mercredi, février 21, 2024
AccueilActualitésActualités: Terrorisme & intégrismeIran : Le Conseil de sécurité condamne les propos du président iranien

Iran : Le Conseil de sécurité condamne les propos du président iranien

Le Conseil de sécurité de l'Onu
Agence France Presse, NEW YORK (Nations unies) – Le Conseil de sécurité de l’Onu a condamné vendredi les déclarations du président iranien Mahmoud Ahmadinejad niant l’Holocauste et appelant à déplacer Israël du Moyen-Orient en Europe.

Les quinze membres du Conseil ont "condamné les remarques sur Israël et la dénégation de l’Holocauste attribuées à Mahmoud Ahmadinejad", a indiqué l’ambassadeur britannique à l’Onu, Emyr Jones Parry dont le pays préside actuellement le Conseil de sécurité.

Le secrétaire général de l’Onu, Kofi Annan avait auparavant personnellement condamné les propos négationnistes du président iranien.

Le Conseil a rappelé que le mois dernier, l’Assemblée générale de l’Onu avait adopté une résolution rejetant "tout déni de l’Holocauste en tant qu’événement historique, que ce déni soit total ou partiel".

Le Conseil de sécurité a appuyé l’"appel urgent" de M. Annan demandant à tous les Etats membres de "combattre un tel déni et éduquer leurs populations aux faits historiques bien avérés de l’Holocauste, au cours duquel un tiers de la population juive a péri ainsi qu’un nombre incalculable de membres d’autres minorités".

Les quinze membres du Conseil ont également apporté leur soutien aux déclarations du secrétaire général concernant Israël affirmant que cet Etat est "un membre de longue date des Nations unies qui jouit des mêmes droits et obligations que tout autre membre et qu’en vertu de la Charte des Nations unies, tous les Etats membres se sont engagés à s’abstenir de menacer et d’user de la force contre l’intégrité territoriale ou l’indépendance politique de tout Etat".

Moins de deux mois après avoir scandalisé la communauté internationale en appelant à "rayer Israël de la carte", M. Ahmadinejad est revenu à la charge jeudi en demandant à l’Allemagne et à l’Autriche de donner un "morceau de terre" à Israël si elles s’estiment coupables de massacres de juifs pendant la 2ème guerre mondiale.

M. Ahmadinejad a aussi fait référence aux historiens révisionnistes, tout en qualifiant Israël de "tumeur".