samedi, décembre 3, 2022
AccueilActualitésActualités: Iran ProtestationsLes médias d'État iraniens décrivent la société comme un «champs de colère»...

Les médias d’État iraniens décrivent la société comme un «champs de colère» et mettent en garde contre les soulèvements

Ces derniers jours, les médias d’État iraniens ont reflété la peur du régime face aux conséquences des crises sociales et économiques. L’un de ces médias a décrit la société iranienne agitée comme un «champs de colère».

De nombreux médias publics ont évoqué les réactions de colère provoqué par les récents meurtres tragiques de deux jeunes hommes et le passage à tabac d’une Iranienne par les forces de police.

«La publication de deux courtes vidéos en quelques jours, dépeint une petite partie de la situation actuelle, qui ne peut être négligée», a écrit le quotidien Sharq lundi, dans un article intitulé «les champs de colère». Les vidéos auxquelles Sharq fait référence sont le meurtre brutal de Mehrdad Sepehri, un jeune homme à Machad, dans le nord-est de l’Iran, et une jeune femme battue par un garde de sécurité à Abadan, dans le sud-ouest de l’Iran.

Mehrdad Sepehri assassiné par les forces de sécurité

«Personne ne dit rien à propos de cet agent de sécurité. Personne ne dit quoi que ce soit sur la cause de l’accident, dont une partie est un fonctionnaire de bas rang de la raffinerie d’Abadan, ni sur les raisons de l’action de la jeune fille. Dans le cas de Machad, il n’y a pas de nouvelles officielles sur l’identité du policier et pourquoi et pour quelle raison juridique il a commis un tel comportement violent », a ajouté Sharq dans son article.

Le régime a tenté de minimiser et même de dissimuler ces incidents. «La pire approche consiste à dissimuler ces questions. Fermer les yeux sur la colère, la violence et le crime sous quelque prétexte que ce soit, c’est récompenser les criminels et les malfaiteurs et aider à promouvoir la violence », écrit Sharq quotidiennement.

Sharq a également rappelé aux autorités du régime que : « Dans la société d’aujourd’hui, il n’est pas possible de se dissimuler. Les nouvelles se propagent rapidement. Si vous ne dites pas la vérité, vous porterez des jugements contre vous-même. »

Tout en avertissant le régime du soulèvement du peuple, Sharq décrit la haine du peuple envers le régime comme «la colère» et la société iranienne agitée comme un «champs de colère».

Les conditions économiques et sociales critiques du pays ont ouvert la voie au développement de la rage et de la violence. Si le gouvernement, les forces de l’ordre et la justice ne prennent pas une telle situation au sérieux, ce champ de colère sera généralisé.

Dans un article similaire publié lundi, intitulé «le cycle de la violence», le journal d’Etat Jahan-e Sanat a mis en garde les autorités contre la colère croissante du public envers le régime pour son oppression et sa mauvaise gestion.

«Actuellement, en raison de problèmes économiques, sociaux et politiques et de l’absence d’un avenir clair dans le pays, la dépression est semée sur le terrain. Cette dépression et cette émotion négative menacent même les sections de la société qui ont de meilleures conditions économiques et sociales que d’autres, et cette dépression conduit à des actes de violence », lit-on dans l’article de Jahan-e Sanat.

«Le fait est que le bonheur dans notre société n’existe pas du tout ou est limité. L’épidémie de coronavirus a aggravé la situation dans le pays. Malheureusement, au lieu de résoudre ce problème, le gouvernement evenime les blessures des gens. Certaines organisations et institutions, avec le soutien de la loi, restreignent le bonheur des gens. Naturellement, cette restriction et cette suppression du bonheur se manifestent dans la société sous forme de dépression et de violence », ajoute l’article.

Jahan-e Sant avertit enfin les autorités du régime que la colère du peuple entraînera une «énorme crise». Cette crise est un soulèvement populaire pour un régime dont les fondations ont été ébranlées par les précédentes grandes manifestations en Iran en novembre 2019.

«La violence augmente chaque jour dans la société. Nous ne devons pas oublier que dans une société où les problèmes sociaux sont ignorés et abandonnés, toute colère ou désaccord peut se transformer en une énorme crise », a écrit Jahan-e Sanat.

Lundi, le quotidien d’État Mardom Salari a écrit: «Qu’avons-nous fait à ces gens, les transformant en barils de poudre prêts à exploser de colère?» Ce cycle de violence met en garde contre des jours plus amers si nous ne le prenons pas au sérieux. »

Et ces jours amers pour le régime sont à venir.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe