samedi, février 4, 2023
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceIran-Suède : Une réunion à Stockholm dénonce la campagne de diabolisation contre...

Iran-Suède : Une réunion à Stockholm dénonce la campagne de diabolisation contre la Résistance

Iran-Suède : Une réunion à Stockholm dénonce la campagne de diabolisation contre la RésistanceCNRI, 9 janvier – La campagne de la théocratie pour ternir l’image de l’organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI) par le biais du ministère des renseignements et de ses agents à l’étranger a été dénoncée lors d’un séminaire sur l’Iran à Stockholm samedi.

Des centaines d’Iraniens venus de toute la Suède ont écouté un panel de parlementaires, de défenseurs des droits de l’homme et de juristes qui possédaient une bonne connaissance de l’OMPI, de son passé et de ses points de vue et pratiques démocratiques.

Le séminaire était présidé par Lennart Friden, ancien député du parti modéré suédois. Paulo Casaca, eurodéputé et co-président des Amis d’un Iran Libre au Parlement européen, Lars Rise, ancien député norvégien, Hans Kristian Neerskov, président du Comité international Sakharov, Kenneth Lewis, président d’Avocats sans frontières en Suède, Rigmor Gillberg, président du centre de recherche de la Croix Rouge pour les victimes de la torture à Stockholm, Vidar Roglund, juriste norvégien, Justad Groenross, professeur de philosophie à l’université de Stockholm, Mohammad Mohadessine, président de la commission des Affaires étrangères du CNRI, Parviz Khazaï, représentant du CNRI dans les pays nordiques, Christiane Aziz, journaliste et écrivain, et Azadeh Zabeti, avocate, toutes deux venant de Grande-Bretagne.

Casaca qui avait présidé une commission d’enquête à la Cité d’Achraf en Irak, où vivent des milliers de membres de l’OMPI, a fait part de son expérience à Achraf avant de réfuter les allégations de Joe Stork, l’auteur d’un rapport de Human Rights Watch contre l’OMPI, comme quoi l’armée américaine ne l’avait pas autorisé à visiter la Cité. Il a parlé de ses rencontres avec l’OMPI et s’est engagé à continuer sa campagne pour trouver la raison des fausses déclarations de HWR dans son rapport contre l’OMPI.

Evoquant l’énorme quantité de documents de désinformations envoyés par divers agents du régime iranien aux parlementaires en Norvège et ailleurs dans le monde, Lars Rise s’est demandé pourquoi le régime dépensait autant d’argent, de temps et de personnel uniquement pour discréditer l’OMPI. Et ceci survient alors que davantage de menaces terroristes émanent chaque jour du régime iranien.

Lewis a dit que lorsqu’il s’était rendu à la Cité d’Achraf avec son collègue danois, ils avaient chacun rencontré une centaine de membres de l’OMPI et pas un seul ne s’était plaint de se trouver dans la Cité. Il a rendu hommage au mouvement pour la place qu’occupent les femmes aux positions clés comme un grand acquis des droits des femmes et des droits humains au sein de l’OMPI.

D’autres orateurs éminents se sont exprimés sur l’OMPI et ont condamné les menaces lancées par Ahmadinejad. Ils ont souligné qu’il n’y avait aucune justification de maintenir l’OMPI sur la liste du terrorisme en guise de concessions aux intégristes au pouvoir en Iran. Ils ont tous accepté que le régime avait besoin de ternir l’image de sa principale opposition qui constitue le plus grand obstacle à ses ambitions expansionnistes, spécialement en Irak. Ils ont aussi souligné l’isolation croissante du régime au sein du pays et sur la scène internationale à cause des dernières déclarations de son président, qui rendent encore plus crucial pour les mollahs de retarder le changement en Iran. Ils ont donc conclu que le retrait de la marque du terrorisme contre l’OMPI est encore plus pressant que jamais.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe