lundi, décembre 5, 2022
AccueilActualitésActualités: Iran ProtestationsLa première condamnation à mort et de nouvelles sanctions marquent l'étape des...

La première condamnation à mort et de nouvelles sanctions marquent l’étape des 60 jours du soulèvement iranien

https://www.ncr-iran.org/en/news/iran-protests/iranian-uprisings-60-day-milestone-marked-by-first-death-sentence-new-sanctions/

Le soulèvement antigouvernemental en Iran dure maintenant depuis plus de 60 jours. Au cours de cette période, le comportement du régime théocratique et des manifestants qui cherchent à le renverser n’a guère changé. Mais l’étape des deux mois a été marquée par l’annonce de la première condamnation à mort d’un manifestant, ainsi que par une nouvelle série de frappes sur les zones kurdes de l’Irak voisin.

Le soulèvement a commencé à la mi-septembre, après la mort de Mahsa Amini, une Kurde de 22 ans, aux mains de la « police des mœurs » de Téhéran. L’implication précoce des communautés de Saqqez, sa ville natale, et des environs a conduit les autorités à faire un amalgame entre le mouvement et l’obligation de rendre des comptes.

Ces mêmes autorités insistent publiquement sur le fait que les manifestations dans d’autres régions sont le fruit d’une conspiration. Parallèlement, le principal groupe d’opposition pro-démocratique d’Iran, l’Organisation des Moudjahidine du Peuple d’Iran, a attribué à son réseau d' »Unités de Résistance » l’organisation et l’unification d’une grande partie des soulèvements dans plus de 200 localités.

L’OMPI et sa coalition mère, le Conseil national de la Résistance iranienne, ont critiqué les puissances occidentales pour l’absence apparente de soutien significatif au mouvement de protestation national. Dans diverses déclarations, la coalition et ses alliés politiques ont exhorté les États-Unis et l’Union européenne à rompre les liens existants avec le régime des mollahs et à affirmer publiquement les droits du peuple iranien à se défendre contre la répression et à rechercher un changement de gouvernement autonome.

Les appels en faveur du droit formel à l’autodéfense sont sans doute devenus plus urgents face à la condamnation à mort récemment annoncée, qui promet d’être la première d’une longue série. L’OMPI estime qu’environ 30 000 manifestants ont été arrêtés depuis le début du soulèvement, sans compter les quelque 550 personnes qui ont été tuées par les forces répressives et le Corps des gardiens de la révolution islamique. Au début du mois, 227 des 290 membres du Majlis (Parlement des mollahs) ont voté en faveur de la condamnation à la peine capitale des personnes que les autorités accusent d’avoir mené des « émeutes« .

Toujours au début du mois, il a été signalé qu’au moins quatre personnes à Téhéran avaient été accusées d' »inimitié à l’égard de Dieu« , une infraction vaguement définie passible de la peine de mort. Au total, au moins 1 000 personnes ont été inculpées dans la capitale dans le cadre de la première série d’actions en justice annoncée publiquement contre les manifestants. Samedi, les médias officiels ont également rapporté que dix hommes et une femme avaient été inculpés en relation avec la mort d’un militant bassidji, certains d’entre eux pour l’accusation capitale tout aussi vague de « propagation de la corruption sur terre« .

Le chef de la politique étrangère de l’Union européenne, Josep Borrell, a publié lundi un communiqué exigeant que le système judiciaire iranien garantisse une procédure régulière à ses détenus, bien qu’il soit pratiquement certain que tous ces appels tomberont dans l’oreille d’un sourd à Téhéran. Le communiqué a également indiqué que « l’UE condamne fermement la répression violente et inacceptable des manifestants« , renforçant ainsi le message qui sous-tend les sanctions récemment imposées aux autorités iraniennes par l’UE et la Grande-Bretagne.

Ces sanctions visent 29 personnes et trois organisations, dont les ministres iraniens de l’Intérieur et des Communications, des officiers supérieurs des forces de police et de l’armée, ainsi que l’organe de propagande anglophone Press TV, qui est accusé d’avoir fortement contribué à la suppression d’informations exactes sur le soulèvement et la répression, ainsi qu’à la justification de l’escalade continue de cette répression.

Le ministère allemand des Affaires étrangères s’est vanté qu’une partie des nouvelles sanctions de l’UE visait le « cercle intérieur » des Gardiens de la révolution (pasdaran), l’organisation paramilitaire de la ligne radicale pour laquelle l’Allemagne a également demandé récemment la désignation comme organisation terroriste. Le département d’État américain a imposé une telle désignation en 2019, et de nombreux détracteurs du régime des mollahs ont réagi en déclarant que cette mesure était attendue depuis longtemps.

Lundi, le conseiller à la sécurité nationale de la Maison Blanche, Jake Sullivan, a salué les nouvelles mesures européennes et a déclaré que « les États-Unis, aux côtés de leurs partenaires et alliés dans le monde entier, continueront à demander des comptes aux responsables » des abus et du déni de procédure dont sont victimes les manifestants et les détenus. Entre-temps, un nouveau débouché possible pour ces efforts est apparu lorsqu’il a été signalé que le Conseil des Droits de l’Homme des Nations unies tiendrait une session d’urgence pour examiner la situation en Iran dans le courant du mois.

Hillel Neuer, directeur de UN Watch, a réagi à cette annonce sur Twitter en indiquant que l’organisation « demandera la création d’une commission d’enquête internationale » concernant la répression, et réitérera son appel à l’exclusion de la République islamique de la Commission de la condition de la femme de l’ONU.

Les détails de la session d’urgence n’ont pas encore été annoncés, mais Newsweek a remis en question le sérieux de l’ONU sur ce sujet lorsqu’il a été rapporté que la décision de l’organisme international coïncidait étroitement avec l’arrivée du député iranien Zoreh Elahian au siège à New York pour une réunion de la troisième commission de l’Assemblée générale des Nations unies. Elahian est l’un des 227 législateurs qui ont voté en faveur de la condamnation à mort des manifestants, et elle était accompagnée à l’ONU par le chef adjoint du pouvoir judiciaire Kazem Gharibabadi, qui jouera très certainement un rôle dans l’application de ces peines dans un avenir proche.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe