrave à la solution finale de déplacement, et je pense donc que plus tôt nous obtiendrons une décision à ce sujet, c’est là qu’à mon avis le sens commun nous mènera (…) Il n’existe aucune justification fondée dans ce que j’ai vu (…) Je pense que s’il est déclaré que l’OMPI ne doit plus être sur la liste, il sera plus aisé de traiter la question du déplacement [des résidents d’Achraf] (…) Je pense que la première chose à faire consiste à résoudre cette question de liste noire et la seconde à dire que ces personnes méritent un avenir ».

« Il n’existe rien de plus décisif et de plus influent pour réduire les menaces stratégiques du régime actuel iranien que d’avoir une opposition démocratique vigoureuse en Iran. Cela devrait être au centre de la politique de l’Union européenne de soutenir l’opposition démocratique en Iran et les États-Unis devraient se préparer à faire de même avec autant d’aide possible et sans aucune concession », a souligné John Hillen, ancien Secrétaire d’État adjoint pour les affaires politico-militaires.

Source : International Démocratique et Droits de l’Homme

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe