lundi, octobre 3, 2022
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceL’Iran, le pire pays au regard du triste record mondial d'exécutions (Gilbert...

L’Iran, le pire pays au regard du triste record mondial d’exécutions (Gilbert Mitterrand)

L’Iran, le pire pays au regard du triste record mondial d'exécutions (Gilbert Mitterrand)

Lors d’une conférence internationale à Paris à l’occasion de la Journée mondiale contre la peine de mort, le 10 octobre, la poursuite infernale des exécutions en Iran a été dénoncée.

De nombreux défenseurs des droits humains ont pris part à cet évènement parmi lesquels : Maryam Radjavi (la présidente élue de la Résistance iranienne, Henri Leclerc (président d’honneur de la ligue des droits de l’homme) Phumla Makaziwe Mandela (fille de Nelson Mandela), Rama Yade (ancienne secrétaire d’État chargée des Affaires étrangères et des Droits de l’homme), Gilbert Mitterrand

(Président de la Fondation France Liberté-Danielle Mitterrand), Patrick Baudouin (Président d’honneur de la Fédération internationale des droits de l’homme), Tahar Boumedra (ancien directeur du bureau des droits humains de la mission de l’ONU en Irak), François Colcombet (co-fondateur du syndicat de la Magistrature), Mgr Jacques Gaillot, Jean-François Legaret (maire du 1er arrondissement de Paris), Jean-Pierre Brard (ancien député)…

Lors de son intervention Gilbert Mitterrand a qualifié le régime iranien du pire pays au regard du triste record mondial d’exécutions. Voici l’intégralité de son intervention.

C’était il y a 34 ans, quasiment jour pour jour.
C’était le 9 Octobre 1981. J’ai eu l’honneur, ce jour -là, avec mes collègues Députés à l’Assemblée Nationale, en France, de voter en faveur de l’abolition de la peine de mort dans notre pays, rejoignant ainsi, bien tard, tous ceux qui, avant nous, avaient déjà vie dans leur État à ce fameux Art. 3 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme :  » Tout individu a droit à la vie, à la liberté, à la sécurité de sa personne « .

Ce jour là, l’alliance des valeurs Humanistes et de celles de l’Universalisme ( entendez par là : le respect du Vivant ) prouvaient qu’ aucune puissance ne pouvait résister lorsque ces valeurs fusionnent pour parler d’une seule voix, cela s’est déjà vérifié en bien des endroits dans le monde, où l’abolition de la peine de mort progresse, cela reste encore à encourager dans d’autres parties du monde, car il reste des puissances, qu’elles soient politiques, économiques et financières, religieuses, ou tout autres, qui s’y refusent ou qui se contentent, pour les besoins de la cause, d’ une Universalité des Droits Humains à géométrie et à échelle variables, de nature relative ou de portée « modérée ».

Il est impératif de rappeler que l’universalité des Droits Humains a un caractère absolu. C’est évident en matière d’abolition de la peine de mort bien sûr, mais pourquoi ne le serait-ce pas dans bien d’autres combats pour le respect de la vie, dont celui du respect des conditions mêmes qui permettent la vie. L’actualité cruelle des migrations, d’une part, mais aussi les défis pour notre planète afin qu’elle puisse continuer à pouvoir produire et héberger la vie, nous le rappellent tous les jours !

C’était un 10 octobre, Chère Maryam,
Il y a quelques années, Danielle Mitterrand et Robert Badinter vous accueillaient au Sénat pour vous dire chacun son indignation vis-à-vis de la barbarie des exécutions massives qui se poursuivent dans votre Pays. Ce n’est pas le seul Pays qu’il faut dénoncer, mais il est le pire au regard du triste record mondial d’exécutions qu’il établit, rapporté à sa population.

Rapports après rapports, l’ONU, AMNESTY INTERNATIONAL, entre autres, le confirment malheureusement, et le dénoncent comme ils ont dénoncé avec Danielle Mitterrand, avec la Fondation France-Libertés, avec nous, les exécutions extrajudiciaires et extraterritoriales (en Irak) à Achraf et Liberty.

Deux jeunes rescapés de la répression en Iran, coupables du seul crime d’avoir des liens de parenté avec des résidents de ces camps, témoignent aujourd’hui de l’étendue de cette chasse à l’homme institutionnelle.

Les valeurs de l’Humanisme ne sont ni mortes, ni obsolètes. Ce ne sont pas des vieilles lunes du passé ni une idéologie dépassée pour rêveurs d’un autre temps. Elles sont, au contraire, la chance de survie d’une humanité qui creuse sa tombe à l’oublier.

Chère Maryam,
Vous en avez aussi fait votre combat en tant que Présidente élue du Conseil National de la Résistance Iranienne en vous engageant pour l’Iran de demain à abolir la peine de mort dans votre Pays. Ce qui est un exemple unique pour une organisation encore dans la Résistance.

Vous le gagnerez, ce combat, car son message va bien plus loin que l’écho du silence de la Communauté Internationale sur les Droits de l’Homme en Iran, silence sans doute gêné parce que né de contingences circonstancielles.

En ce 10 octobre, Journée Mondiale contre la peine de mort, rappelons que le silence gêné ne vaut pas davantage que le silence tout court, que ce n’est ni une politique d’avenir, ni une protection pour les victimes, ni une garantie de… reconnaissance de la part des anti – abolitionnistes, où qu’ils soient dans le monde.

Je me doute que personne ne l’a oublié, et je ne peux qu’espérer que ce silence n’en soit pas un, mais hélas personne ne le sait. Ce que l’on sait, c’est que les exécutions se poursuivent massivement en Iran et que l’ombre ne profite jamais aux victimes.

Mais Nous, ici, en ce jour, c’est notre devoir de le clamer haut et fort qu’il y a rien au-dessus de la vie et du respect de la vie dans l’échelle des valeurs et des priorités.

Chère Maryam, vous êtes, avec toute mon amitié, chez vous sur cette tribune qui nous rassemble contre la peine de mort, et je suis heureux de vous inviter à prendre la parole.

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe