lundi, juillet 22, 2024
AccueilActualitésIran électionMaryam Radjavi à propos de Pezeshkian : c’est Khamenei qui détermine son...

Maryam Radjavi à propos de Pezeshkian : c’est Khamenei qui détermine son programme et sa politique et s’en écarter est pour lui une ligne rouge

Maryam Radjavi lors d’un rassemblement majeur d’Iraniens à propos de Pezeshkian : Interrogé sur son programme, il a répondu que c’est Khamenei qui détermine son programme et sa politique et que s’en écarter est pour lui une ligne rouge

Khamenei est le perdant stratégique de la farce électorale. La mort de Raïssi a confirmé que la dictature religieuse connait un nouvel équilibre et un nouveau chapitre. Cela rappelle la phase terminale du régime du chah. Le système est percé de maintes brêches de l’intérieur et les loups s’entredévorent.

La Résistance iranienne considère Khamenei comme le perdant stratégique de la farce électorale boycottée par 91 % des électeurs iraniens. La mort d’Ebrahim Raïssi et l’échec des rêves de Khamenei de purifier son régime ont confirmé un nouvel équilibre et un nouveau chapitre dans la dictature religieuse. Cela reflète l’impasse dans laquelle se trouve Khamenei et rappelle la phase terminale du régime du chah. L’impact du coup porté au guide suprême affaibli et décrépit a ébranlé les piliers du système. Ses fondations sont percées de maintes brèches de l’intérieur et les loups s’entredévorent.

Auparavant, la Résistance iranienne avait annoncé qu’elle se réjouirait si Khamenei, même avec des millions de votes frauduleux, permettait à Pezeshkian d’accéder à la présidence. Ces failles ouvrent la voie à un soulèvement et brisent les liens qui maintiennent le régime en place.

Lors d’un rassemblement majeur d’Iraniens après le premier tour de la farce électorale, Mme Radjavi a déclaré à propos de Pezeshkian : lorsqu’ils l’ont interrogé sur son programme, il a répondu que c’était Khamenei qui déterminait son programme et sa politique et que s’en écarter était pour lui une ligne rouge.

La Résistance iranienne souligne que s’il n’y a pas de tromperie ni d’énormes fraudes et que la saga enterrée des réformes dans le régime a été exhumée, et que Pezeshkian, contrairement à ce qu’il a dit, n’a pas fusionné avec la dictature religieuse, alors dès aujourd’hui il est possible de tester le nouveau président de Khamenei dans un premier temps avec des mesures claires et précises, comme indiquées dans le programme en 10 points de Mme Maryam Radjavi, la présidente élue du Conseil national de la Résistance iranienne :

1- Annoncer l’abolition du voile obligatoire et la fin de toutes les patrouilles de répression des femmes.

2- Libérer tous les prisonniers politiques et ouvrir les portes des prisons aux missions d’enquête internationales.

3- Abolir la peine de mort et toutes les sortes de torture et de châtiments inhumains tels que le fouet, l’amputation des mains et l’arrachage des yeux.

4- Annuler les restrictions et le filtrage internet.

5- Le départ des universités des représentants de Khamenei, des miliciens du Bassidj et des agents de renseignement des pasdarans et du ministère du Renseignement.

6- Démanteler des tribunaux du régime dits tribunaux révolutionnaires.

7 – Garantir les droits des travailleurs, des ouvriers, des employés, des éducateurs, des infirmières et des retraités avec leur propre contribution.

8- Diminuer les prix des biens essentiels et des services publics, du pain, de l’électricité, du gaz, de l’essence, des médicaments et du logement.

9. Dissoudre le Conseil des gardiens.

10. Renouveler les élections législatives sans exiger l’adhésion au Guide suprême, en mettant l’accent sur la liberté d’expression et de réunion.

Il y a 25 ans, le 14 avril 1999, le Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI) proclamait : « Le test décisif pour distinguer les faux réformateurs des vrais est d’imposer des élections libres fondées sur la souveraineté populaire. Par conséquent, Mohammad Khatami, ou toute autre se réclamant de la réforme, doit placer le rejet de la dictature religieuse et l’insistance sur la tenue d’élections libres en tête de son programme. »

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 6 juillet 2024