lundi, décembre 5, 2022
AccueilActualitésActualités: EconomieIran : les politiques contradictoires d’un régime moribond

Iran : les politiques contradictoires d’un régime moribond

Iran : les politiques contradictoires d’un régime moribond

Par Mohammad Sadat Khansari

Suite aux déclarations du régime iranien, le 11 octobre, selon lesquelles l’un de ses pétroliers aurait été touché par des «missiles» alors qu’il naviguait dans la mer Rouge à 60 milles des côtes de Djedda, en Arabie Saoudite, il y a eu de nombreuses contradictions dans les réactions de Téhéran.

Reconnus pour leur pratique de chantage auprès de la communauté internationale, les mollahs ont un besoin urgent d’exporter leurs crises. Parmi les exemples récents, citons l’attaque de pétroliers dans les eaux régionales et l’attaque de missiles de croisière / drones contre les installations pétrolières Aramco en Arabie saoudite. D’un autre côté, profondément préoccupés par l’isolement dans la région, divers responsables du régime iranien jouent au jeu de la victime et prétendent rechercher la paix.

Les mollahs ont insisté que deux missiles ont visé leur pétrolier SABITI en mer Rouge. Ali Shamkhani, secrétaire du Conseil suprême de sécurité nationale du régime, a menacé le 2 octobre de prendre des mesures de représailles. Ses paroles sont importantes en raison du fait que Shamkhani est le représentant de facto d’Ali Khamenei au Conseil.

« Cette attaque ne restera pas sans réponse et un comité spécial a entamé ses travaux pour évaluer l’affaire et les résultats seront communiqués prochainement aux responsables décisionnaires », a déclaré Shamkhani sans pointer du doigt une partie en particulier. « Après avoir évalué les séquences vidéo existantes et recueilli les preuves, nous avons obtenu des liens significatifs avec ceux qui se cachent derrière ces mesures aventureuses … Au cours des derniers mois, d’autres mesures destructrices ont ciblé les pétroliers Happiness et Helm dans la mer Rouge », a-t-il ajouté a l’agence de presse affiliée à la Force Qods des Gardiens de la révolution.

Aladdin Borujerdi, membre de la Commission de sécurité du Majlis d’Iran (parlement), a également lancé des menaces. « Cet incident peut donner lieu à des menaces contre tous les pétroliers en haute mer », a-t-il déclaré, selon le quotidien gouvernemental Resalat.

D’autre part, le quotidien gouvernemental Siasat-e Rooz, affilié à la faction de Khamenei, a écrit le samedi 12 octobre : « Cette probabilité est maintenant devenue presque certaine que l’Arabie saoudite et Israël sont liés à cette attaque par missile… Dans cette région de la mer Rouge, les Saoudiens et les Israéliens sont présents en coordination avec les États-Unis. Considérant son hostilité à l’égard de la république islamique…, on ne peut pas négliger le rôle des Saoudiens dans cette attaque ».

Alors que Téhéran prétend chercher une politique de réduction des tensions avec l’Arabie saoudite, le libellé de cet article, reflétant les points de vue des décideurs du régime iranien, paraît autrement. «Compte tenu de la situation actuelle, la République islamique d’Iran apportera une réponse adéquate au régime saoudien. Il ne fait aucun doute que l’Iran répondra à une telle attaque. Les Saoudiens doivent être préparés à une réponse sévère de l’Iran après la preuve du rôle joué par Riyad dans cet attentat », conclut le texte.

Hassan Hanizadeh, un initié du régime décrit comme un expert par les médias d’Etat, a eu recours à l’hypocrisie pour définir une condition préalable pour l’Arabie saoudite avant toute « négociation de paix». « Tout d’abord, l’Arabie saoudite doit mettre fin à l’agression de son armée au Yémen et s’abstenir de s’immiscer dans les affaires intérieures de pays tels que la Syrie et l’Irak afin d’engager des négociations avec [l’Iran] », a-t-il déclaré.

Contrairement aux affirmations du ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, sur les négociations avec l’Arabie saoudite, Mohsen Roohi-sefat, ancien diplomate, a insisté sur le fait que Téhéran poursuivrait sa politique expansionniste. « Il n’y a aucun changement dans la position de l’Iran et il n’est pas nécessaire de changer », a-t-il souligné.

Cette ligne contradictoire est également présente dans les cercles proches de la faction du président du régime iranien Hassan Rouhani à propos du pétrolier SABITI et des discussions avec l’Arabie saoudite. «Il est évident que Téhéran fait face à Riyad avec ses subordonnés, c’est-à-dire Doha et Bahreïn. Bien entendu, Riyad et les membres de leur coalition ne sont pas les seuls à être à l’origine de ce type de tension et de cas similaires. Ils se considèrent comme endettés du soutien d’une partie extérieure à la région du golfe Persique, Washington, »lit-on dans le quotidien gouvernemental Jahan-e Sanat en référence au statu quo complexe.

L’article conclut: «Il semble que cet incident fasse partie d’un processus impliquant une diplomatie de pression menée par Riyad dans la poursuite des intérêts de Washington dans le cadre de négociations éventuelles. En fait, l’objectif de Washington est de persuader Téhéran de revenir à la table des négociations par le biais de pression diplomatique. « 

Fereydoon Majlesi, ancien diplomate du régime iranien proche de la faction Rohani, s’est félicité de la visite récente du Premier ministre pakistanais Imran Khan dans l’espoir d’un assouplissement futur des sanctions imposées à Téhéran.

«La médiation et l’intervention d’Imran Khan sont considérées comme une tournure positive des événements. [L’Iran] fait face à un certain nombre de problèmes et de dilemmes… et pourtant, dans le cas de l’attaque de missile visant le pétrolier iranien, aucune partie n’a pris de responsabilité et aucune analyse spécifique n’est disponible à cet égard. Bien que l’on sache dans certains milieux que ce missile a été tiré par l’Arabie saoudite, le ministère [des Affaires étrangères] iranien dit que cela n’est pas vrai « , a-t-il déclaré dans un récent entretien.

Alors que les crises internationales renforcent l’isolement des mollahs à l’étranger et que la crise sociale est à l’origine de la révolte de Lordegan dans le sud de l’Iran, le régime moribond lutte pour sa survie.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe