vendredi, janvier 27, 2023
AccueilActualitésActualités: Terrorisme & intégrismeIran - Le message subliminal qui se cache derrière l'élection des mollahs

Iran – Le message subliminal qui se cache derrière l’élection des mollahs

Iran - Le message subliminal qui se cache derrière l'élection des mollahs

Pourquoi les responsables se mettent-ils en garde au sujet de l’élection du régime

Les autorités iraniennes se mettent constamment en garde au sujet de l’extrême sensibilité de la situation politique actuelle, utilisant n’importe quel forum pour le faire, y compris les prières du vendredi. Plus particulièrement, ils demandent aux candidats à la présidence de ne pas mettre en doute leur crédibilité.

Les avertissements constants émis par le Guide Suprême, Ali Khamenei, et d’autres mollahs de haut rang à l’endroit des candidats et des médias révèlent une sensibilité très particulière à cette élection.

Les avertissements transmettent essentiellement un message : « soyez prudent, ne déclenchez pas les sensibilités des électeurs pendant la campagne parce que cela sera dangereux pour tout le système ».

Après le deuxième débat présidentiel du vendredi 5 mai, Hesam al-Din Ashna, conseiller culturel d’Hassan Rohani, a expliqué : « Afin d’empêcher le fait que les débats créent un choc au sein de la société, Rohani a exprimé sa préoccupation au sujet de la tranquillité et de la paix dans le pays ». De telles préoccupations ont également été soulevées par le Guide Suprême et les autres responsables du régime. Certains ont déclaré, par exemple : « Les débats ne devraient pas engendrer d’inquiétude politique pour la population » et « le débat ne devrait pas diviser le peuple et créer de la haine. »

En conséquence, le débat s’est révélé être plus un spectacle qu’une véritable délibération. Maintenant, la question est de savoir pourquoi les débats présidentiels dans un pays devraient être considérés comme si dangereux ?

L’incident du 6 mai, lors de la visite d’Hassan Rohani à la mine effondrée au nord de l’Iran où des dizaines de mineurs ont été tués, est peut¬-être révélateur d’une nouvelle réalité. Les mineurs en colère et agonisants et les familles des victimes ont attaqué le président du régime et ont martelé sa voiture avec leurs poings.

Le même jour à Orumieh (au nord-ouest de l’Iran), pendant le discours de Rohani, la population a scandé « (ce qu’il dit) c’est un mensonge, c’est un mensonge ».

Ce que Mohammad Baqher Qalibaf, un des candidats, a déclaré, traduit bien la réalité. Il ne cesse d’évoquer la « gouvernance des 4 pourcent ». En d’autres termes, il affirme qu’en Iran seulement 4% des personnes soutiennent le gouvernement. Cela signifie que 96 pourcent de la population, paupérisé, au chômage et mécontent, est contre les mollahs au pouvoir.

C’est de là que provient la peur ressentie par les responsables du régime à l’égard de la population, de même que leurs avertissements continus.

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe