mercredi, novembre 30, 2022
AccueilActualitésActualités: Iran ProtestationsLes détails de la répression iranienne s'accumulent avant la session spéciale du...

Les détails de la répression iranienne s’accumulent avant la session spéciale du Conseil des Droits de l’Homme

Les détails de la répression iranienne s'accumulent avant la session spéciale du Conseil des Droits de l'Homme

Le Conseil des Droits de l’Homme des Nations Unies organise une session spéciale jeudi pour discuter de la répression croissante du régime iranien contre le soulèvement national qui en est à son troisième mois. Alors que le Haut-Commissariat aux Droits de l’Homme a reconnu que cette répression a fait environ 300 morts, l’Organisation des Moudjahidine du Peuple d’Iran (OMPI) a déterminé, grâce à son réseau de renseignements nationaux, que le nombre réel est au moins deux fois plus élevé, et qu’environ 60 des 600 victimes sont des mineurs.

Les rapports des militants de l’opposition, des organisations de défense des Droits de l’Homme et des particuliers en Iran ont produit une multitude d’informations sur la stratégie de violence politique du régime et ses violations systématiques des Droits de l’Homme. Mais compte tenu des restrictions imposées par le régime à l’accès à Internet et du déferlement continu de propagande d’État, il est presque certain qu’il reste encore beaucoup à découvrir.

En conséquence, certains partisans de la session spéciale ont demandé aux Nations unies de créer une commission d’enquête officielle afin d’enquêter de manière plus approfondie sur les abus récents et en cours. Cette question aurait été inscrite à l’ordre du jour avant la session, et l’agence de presse Reuters a noté mardi que les éléments de preuve qui pourraient être découverts par une mission d’enquête « pourraient ensuite être utilisés devant les tribunaux nationaux et internationaux » pour poursuivre les responsables iraniens et les entités considérées comme responsables de meurtres, de disparitions forcées, de torture, etc.

Le CNRI a déjà plaidé pour la création de commissions d’enquête similaires concernant d’autres violations des Droits de l’Homme et crimes contre l’humanité, notamment le massacre de 30 000 prisonniers politiques au cours de l’été 1988, dont la grande majorité étaient des membres de l’OMPI. L’un des principaux architectes de ce massacre, Ebrahim Raïssi, est aujourd’hui président du régime, et de nombreux participants au soulèvement actuel l’ont condamné nommément, aux côtés du Guide Suprême du régime, Ali Khamenei.

Téhéran, bien sûr, refuse de reconnaître publiquement que des slogans comme « A bas le dictateur » sont des expressions sincères du sentiment populaire. Au lieu de cela, les autorités et les médias officiels imputent la vaste portée du mouvement et la radicalité de ses messages à des conspirations amorphes menées par des « ennemis » et des « terroristes » étrangers.

Dans un effort pour valider ce récit, un porte-parole du système judiciaire iranien a déclaré mardi que 40 ressortissants étrangers avaient été arrêtés dans le cadre des troubles. Parallèlement, le Corps des gardiens de la révolution islamique (pasdaran) a lancé des frappes dans la région kurde du nord de l’Irak pour la deuxième journée consécutive, affirmant viser des groupes séparatistes qu’il tient pour responsables des premières manifestations dans la ville de Saqqez et ses environs, la ville natale de Mahsa Amini, dont la mort le 16 septembre a déclenché tout le soulèvement.

Mahsa Amini, une Kurde de 22 ans, était en visite à Téhéran trois jours avant sa mort lorsqu’elle a été accostée par la « police des mœurs », qui l’a accusée de porter avec légèreté son voile. Après avoir été sévèrement battue pendant sa garde à vue, elle est tombée dans le coma dans un centre de rééducation et a finalement été transportée à l’hôpital où elle est morte. Les autorités ont ensuite tenté de faire croire que sa mort était due à des causes naturelles, créant ainsi un modèle de désinformation qui se poursuit encore aujourd’hui.

Plusieurs victimes très connues de la répression du régime ont fait l’objet d’histoires de couverture absurdes et parfois contradictoires. Deux jeunes filles de 16 ans, Nika Shakarami et Sarina Esmailzadeh, ont été battues à mort séparément par les forces de sécurité au cours des deux premières semaines de soulèvement, et le corps de chacune d’entre elles a été caché à sa famille dans un effort apparent pour dissimuler les preuves des abus. Les autorités ont par la suite affirmé que chaque fille était morte après être tombée d’un grand immeuble, bien que les explications spécifiques soient passées d’une chute accidentelle à un meurtre aux mains d’une partie autre que les forces de sécurité, avant d’aboutir finalement à un « suicide ».

Cette même explication a depuis été proposée pour un certain nombre d’autres jeunes manifestants, et lorsque de telles affirmations sont impossibles à défendre, les autorités ont eu tendance à simplement nier toute responsabilité en attribuant les décès par balle à des « terroristes ». C’est ce qui s’est passé, par exemple, après que le véhicule transportant Kian Pirfalak, 10 ans, et son père a été la cible de tirs provenant de plusieurs directions le 17 novembre, à la suite d’une vague de troubles dans la ville d’Izeh, dans le sud-ouest du pays. Les autorités n’ont fait aucun effort apparent pour expliquer les motivations des terroristes présumés pour ce meurtre ou les autres enregistrés le même jour et n’ont pas expliqué pourquoi aucun des tireurs n’avait été appréhendé ou tué malgré la présence reconnue des forces de sécurité.

La mère de Pirfalak a attribué sans équivoque la mort du jeune garçon aux forces de sécurité lorsqu’elle a pris la parole lors de ses funérailles, disant même des autorités : « Elles mentent » lorsqu’elles font référence aux terroristes. « Des forces en civil ont tiré sur mon enfant. C’est tout », a-t-elle déclaré. Mais plus tard le même jour, elle est apparue sur la télévision officielle pour revenir sur ses propos dans une interview et mettre en garde contre leur « utilisation abusive ». Ce revirement, ainsi que la détresse du sujet, ont attiré une nouvelle fois l’attention sur le phénomène des détenus politiques et des familles d’Iraniens décédés qui subissent des pressions pour fournir de faux aveux ou corroborer les récits officiels du régime.

Ces aveux forcés ont également été mis en évidence dans un reportage de CNN lundi, qui s’est intéressé à l’utilisation du viol par les autorités iraniennes comme tactique de répression politique. Mentionnant une détenue récente qui avait réussi à parler de ses expériences, le reportage indique que « les forces de sécurité ont amené la sœur adolescente de la femme dans la salle d’interrogatoire et lui ont demandé si elle était « prête » à les laisser violer sa sœur », après quoi la femme a cédé et a fait les aveux qu’on lui demandait.

Le rapport de CNN fournit un certain nombre d’autres exemples spécifiques d’agressions sexuelles dans les centres de détention iraniens, dont beaucoup étaient apparemment de nature punitive ou simplement opportuniste plutôt que coercitive. Les victimes de ces abus sont aussi bien des femmes que des hommes, dont certains sont des mineurs. Certains incidents connus sont également d’une violence choquante, comme celui d’Armita Abbasi, 20 ans, qui a été hospitalisée le 17 octobre après avoir été détenue en raison de publications sur les médias sociaux qu’elle avait faites en critiquant ouvertement le régime.

Alors que des agents de sécurité en civil tentaient de faire pression sur le personnel médical, d’abord pour qu’il affirme que les viols avaient eu lieu avant sa détention, puis pour qu’il dise qu’Abbasi avait été traitée pour des « problèmes digestifs », les médecins eux-mêmes échangeaient des messages privés sur la véritable horreur de la situation. Ces messages ont ensuite été divulgués au public, et le cas d’Abbasi a amplifié l’indignation de la population, comme l’avaient fait auparavant les décès d’Amini, Shakarami et Esmailzadeh, et comme l’a fait celui de Pirfalak au début du mois.

Pourtant, cette notoriété n’a rien fait pour promouvoir la résolution du cas d’Abbasi ou de tout autre cas. Au contraire, elle est toujours détenue à la prison de Fardis à Karaj et serait détenue au secret, ce qui alimente les craintes qu’elle subisse encore des abus tout aussi brutaux, d’autant plus que les autorités s’efforcent de lui extorquer de faux aveux et de l’empêcher de parler de ses mauvais traitements à l’avenir.

En fait, il est évident que la stratégie de Téhéran pour gérer les troubles consiste à isoler non seulement les détenus vivants, mais aussi les corps de ceux que le régime a tués. Selon des informations de plus en plus nombreuses, ces corps sont confisqués par les autorités et enterrés secrètement, ou remis aux personnes en deuil à la seule condition qu’elles n’organisent pas de cérémonies commémoratives publiques ou ne parlent pas publiquement des véritables circonstances de la mort de leurs proches. Le Haut-Commissaire aux Droits de l’Homme s’est dit préoccupé par ces rapports avant la session spéciale de jeudi et a exigé que l’Iran mette un terme à cette pratique.

Bien entendu, il y a peu de chances d’obtenir une réponse significative à ces demandes, à moins que les discussions de jeudi ne débouchent sur un plan d’action concret permettant d’exercer une pression sur le régime et de tenir ses autorités pour responsables des abus en cours. Dans l’intervalle, on peut s’attendre à ce que le régime continue à faire face à des résurgences répétées de la pression intérieure, dont une grande partie est liée aux monuments commémoratifs que Téhéran a tenté d’entraver et d’empêcher.

Bien sûr, le peuple iranien ne peut pas attendre aussi longtemps pour obtenir de l’aide dans ses efforts pour renverser le régime répressif. De même, la communauté internationale ne peut excuser un silence supplémentaire sur les fusillades, les meurtres, les viols et autres abus qui se poursuivent depuis plus de deux mois maintenant. La session spéciale du Conseil des Droits de l’Homme de jeudi représente une occasion de mettre en lumière ce que l’on sait déjà sur la répression du régime et de préparer le terrain pour la collecte minutieuse d’une série de détails manquants.

En revanche, aucun détail supplémentaire ne devrait être nécessaire pour que l’ONU et ses principaux États membres s’engagent dans une ligne de conduite comprenant des sanctions économiques renforcées, un isolement diplomatique accru et l’expulsion de Téhéran des institutions clés, notamment de la Commission des Nations unies sur le statut de la femme.

Dans un rapport publié le 13 octobre, Amnesty International a décrit le régime des mollahs comme jouissant d’une « impunité généralisée » en ce qui concerne « les crimes systématiques et les violations flagrantes des Droits de l’Homme ». À l’époque, l’organisation de défense des Droits de l’Homme a attribué la mort de « près de deux douzaines d’enfants » aux forces de sécurité iraniennes. Depuis lors, des rapports plus détaillés se sont accumulés et le nombre de morts a considérablement augmenté. Il est plus urgent que jamais de mettre fin à l’impunité de Téhéran.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe