mercredi, février 1, 2023
AccueilActualitésActualités: EconomieIran : Les pasdaran dépouillent le peuple iranien de sa richesse pour...

Iran : Les pasdaran dépouillent le peuple iranien de sa richesse pour continuer la répression

 CNRI – Un accord a été signé le 15 juin avec trois entreprises iraniennes dans le secteur sud d’Assalouyeh pour développer six phases du champ pétrolier et gazier Pars Sud, ce qui équivaut à huit phases standards. Le président des mollahs, Mahmoud Ahmadinejad, a qualifié l’accord du «moment le plus glorieux de l'histoire de l'Iran ». Il a également tourné en dérision les entreprises étrangères et promis que les sociétés iraniennes finaliseraient l'ensemble des phases durant les 35 prochains mois.

Ni Ahmadinejad ni les médias officiels n’ont dévoilé les noms des compagnies iraniennes impliquées dans la transaction. Mais, des informations dans la presse ont révélé que la majeure partie a été attribuée au corps des gardiens de la révolution (CGR), les pasdaran, qui est chargé de la répression interne.

Le site officiel de la télévision d'Etat en Iran a indiqué que l’accord est évalué à plus de 21 milliards de dollars et que le principal intéressé est le bras financier du CGR, la base Khatam Al-Anbia. Le quatrième volet de sanctions de l'ONU récemment approuvé par le Conseil de sécurité a interdit tout accord et lien avec le CGR.

Deux autres sociétés bénéficiant de l'accord sont l’ «Organisation de développement et de renouvellement industriel» et la société Petropars, qui est une filiale de la Société nationale du pétrole iranien.

Auparavant, la compagnie anglo-néerlandaise Royal Shell et l’espagnole Repsol étaient censés développer conjointement des phases 13 et 14, mais après l'adoption des sanctions plus sévères de l'ONU ce mois-ci, les entreprises internationales ont renoncé à signer des accords avec le régime iranien.

La société Khatam Al-Anbia a été formée au cours de la guerre Iran-Irak dans les années 1980 comme une entreprise de construction et non comme un acteur dans le secteur pétrolier. Toutefois, ces dernières années, et spécialement après l’élection présidentielle contestée en Iran qui a amené Ahmadinejad au pouvoir pour un second mandat, le bras financier du CGR a étendu sa mainmise dans le secteur pétrolier et gazier très rentable.

Après un an du premier mandat d'Ahmadinejad, les hauts responsables du CGR ont obtenu un contrat de 1,3 milliard de dollars pour le transfert de gaz. L'accord faisait entrer le CGR dans le secteur pétrolier. Le gouvernement d'Ahmadinejad a accordé exclusivement à la base Khatam le développement des trois phases de Pars Sud, dans le cadre d'un processus obscur, en plus de deux phases, conjointement avec deux autres sociétés nationales.

Ayant obtenu six phases du champ gazier de Pars Sud, la société affiliés au CGR est devenu de facto LA puissance économique de l’Iran.

Les sanctions internationales ont donné au gouvernement d'Ahmadinejad et à ses alliés au CGR la possibilité d'étendre leur influence dans Pars sud, qui est le plus grand projet gazier et pétrolier en Iran, en remplissant le vide laissé par l'exode des grandes entreprises internationales.

Mais, même après la signature, les experts continuent à douter que les entreprises iraniennes possèdent la gestion, l'expertise technique et les ressources suffisantes pour mener ces projets à terme. L'opération porte sur plus de 200 millions de mètres cubes de gaz.

Il ne semble pas plausible pour la Base Khatam de mener un projet aussi énorme, compte tenu de son insuffisance en expertise de gestion et en expérience technique, sans parler de la multitude de difficultés financières rencontrées par le régime iranien.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe