jeudi, juillet 25, 2024
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceInterview de Lincoln Bloomfield avec le podcast « Iran : The Untold...

Interview de Lincoln Bloomfield avec le podcast « Iran : The Untold Story »

Interview de Lincoln Bloomfield avec le podcast « Iran : The Untold Story »

Dans un récent épisode du podcast « Iran : The Untold Story », l’ambassadeur Lincoln Bloomfield Jr., ancien sous-secrétaire d’État adjoint aux Affaires du Proche-Orient, a présenté son analyse du combat de l’OMPI, principal mouvement d’opposition iranien. Bloomfield est l’auteur de plusieurs publications sur l’OMPI.

Au cours de son mandat de consultant dans un cabinet d’avocats de Washington, l’ancien secrétaire d’État adjoint américain aux Affaires politiques et militaires avait été approché par des membres de la communauté iranienne en Californie du Nord pour les aider à retirer l’OMPI de la liste terroriste américaine. Bien qu’au départ hésitant à accepter, sa curiosité a été piquée lorsqu’il a remarqué une uniformité troublante dans la représentation négative de l’OMPI dans divers groupes de réflexion. Les descriptions qualifient le groupe de secte, de marxistes, de terroristes et de collaborateurs de Saddam Hussein, et citent leur implication présumée dans la crise des otages de l’ambassade américaine de 1979 et dans la guerre Iran-Irak.

L’enquête de Bloomfield a véritablement commencé après un voyage à Paris en 2011, marquant le 30e anniversaire d’une manifestation cruciale contre le régime du guide suprême Rouhollah Khomeiny en 1981. Cette manifestation a conduit à une répression brutale, entraînant l’arrestation et l’exécution de milliers de partisans de l’OMPI. Bloomfield s’est plongé dans l’histoire de l’OMPI, scrutant les documents et les témoignages qui contredisaient les préjugés.

Dans sa quête de la vérité, Bloomfield a produit un rapport indépendant qui contestait dix allégations majeures contre l’OMPI. Son rapport, fait de preuves et de contre-arguments, a été largement diffusé, notamment au Congrès et au pouvoir exécutif. Ce rapport a joué un rôle crucial en faisant pression sur Hillary Clinton, alors secrétaire d’État, pour qu’elle réévalue la désignation terroriste de l’OMPI. Finalement, Clinton a décidé de retirer l’OMPI de la liste, invoquant le manque de preuves substantielles pour étayer l’étiquette terroriste.

Les révélations de Bloomfield ont culminé dans son livre de 2013, au titre audacieux visant à mettre en lumière l’OMPI et à remettre en question la stigmatisation existante. Il a méticuleusement documenté les divergences et l’évolution des rapports sur le terrorisme au fil des années, arguant que l’OMPI avait été grossièrement déformée.

La publication de Bloomfield de 2019, « Les ayatollahs et l’OMPI : l’opération d’influence en ruine de l’Iran », démêle et démystifie méticuleusement bon nombre des campagnes de désinformation du régime iranien contre l’OMPI. Dans son ouvrage, Bloomfield aborde les allégations de collaboration de l’OMPI avec les forces de Saddam Hussein.

« Comme beaucoup de gens s’en souviennent, l’Irak a envahi l’Iran en septembre 1980, peu de temps après la révolution. Et lorsque cela s’est produit, les membres de l’OMPI ont couru vers le front avec d’autres et ont combattu contre les Irakiens et certains ont été capturés par les forces de Saddam. Ils étaient détenus comme prisonniers de guerre », note Bloomfield. Ce récit est essentiel pour remettre en question le récit de la collaboration de l’OMPI avec Saddam. Il ajoute : « S’il était vrai que l’OMPI et le CNRI étaient d’une certaine manière des alliés de Saddam Hussein, pourquoi a-t-il gardé leurs prisonniers de guerre emprisonnés jusqu’en 1989 ? »

Bloomfield souligne les divergences temporelles qui discréditent davantage cette allégation. « L’OMPI n’est arrivée en Irak qu’en juillet 1986, des années plus tard. Ce n’est qu’après cela qu’ils ont commencé à acquérir des armes. Et l’Armée de libération nationale qu’ils ont constituée date de 1987. Et ils ont essayé de marcher sur Téhéran, ce qui était leur objectif. »

L’ambassadeur mentionne également l’indépendance financière de l’OMPI dans ses efforts militaires. « D’ailleurs, je ne peux pas le prouver, mais les membres du CNRI disent que nous avons tous les reçus. Nous avons payé toutes nos armes en espèces. En d’autres termes, ils n’ont pas été fournis gratuitement par Saddam. C’est quelque chose qu’ils disent, donc je ne peux pas le soutenir, mais c’est ce qu’ils disent. »

Bloomfield aborde le climat géopolitique pendant la guerre Iran-Irak, en particulier sur les ambitions de Khomeini. « Vers 1982, au milieu de l’année 1982, l’Irak avait repoussé toutes ses forces hors d’Iran. Il n’y avait plus de forces irakiennes. Et Massoud Radjavi a tenté à Paris de mettre fin à la guerre en persuadant le gouvernement de Saddam Hussein d’accepter la fin de la belligérance, le retrait de toutes les forces et l’échange de prisonniers. Et cela a été, je pense, présenté à plusieurs reprises à l’ayatollah Khomeini. Mais il n’avait aucun intérêt à mettre fin à la guerre. »

L’ambassadeur développe les ambitions plus larges de Khomeini et la manière dont elles ont influencé sa politique intérieure, notamment à l’égard de l’OMPI. « Khomeiny ne parvenait pas à contrôler la population iranienne. C’est ainsi qu’il a prolongé l’état d’urgence, maintenu la guerre, toujours pas disposé à abandonner son rêve de créer une autorité religieuse sur les chiites d’Irak et de l’étendre davantage à travers le Levant jusqu’à Jérusalem. Et il l’a utilisé comme prétexte pour emprisonner, torturer et exécuter les personnes qui n’ont pas suivi ses ordres, y compris tous les sympathisants de l’OMPI. »

Bloomfield réfute les allégations de collaboration militaire de l’OMPI avec Saddam. « Jamais, pas une seule fois, l’OMPI et l’Armée de libération nationale n’ont participé à une opération militaire avec les forces irakiennes. Pas une seule fois. Et n’oubliez pas que l’armée américaine a capturé tous les disques durs du gouvernement de Saddam Hussein, et que le Pentagone savait certainement qu’il n’y avait jamais eu d’implication de l’OMPI contre les Kurdes ou contre les chiites, comme nous l’entendons depuis des années. »

L’ambassadeur souligne l’importance de comprendre la véritable nature de ces campagnes de désinformation. « Ces choses ont disparu maintenant. Et franchement, un jour les historiens examineront ce que Khomeini a fait avant l’invasion de l’Irak, et ils pourraient conclure que Khomeini a provoqué cette attaque parce qu’il attaquait à l’intérieur de l’Irak et appelait à un changement de régime contre Saddam Hussein. C’est donc une toute autre histoire, mais il était important pour Khomeiny et pour le Shah avant lui de diaboliser ces étudiants idéalistes intelligents qui n’acceptaient pas la dictature, qu’elle soit monarque ou religieuse. Ils voulaient que les Iraniens contrôlent leur propre destin, comme les autres pays, par le biais des urnes.»

En conclusion, le niveau de diabolisation et de désinformation contre l’OMPI et le Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI) souligne la peur du régime iranien à l’égard de la seule opposition organisée. Comme le dit si bien l’ambassadeur Bloomfield : « Ils ont délibérément promu, à l’intérieur et à l’extérieur de l’Iran, une série de récits qui sont complètement faux. Pourquoi ont-ils fait ça? De quoi avaient-ils peur ? Et cela nous mènera à où est le talon d’Achille ? Où est le talon d’Achille de ce régime ? Pourquoi ont-ils si peur ? Pourquoi font-ils toutes ces choses ? Ils le font par vulnérabilité y, la peur et la faiblesse. Et nous devons comprendre cela.”