mercredi, novembre 30, 2022
AccueilActualitésActualités: Droits humainsIran : Les enfants risquent de contracter l’hépatite à cause de manque...

Iran : Les enfants risquent de contracter l’hépatite à cause de manque de soins

iran-enfants-hépatite

Le porte-parole de l’agence iranienne des produits alimentaires et médicamenteux a annoncé que le médicament nécessaire pour les enfants dont les mères sont contaminées par l’hépatite B a été importé mais il n’est pas fourni en quantité suffisante et n’est donc pas disponible sur le marché.

Selon l’agence de presse ILNA, le 14 mai 2018, le porte-parole de l’agence des produits alimentaires et médicamenteux a confirmé l’importation et l’étiquetage des médicaments, tout comme son manque sur le marché.

Ce médicament contient une immunoglobuline unique de l’hépatite B, qui ne peut être obtenue que chez un seul importateur. Selon ILNA, le traitement se fait rare et il est distribué en petite quantité et seulement quelques pharmacies vendent ces médicaments et à ce stade.

Selon ILNA, Moayed Alavian, le responsable du réseau contre l’hépatite en Iran, a également commenté ce problème : « ils doivent être francs et honnêtes avec les gens concernant le manque de traitements. En d’autres termes, ils doivent arrêter de donner de fausses informations aux gens. Tous les patients atteints d’hépatite B ont été dans l’incapacité d’obtenir ce traitement pour leurs enfants. » Il a souligné : « Malheureusement, le vaccin reste indisponible, c’est pour cette raison que de nombreuses personnes doivent faire face à de sérieux problèmes aujourd’hui. Si les enfants ne reçoivent pas ce traitement, le risque qu’ils contractent cette maladie peut augmenter jusqu’à atteindre 10 % ; un pourcentage non négligeable. »

Il a ajouté : « Si notre but est d’éliminer l’hépatite dans notre pays, nous devons fournir le traitement nécessaire. L’approvisionnement de ce traitement est une obligation importante pour le ministère de la Santé. Ainsi, si une femme redonne son hépatite à son enfant à cause du manque de traitement, elle peut porter plainte formellement contre le ministère de la Santé pour sa négligence. »

Selon Alavian : « Le ministère de la Santé lui-même a recommandé une injection de ce médicament aux enfants à risque (dont les mères sont malades de l’hépatite B) au moment de leur naissance. » Il a ajouté : « Essayez d’appeler le 190 et de contacter les pharmacies, voyez si elles fournissent ce traitement ou non. »

Ce traitement doit être administré à la naissance, car tant que le bébé est dans l’utérus, il ne risque pas d’attraper l’hépatite B. Mais une fois né, le sang dans l’utérus se mélange à celui de la mère. Ainsi, le bébé peut contracter cette maladie. Par conséquent, la seule façon d’empêcher ce transfert est d’administrer le traitement au moment de la naissance.

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe