mercredi, décembre 7, 2022
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceIran- Radjavi : Le Grand Printemps de la Liberté

Iran- Radjavi : Le Grand Printemps de la Liberté

 C’est devant une foule dense de 90.000 Iraniens venus à Villepinte le 20 juin 2009 soutenir le soulèvement populaire en Iran pour un changement démocratique et la Cité d'Achraf, bastion de la Résistance, que Maryam Radjavi a déclaré que désormais le monde entend le peuple iranien crier haut et fort qu’il ne veut pas du régime du guide suprême. Elle a appelé à la tenue d’élections libre sous l’égide de l’ONU. Voici le texte de son allocution: 

Maryam Radjavi, Villepinte, 20 juin 2009C’est devant une foule dense de 90.000 Iraniens venus à Villepinte le 20 juin 2009 soutenir le soulèvement populaire en Iran pour un changement démocratique et la Cité d'Achraf, bastion de la Résistance, que Maryam Radjavi a déclaré que désormais le monde entend le peuple iranien crier haut et fort qu’il ne veut pas du régime du guide suprême. Elle a appelé à la tenue d’élections libre sous l’égide de l’ONU. Voici le texte de son allocution :

 LE GRAND PRINTEMPS DE LA LIBERTE

En hommage aux martyrs, le peuple iranien, dans la nation occupée et à l’étranger,  adresse ses salutations et ses félicitations, comme nous le faisons ainsi que la persévérante Cité d’Achraf, à mes vaillants enfants, fils et filles, mes sœurs et frères qui se révoltent dans les rues et les universités d’Iran. Un immense soulèvement populaire à travers tout le pays a commencé le 13 juin et continue à déferler comme un torrent impétueux sur notre pays bien aimé.

Alors avec eux et comme eux nous chantons : La Cité du soleil est notre nid, la colère enflamme notre chant – Nous sommes sur le chemin de la maison en chantant : ce n’est pas la maison de l’ennemi, c’est la nôtre.

LE SOULEVEMENT POPULAIRE : LE VERITABLE VOTE DE LA NATION IRANIENNE

Mille et un saluts aux martyrs et aux milliers de blessés et de prisonniers du soulèvement pour la liberté du peuple d’Iran de ces derniers jours. Et nous crions : Pour quels péchés ont-ils été tués si ce n’est de vouloir vivre libre ? Alors levons-nous et en hommage à ces martyrs glorieux, applaudissons-les pendant une minute.

Oui, une ovation pour des femmes et des hommes intrépides, qui comme ceux d’Achraf, sont prêts à tout sacrifier, ont subi des coups de poings, de bottes et de matraques, des balles et des gaz lacrymogènes ; dont les corps sont couverts d’hématomes, les vêtements déchirés par les pasdarans, les miliciens et les agents de renseignement ; ils ont déclaré nulle et non avenue la mascarade électorale du régime du Velayat-e-Faghih, du guide suprême.

Ils ont montré au monde le véritable vote et le vrai choix de la nation iranienne, ceux qui crient bravement dans la rue : « peuple d’Iran, renverse le dictateur ». Et contre ces mollahs usurpateurs ils crient : « L’ennemi de cette terre c’est vous, cette terre est à nous », et « ni Gaza, ni Liban, je donne ma vie pour l’Iran »

Oui, la colère sacrée qui a explosé dans les rues de l’ensemble du pays est différente de toutes les manifestations, émeutes et révoltes précédentes.

Une colère qui juste au lendemain de la farce électorale, a annulé les trucages des mollahs. Elle a montré au monde quel est le véritable vote et le vrai choix de la nation iranienne. Oui, le choix de la liberté contre la dictature et le fascisme religieux, le choix de la souveraineté populaire contre la suprématie absolue des mollahs. C'est cela le vrai choix, le choix impératif des Iraniens, que les mollahs ont volé en usurpant la souveraineté populaire.

Les véritables scènes des élections en Iran, ce n’était pas les votes frauduleux, mais ce soulèvement par millions qui fait s’épanouir le printemps à Téhéran. C’est la bravoure de ces filles héroïques qui résistent en première ligne aux gardiens de la révolution, et qui attirent tous les regards. Ce sont les pierres que lancent dans chaque coin du pays les jeunes insurgés et Modjahed sur les mollahs et leurs agents. Ce sont les cris des femmes et des jeunes qui retentissent en Iran et dans le monde : « Honte à toi Khamenei, abandonne ton règne ! »

90.000 Iraniens rassemblés à Villepinte le 20 juin 2009Le « NON » massif du peuple iranien à la tyrannie religieuse du régime du guide suprême et son boycott de la mascarade électorale, focalise l’attention internationale.

LE DEBUT DE LA FIN DE LA DICTATURE RELIGIEUSE

Khamenei veut faire passer le soulèvement national contre la dictature religieuse pour le banal conflit d’un candidat qui proteste contre le décompte des voix et quelques fraudes et faire croire que tout le reste est l’œuvre de « l’arrogance mondiale » et « des terroristes » !

Mais le vrai problème c’est que la guerre des loups entre factions, dans ces conditions de répression, a ouvert une opportunité pour que le peuple iranien laisse éclater dans la rue, sous les yeux du monde, le conflit primordial comme un feu sous la cendre.

Vous avez certainement entendu le 19 juin que la crise et le séisme au sein du régime des mollahs sont arrivés à un point de non retour.  La défense par Khamenei du chiffre truqué de 40 millions de votes, son soutien à la présidence d’Ahmadinejad et son opposition à l’annulation du scrutin, ont mis clairement en valeur les menaces contre les factions vaincues du régime et les menaces de réprimer le soulèvement populaire dans le sang.

Le guide suprême a dit qu’il n’accepterait ni l’annulation ni une nouvelle élection, et que si les manifestations continuaient dans les rues, les conséquences seraient extrêmement dangereuses et « qu’on le veuille ou pas, ils sont responsables du sang versé, de la violence et du chaos ». Car ces manifestations ouvrent la voie aux « terroristes », en d’autres termes au renversement du régime du guide suprême par le peuple et les jeunes Modjahed et combattants et par la résistance organisée du peuple iranien.

Khamenei a tenté de séparer Rafsandjani des autres pour s’assurer que le conflit au sein de ce régime décadent sera occulté par la rivalité pour la présidence de la république.

Comme je l’ai dit, Khamenei s’est efforcé de dire que le conflit en Iran ne se passait pas entre les partisans et les opposants au régime. C’est pourquoi il a souligné à plusieurs reprises que les quatre candidats étaient des hommes du sérail, qu’ils appartenaient au système et qu’ils étaient fidèles au guide suprême.

Il a aussi rejeté les concessions et la complaisance de longue date des gouvernements occidentaux. Il leur a fait porter la responsabilité du soulèvement populaire et leur a dit qu’ils pensaient en vain pouvoir lancer une révolution de velours comme en Géorgie.

Hier j’ai dit que le soutien manifeste de Khamenei à la présidence d’Ahmadinejad et au résultat de l’élection, comme son rejet de l’annulation et ses menaces aux  factions vaincues, ne laissaient que deux options à Moussavi, Karoubi, Khatami et Rafsandjani : Soit ils se soumettent sur le même modèle de trahison que Khatami lors du soulèvement de 1999, soit cette fois ils prennent un peu de distance avec le guide suprême en se démarquant. Sinon ils seront à coup sûr les véritables perdants et Khamenei les discréditera et les balayera de la scène, sur le même modèle que Montazeri sous le régime de Khomeiny en 1988.

Hier, le guide suprême n’a laissé planer aucun doute qu’il n’épargnera aucun moyen pour réprimer dans le sang le soulèvement populaire.

Une fois de plus il est clair que dans le régime du guide suprême, il n’existe aucune autre solution pour l’Iran et son peuple en colère, si ce n’est un changement démocratique et des élections libres sous l’égide de l’ONU. Il faut supprimer la dictature religieuse et l’ensemble de ses organes répressifs.

Aujourd’hui nous célébrons le 28e anniversaire de la résistance pour la liberté, avec 120.000 martyrs de la liberté. C’est pourquoi, au nom du peuple iranien, j’annonce avec fierté au monde :

– D’un point de vue politique et stratégique, les truqueurs de cette mascarade, à savoir le guide suprême et son homme de main Ahmadinejad, ont essuyé une défaite et entrainent irréversiblement leur régime vers sa chute. C’est un engrenage contre la totalité du régime.

– Je déclare que les véritables vainqueurs de l’élection que le régime a organisée, c’est nous, nous le peuple iranien, nous les Iraniens assoiffés de liberté, dans le monde et à Achraf. Oui, c’est la victoire éclatante de la génération que Massoud Radjavi a forgée par centaines de milliers, une génération innombrable.

Oui, cette victoire appartient au peuple iranien et à sa résistance, aux Moudjahidine de la liberté, encerclés et enfermés à Achraf depuis sept ans.

C'est vraiment instructif et que cela serve de leçon à tous.

On a pu voir le camp des vaincus dans cette farce électorale qui a été boycottée, affirmer ouvertement dans les débats : « notre régime est un régime de menteurs sous le couvert de la religion ».

Ceux-là même qui ont écrit et formellement déclaré leur allégeance de cœur et dans la pratique au Guide suprême, afin de pouvoir passer le filtre du Conseil des gardiens ; ceux qui ont occupé de hautes fonctions dans ce régime ; ceux qui ont été complices dans la guerre, la répression et le pillage de la population, le massacre des prisonniers politiques.

Et maintenant ce sont eux qui taxent les élections du régime de « mascarade », « ahurissante », « mise en scène », « illégitime », « show ridicule » et « régime menteur et dictateur ».  Ce sont les mêmes mots que la Résistance iranienne a utilisés pour qualifier les élections des mollahs ces 30 dernières années.

Ils ont aussi divulgué le secret de ces chiffres des mollahs, grossis et multipliés par cinq, en parlant de la « salle de compilation des votes » au QG électoral du ministère de l'Intérieur.

UNE CONDITION INCONTOURNABLE : RECONNAITRE LA SOUVERAINETE POPULAIRE

Ne croyez pas que j'ai trouvé opportun de blâmer et de tancer ceux qui aujourd'hui sont en état de choc et utilisent les mots de la Résistance pour reconnaître que le régime des mollahs est despotique. Non, pas du tout.

90.000 Iraniens rassemblés à Villepinte le 20 juin 2009Ce n'est pas le moment de jeter le blâme. Au contraire, en traitant avec le premier président des mollahs, il y a 30 ans, Massoud Radjavi nous a enseigné une grande leçon. Nous avons appris qu’il faut se réjouir de les voir reconnaître que l’élection des mollahs était une farce. Mais à condition qu'ils désavouent complètement ce régime menteur et démagogue ; à condition qu’ils condamnent totalement l'usurpation du droit du peuple iranien à la souveraineté ; à condition qu'ils rejettent le régime du guide suprême dans sa totalité.

Voilà ce que j’en dis et ça ne dépend de rien d’autre.

Nous leur disons qu’ils peuvent continuer de nous attaquer autant qu’ils le veulent, d'appeler les valeureux enfants de cette nation « hypocrites », comme s’ils étaient une bande de « voyous et de hooligans » dans le désert à Achraf ou dans les rues de Téhéran, de les accuser de dépendre de l'arrogance mondiale et que leurs dépouilles soient foulées aux pieds à la prison d’Evine ou au cimetière de Khavaran, enveloppées de drapeaux américains.

Nous vous demandons seulement de reconnaître le droit du peuple iranien à la souveraineté et de rejeter intégralement la suprématie absolue du clergé.

De plus, quelles que soient les circonstances, nous condamnons toute agression contre leur personne et leurs familles par les mollahs au pouvoir, et nous condamnons aussi qu’ils fassent l’objet de coups, d’arrestations ou de persécutions. 

Nous condamnons aussi les violations de leurs droits humains par les gardiens de la révolution, les miliciens, le ministère du Renseignement et les forces de sécurité de l'Etat qui sont contrôlés par la faction de Khamenei-Ahmadinejad.

Cela aussi sans condition.

Si vous vous en souvenez, en 1981, les dirigeants du Parti communiste Toudeh et la faction des Fedayines majoritaires avaient ouvertement écrit sur la nécessité d’extrader et d’exécuter le dirigeant de la Résistance, Massoud Radjavi. Ils s’étaient également félicités du meurtre d'Achraf Radjavi et de Moussa Khiabani et de leurs camarades par l’avancée de la « révolution islamique ». Mais quand ils ont à leur tour été arrêtés, le dirigeant de la Résistance a condamné leur emprisonnement, leur torture et leur exécution et a défendu leurs droits.

Il y a une semaine, j'ai lu que Mme Zahra Rahnavard a qualifié l'élection de mascarade et les agressions barbares commises par la faction dominante d’ «œuvre de loups ». Elle a parfaitement raison. On peut seulement regretter qu’elle n’ait pas compris cette «guerre des loups » il y a 30 ans.

LA FIN DE L’IDEOLOGIE INTEGRISTE

Pour l’anniversaire de la mort de Khomeiny le 3 juin, vers cette heure-ci, 20 ans après, il meurt une seconde fois. C’est un nouvel enterrement, une nouvelle mort historique.

Voyez-vous comment le sang des martyrs et les souffrances des combattants de la liberté enchaînés portent leurs fruits ? C’est un aperçu du châtiment de ce régime sous les yeux du peuple d'Iran et du monde.

Je veux parler du débat entre Ahmadinejad, le président de Khamenei, et Moussavi, le Premier ministre de Khomeiny. Ce ne sont qu’une partie des vols astronomiques des mollahs et de leurs crimes contre l’humanité qui ont été dévoilés.

Ce n'est pas sans raison que dans leurs éditoriaux, les journaux officiels ont écrit que ce n'était pas un débat, mais « un procès du régime » et qu’ « il n'y avait pas de vainqueur». Ils ont également dit que le débat confirmait les accusations lancées pendant 30 ans par les « ennemis jurés de l'Etat ».  Et ils se demandaient « si cette situation continue, va-t-il rester autre chose qu’une coquille vide de la République islamique ? »  C’est pour cela que j'ai dit que les vainqueurs étaient le peuple iranien et sa Résistance.

DANS LES « DEBATS », AUCUN CANDIDAT N’A PARLE DE LIBERTE

Bien sûr, il s’agissait de débats où les participants, parce qu’ils avaient accepté un engagement concret vis-à-vis du Guide suprême, ont fait très attention de ne pas franchir les lignes rouges du régime.

C’est pourquoi dans les débats,

– Personne, pas une seule fois, n’a parlé de la souveraineté populaire et de ses contradictions inhérentes avec le principe du guide suprême, ni mis en cause la constitution et la suprématie absolue du guide religieux.
– Personne n’a parlé de liberté, ni du fait que le peuple iranien aspire à la liberté.
– Personne, pas même une fois, n’a parlé du fait que le régime et sa constitution, nient le droit des femmes au leadership, à la présidence et à la magistrature.
– Personne n’a parlé de l'inégalité et de la discrimination sexuelles.
– Personne n’a parlé du massacre des prisonniers politiques et du nombre d'exécutions.
– Personne n’a parlé des protestations contre les lois inhumaines du Talion, de la lapidation, des amputations et de l’exécution de 150 prisonniers politiques ces quatre dernières années sous l’accusation de corruption sur Terre et de guerre contre Dieu.
– Personne n’a parlé de l'occupation et des crimes des mollahs en Irak et de leur exportation du terrorisme au Liban, en Palestine, en Afghanistan et ailleurs.
– Personne, pas même une fois, n’a parlé ni de Khomeiny, ni de Khamenei.

90.000 Iraniens rassemblés à Villepinte le 20 juin 2009Au fait, l’ordre des assassinats en série et la fatwa de meurtre des opposants à l’étranger n’ont-ils pas été donnés par le bureau de Khamenei ? Et qui d’autre que Khamenei est le vrai patron du procureur cruel de Téhéran et de la section 209 de la prison d’Evine, et le commandant direct du corps Qods des pasdarans et des groupes terroristes au Moyen-Orient ? Est-ce que l’attaque contre la cité universitaire et les dortoirs ces derniers jours n’a pas été dirigée par ce bureau infernal ? Même si hier avec démagogie, le guide suprême versait des larmes de crocodiles sur ces mêmes étudiants.

LA COMPLAISANCE : 30 ANNEES D’ERREURS POLITIQUES

Quand le fascisme religieux en Iran a atteint un point où le guide suprême ne peut même plus tolérer ses hommes les plus proches, le peuple iranien a le droit de demander aux gouvernements occidentaux :
– Quel a été le résultat de 30 années de recherche de modérés au sein du régime ?
– Quel résultat a donné la complaisance ?
– N'avez-vous pas honte de fabriquer des affaires comme le pseudo coup d’Etat du 17 juin 2003 ?

Quelques jours après le soulèvement populaire en Iran, le président des Etats-Unis a heureusement confirmé que les Iraniens veulent la démocratie, qu’il faut entendre leur voix et qu’il ne faut pas les réprimer. Il a rappelé à juste titre que la différence entre Moussavi et Ahmadinejad n’est pas ce que la propagande voudrait faire croire. Il a dit aussi que la demande des Etats-Unis portait sur le nucléaire et le soutien au Hezbollah et au Hamas au Liban et en Palestine et que c’était la raison pour laquelle il profiterait de toutes les occasions dans le futur pour dialoguer avec le régime.

Nous, nous demandons si un minimum de respect à l’égard de la lutte pour la liberté de millions d’Iraniens, n’impose pas d’arrêter les concessions faites sur le dos de la nation iranienne et de sa résistance, à ce pouvoir criminel et de cesser la politique de marchandage ? Certes, nous l’avons toujours dit : Si les négociations avec ce régime servent à quelque chose, n’hésitez pas !

Toutefois, donner une chance au guide suprême et à son homme de main, c’est laisser le champ libre à une vipère qui n’accouchera jamais d’une colombe. Les gouvernements américains précédents, n’ont rien obtenu des 28 rounds de négociations secrètes ou publiques qu’ils ont menées avec ce régime.

Croyez-le, la solution pour l’Iran, c’est la troisième voie : un changement démocratique et l’instauration de la souveraineté populaire par le peuple iranien et sa résistance.

L’EPOPEE DE LA CITE D’ACHRAF

On comprend clairement maintenant pourquoi il y a quatre mois, Khamenei a ordonné à ses interlocuteurs irakiens de fermer Achraf. Il voulait en éliminant Achraf, neutraliser, au tournant décisif de l’élection, le vainqueur stratégique des événements à venir, des conséquences d’un régime devenu unipolaire et la menace à son existence. Or, le retrait de l'étiquette de terroriste de l’OMPI en Europe a rendu Achraf doublement dangereuse pour Khamenei.

Cependant les sept années de persévérance glorieuse d’Achraf ont brisé la convoitise du guide suprême. Khamenei a bien compris qu’Achraf est la lueur d'espoir et le foyer stratégique de la lutte tenace pour la liberté de la nation iranienne. C'est pourquoi il a essayé de toutes ses forces de la détruire avant les élections. Mais, vous vous êtes dressés et vous avez mené la grande campagne qui annonçait le printemps de l'Iran.

Oui franchement, comment ces combattants de la liberté, désarmés et assiégés, non seulement n’ont pas été éliminés face à une dictature barbare, mais ont aussi avivé la lutte pour la liberté ? Leur persévérance est un phénomène nouveau dans le combat pour la liberté où le sacrifice, la sincérité et la foi dans l'égalité sont des ressources dans lesquelles l’être humain puise sa force.

