vendredi, décembre 2, 2022
AccueilActualitésActualités: Droits humainsIran /barbarie - un homme condamné à perdre la vue

Iran /barbarie – un homme condamné à perdre la vue

CNRI – Le régime inhumain des mollahs en Iran a condamné un jeune homme à perdre la vue. Ce châtiment barbare a été prononcé le 1er août dans le dossier d’un homme de 27 ans identifié seulement par son prénom « Hamed ». Hamed avait affirmé au tribunal des mollahs en mars 2011, qu’il a involontairement causé une blessure à l’œil d’un autre homme lors d’une altercation de rue, alors qu’il été âgé de 23 ans, rapporte le journal officiel « Iran ».

« Il était environ minuit et j’étais assis à la maison quand ma mère m’a appelé et m’a dit que mon père avait eu un accident de voiture. Je me suis précipité sur les lieux pour l’aider, mais je n’avais vraiment pas l’intention de causer des blessures aux yeux de quiconque « , a déclaré Hamed devant le tribunal.

Suite à l’annonce de cette peine cruelle, Mme Farideh Karimi, membre du Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI) et militante des droits humains, a déclaré:
« Il est profondément regrettable que les gouvernements européens ne protestent pas contre de telles actes de barbarie en Iran.

Ces actes sauvages, qui constituent de la torture, sont effectivement inscrits dans les lois même du régime intégriste. Par ailleurs, au moins quatre personnes ont été pendues en public en Iran le mois dernier. Ces pendaisons publiques constituent également une forme de torture publique.

Quand les gens sont emmenés à voir ces scènes, quiconque est confronté à ce spectacle horrible est également soumis d’une certaine façon à cette torture barbare. On doit demander: pourquoi l’UE ferme les yeux sur ces atrocités ? »

« Nous n’avons pas honte »
Les autorités du pouvoir judiciaire iranien ont publiquement défendu les amputations des membres, l’arrachage des yeux, et même la lapidation à mort, comme faisant partie intégrante du code pénal du régime fondamentaliste.

Mohammad Javad Larijani, chef du soi-disant «Conseil des droits humains» du régime iranien, a déclaré le 10 avril 2014: «Le problème c’est que l’Occident ne comprend pas que le Qisas (loi du talion) est différent de l’exécution. Nous n’avons pas honte de la lapidation ou aucun des décrets islamiques (…) Personne n’a le droit de dire à un juge d’éviter certains verdicts parce que les Nations Unies vont en être

offusquées. Nous devrions fermement et sérieusement défendre le verdicts de lapidation « .

« Il faut davantage amputer pour servir d’exemple »
La justice des mollahs a procédé cette semaine (le 5 aout 2015) à l’amputation de deux prisonniers à la prison centrale de Machad. Les détenus amputés ont été condamnés à perdre une main et un pied pour avoir dérobé 37 000 $ à une banque. Les bourreaux de cette prison avaient également amputé, il y a un mois, les mains de deux autres jeunes prisonniers accusés de vol. L’un d’entre eux, âgé de 26 ans, avait été condamné pour «avoir écarté les barres de protection devant la fenêtre », « cassé la porte de l’armoire » et « brisé la clôture de la maison du plaignant ».

En mai 2015, le représentant du Guide suprême des mollahs dans la province de Hormozgan (sud de l’Iran) avait appelé à pratiquer davantage le châtiment d’amputation. «Si les mains de quelques-uns de ceux qui commettent des vols dans la société sont coupées, ils serviront d’exemples pour d’autres et la sécurité sera rétablie », avait déclaré Gholamali Na’imabadi. «La sécurité sera rétablie dans la société en amputant quelques doigts; pourquoi donc ces peines ne sont pas pleinement appliquées? »

Le régime iranien a dévoilé un terrifiant dispositif en 2013 : une machine à couper les doigts. Celle qui semble être sorti tout droit d’un film d’horreur, est une forme de guillotine pour couper « proprement» les doigts des victimes.

Le Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI) a condamné à maintes reprises les châtiments médiévaux appliquées par le régime des mollahs en Iran et a appelé au renvois de l’effroyable bilan du régime intégriste devant le Conseil de sécurité des Nations Unies.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe