jeudi, février 9, 2023
AccueilActualitésActualités: NucléaireIran – Khamenei se dit favorable à un accord nucléaire, mais pose...

Iran – Khamenei se dit favorable à un accord nucléaire, mais pose de nombreuses conditions

CNRI – Dans un discours prononcé le dimanche 8 février devant les officiers de l’armée de l’air, Ali Khamenei, le guide suprême du régime des mollahs, s’est dit favorable à la conclusion d’un accord nucléaire avec les pays du groupe 5+1, mais il a posé de nombreuses conditions quasiment impossibles à réaliser.

Selon Irna (l’agence de presse officielle des mollahs), Khamenei a rappelé les concessions faites par le régime iranien dans le cadre de l’accord du 13 novembre 2013 (notamment l’arrêt des activités de deux sites nucléaires importants et la limitation de l’enrichissement de l’uranium à 20%) et il a ajouté : « Nous sommes des gens rationnels ».

Ensuite, Khamenei a déclaré : « Les sanctions doivent être levées de façon véritable. Si l’accord permet de prendre des mains de l’ennemie l’arme des sanctions, ça sera très bien. Mais si cela ne se réalise pas, il existe de nombreuses tactiques pour émousser l’arme des sanctions. »

Par ailleurs, Khamenei a posé cette condition que l’accord soit conclu en une seule étape. Il a dit : « Certains ont parlé d’un accord en deux étapes : une première étape pour se mettre d’accord sur les principes générales et une seconde étape pour se mettre d’accord sur les détails. Un accord en deux étapes n’est souhaitable, car il sera l’occasion d’invoquer des prétextes sur des détails. »

Khamenei a ainsi poursuivi : « Les Américains disent constamment qu’absence d’accord est mieux qu’un mauvais accord. Nous sommes du même avis. Nous croyons qu’absence d’accord est mieux qu’un accord qui serait contraire à nos intérêts nationaux et humiliant pour la grande nation iranienne. Le principal objectif des Américains et leurs acolytes est de nous obliger de nous agenouiller, mais ils se trompent lourdement dans leurs analyses.»

Le samedi 7 février, lors d’une Conférence de Munich sur la sécurité, Mohammad-Djavad Zarif, le ministre des Affaires étrangères du régime iranien, a dit pour sa part: « Je crois que prolonger de nouveau les négociations n’est dans l’intérêt de personne ». Il a ajouté : « L’échec des négociations n’est pas la fin du monde et, à mon avis, cet accord n’est ni indispensable, ni utile. »