وَالْمُوفُونَ بِعَهْدِهِمْ إِذَا عَاهَدُواْ وَالصَّابِرِينَ فِي الْبَأْسَاء والضَّرَّاء وَحِينَ الْبَأْس،

Ceux qui remplissent leurs engagements lorsqu'ils se sont engagés, ceux qui sont endurants dans la souffrance et l’adversité et quand les combats font rage, voilà les véridiques, ceux qui craignent Dieu! (Coran , Al Baqara, 117.)

90.000 Iraniens rassemblés à Villepinte le 20 juin 2009Bénie soit Achraf, qui, selon l’Evangile a été bâtie sur le roc de la justice. « Les torrents sont venus, les vents ont soufflé, mais cette maison n’est point tombée parce qu’elle est fondée sur le roc ». (Mt 7.27)

Salut aux combattants de la liberté à Achraf, qui ont attiré l'attention internationale sur leur sincérité et leur esprit de sacrifice. La liberté vous écoute. La destinée vous suit. Et votre lutte bâtit l'avenir.

Le peuple iranien s’est levé pour vous défendre avec sa vie, ses biens et ses êtres chers. En Iran, beaucoup ont été emprisonnés à cause d’Achraf. Nos mères ont été arrêtées et torturées. Des quatre coins du pays, des familles se sont rendues à Achraf, mais on les a empêchées de voir les Achrafiens. Des femmes et des hommes courageux, dans les prisons d’Evine, de Gohardacht, de Vakil-Abad, de Dastguerd, de Dizel-Abad, de Karoun et d’Adelabad, résistent et envoient des messages de soutien. Et de nombreux compatriotes ont pris des risques pour leur sécurité pour dire qu’ils vous soutenaient sur la chaine télévisée Sima-ye Azadi (l’image de la liberté).

C’est avec vos efforts que 37 organisations majeures des droits de l’homme et des comités parlementaires dans 14 pays d’Europe, aux Etats-Unis, au Canada et en Australie, ainsi qu’au Conseil de l’Europe et au Parlement européen, avec l’adoption de la résolution qui porte le nom de feu Lord Slynn, ont souligné les droits inaliénables des résidents d’Achraf. A tous, je suis profondément reconnaissante, surtout au Comité international pour l’application de la justice, présidé par le Dr Vidal Quadras.

MASSOUD RADJAVI, L’ARCHITECTE DE LA STRATEGIE CAPABLE DE VAINCRE LE FASCISME RELIGIEUX

Tout ceci est le fruit de votre persévérance et de votre foi, qui ont vu le jour grâce à une stratégie correcte édifiée dès le premier jour par Massoud Radjavi. Durant toutes ces années, par un travail sans répit, avec un esprit de sacrifice, et en acceptant des risques cent fois plus élevés, il a dirigé cette résistance tenace et lui a fait traverser de multiples épreuves, complots et coups.

Depuis le premier jour c’est lui qui disait qu’en Iran et dans toute la région la menace principale vient de l’intégrisme et c’est lui qui a élaboré la stratégie pour vaincre le fascisme religieux et qui l’a dirigée.

Sa voix a retenti dans les ténèbres, annonçant à l’Iran la venue de la clarté du jour et le soleil brillant de l’aube qui ouvrira notre voie.

LE STATUT DE LA CITE D’ACHRAF

D’ici, je m'adresse à ceux qui n'ont pas encore reconnu le statut légal des résidents d'Achraf et qui leur ont imposé un blocus : Messieurs, regardez le soulèvement populaire en Iran ces derniers jours. Ne donnez pas la priorité aux intérêts du régime qui s’effondre en Iran par rapport aux intérêts de l'Irak. N'oubliez pas que si les rêves des mollahs pour l'Irak se réalisent, à part ses hommes de main, il n’épargnera aucun des hommes d’Etat en Irak, car la vipère du guide suprême ne peut s’entendre qu’avec l’homme aux mille coups de grâce.

Les juristes, les parlementaires et les organisations internationales des droits de l'homme à travers le monde disent avec insistance que cette question doit être soumise à l’ONU et  à un tribunal international. De manière à ce que si le gouvernement irakien n'a pas la capacité et la volonté indépendante de rester attaché aux lois internationales et lié par la résolution de l'Union européenne, les États-Unis qui ont désarmé les résidents d'Achraf et signé un accord avec chacun d'entre eux, doivent assumer, sous la supervision de l’ONU, la responsabilité de leur protection.

APPEL A DES ELECTIONS LIBRES SOUS L’EGIDE DE L’ONU

A propos de l’élection présidentielle du régime des mollahs, je voudrais rappeler que nous sommes entièrement d’accord avec l’annulation de la farce électorale que nous avons appelée à boycotter dès le début. Voilà 30 ans que nous demandons des élections libres sous l’égide de l’ONU basées sur le principe de la souveraineté populaire. Beaucoup d’entre vous se souviennent qu’en octobre 2003, il y a près de six ans, j’avais proposé, au nom de la Résistance iranienne, l’organisation d’un référendum sous le contrôle de l’ONU. Mais au contraire, nous avons vu que tout au long de ces années, les mollahs ont porté le nombre des organes de répression à 55.

Par conséquent, comme je l’ai dit, le conflit principal porte sur le régime du guide suprême et tous ses organes répressifs. En un mot, voilà ce que dit le peuple iranien : tant que le régime du guide suprême ne sera pas enterré, le plus beau des pays, l’Iran, ne sera pas un vrai pays.


LE PROGRAMME DU CONSEIL NATIONAL DE LA RESISTANCE IRANIENNE

Le Conseil national de la Résistance iranienne, dans le cadre de son projet de solidarité nationale, tend la main à l’ensemble des personnes, des groupes et des forces républicaines, qui luttent contre la totalité du régime du guide suprême et qui recherchent l’instauration d'un Etat démocratique, indépendant et basé sur la séparation de la religion et de l'État. Nous sommes décidés, main dans la main avec notre peuple, à réaliser les justes aspirations de la nation iranienne pour un changement démocratique.

– Notre but est d’instaurer une république pluraliste. Une société respectueuse des droits humains où la torture et l’exécution seront abolies.
– Une société où l’ensemble des libertés collectives et individuelles seront reconnues officiellement : la liberté d’expression, la liberté de la presse, la liberté d’assemblée et la liberté de s’habiller comme on le veut.
– Une société où les femmes bénéficieront à égalité des mêmes droits politiques, sociaux et économiques que les hommes, et d’un droit égal de participer à la direction politique.

Oui, il va falloir tout rebâtir à neuf :
– Une constitution et une république fondées sur la souveraineté populaire.
– Un pouvoir démocratique dont tous les responsables tireront leur légitimité du vote populaire et où le peuple aura le droit de changer le gouvernement.
– Un nouvel ordre économique basé sur l’égalité des chances pour tous, où il n’y aura plus de place pour les pillages astronomiques des mollahs.
– Et un système judiciaire indépendant sur la base des normes internationalement reconnues

Assurément, la persévérance du peuple iranien écartera les obstacles et annoncera la liberté avec la victoire de notre nation. La liberté et la vie appartiennent à ceux qui se battent chaque jour pour elles. Notre nation bien-aimée mérite la liberté, et chacun d’entre vous, brillants espoirs dans le coeur des ténèbres, méritez la liberté. Soyez-en assurés, l'aube de la liberté se lèvera de votre combat.

Et pour terminer, je le répète : l’échec de la mascarade du guide suprême, la guerre des loups qui fait rage, le soulèvement de millions de personnes, les cris de « Mort au dictateur » et la désintégration de ce régime décadent, marquent le début d'une ère irréversible, qui a fait tourner la roue contre le régime dans sa totalité pour une solution démocratique.

C'est une nouvelle phase de la résistance pour la liberté.
C'est le grand printemps du peuple iranien, le début de la fin du régime du guide suprême et l’annonce de la révolution démocratique et victorieuse du peuple d’Iran

Que tous les héros de la nation se lèvent !

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe