samedi, février 4, 2023
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceIran-Achraf: «J’ai été stupéfait par la solidarité du peuple irakien avec vous»-...

Iran-Achraf: «J’ai été stupéfait par la solidarité du peuple irakien avec vous»- eurodéputé allemand

André Brie, eurodéputé allemand, à AchrafCNRI – « J’ai appris à connaître votre culture. Pas seulement cette immense, ancienne et très riche culture de votre pays et de votre peuple, mais la culture de votre mouvement. La culture qui existe entre chacun d’entre vous. Je voudrais emmener votre culture dans mon parti. Je n’ai jamais connu, jamais, de mouvement politique avec des relations aussi chaleureuses entre ses membres », a déclaré André Brie aux résidents de la Cité d’Achraf en Irak.

 

André Brie, eurodéputé allemand, à AchrafCNRI – « J’ai appris à connaître votre culture. Pas seulement cette immense, ancienne et très riche culture de votre pays et de votre peuple, mais la culture de votre mouvement. La culture qui existe entre chacun d’entre vous. Je voudrais emmener votre culture dans mon parti. Je n’ai jamais connu, jamais, de mouvement politique avec des relations aussi chaleureuses entre ses membres », a déclaré André Brie aux résidents de la Cité d’Achraf en Irak.

L’eurodéputé allemand responsable des relations internationales du groupe confédéral de la Gauche unitaire européenne se trouvait à Achraf avec une délégation parlementaire pour une visite de deux jours pour examiner la protection de la Cité et le respect des droits de ses résidents, selon la IVe convention de Genève et le droit international.

La délégation était composée de Alejo Vidal-Quadras, vice-président du parlement européen, Morten Hoglund, vice-président de la commission des affaires étrangères du parlement norvégien, l’eurodéputé Tunne Kelam, président de la délégation estonienne au groupe PPE-DE, et Mogens Camre, vice-président du groupe Union pour l'Europe des Nations.

Outre ses entretiens avec plusieurs groupes de résidents,  la délégation a visité divers lieux d’Achraf, comme le musée des martyrs, le hall d’exposition sur les attentats terroristes commis par le régime des mollahs, le cimetière des martyrs et l’université.

Voici le texte de l’intervention d’André Brie lors d’une cérémonie en l’honneur de la délégation :

Cité d'AchrafChers amis iraniens et irakiens

Mes collègues ne m’ont pas laissé beaucoup de possibilités pour de nouvelles idées.

Venant d’un parlement démocratique, il est bien normal et valeureux de pouvoir discuter de nos différences, mais dans ce cas, mon cœur et mon esprit me disent qu’il me faut répéter chacun des mots de mon vice-président et chacun des sentiments qui les portaient. Je voudrais ajouter deux impressions très personnelles.

Quand je suis venu la première fois à Achraf en 2004, à cette époque je n’avais aucune idée de ce qu’était Achraf, juste une idée générale sur l’OMPI.

J’ai été surpris par beaucoup de points positifs. Je ne peux pas parler de tous et je voudrais me concentrer sur deux d’entre eux, et sur deux points très décisifs pour moi, personnellement.

Premièrement, j’ai appris à connaître votre culture. Pas seulement cette immense, ancienne et très riche culture de votre pays et de votre peuple, mais la culture de votre mouvement. La culture qui existe entre chacun d’entre vous. Je voudrais emmener votre culture dans mon parti. Je n’ai jamais connu, jamais, de mouvement politique avec des relations aussi chaleureuses entre ses membres.

Et la seconde impression qui a été si décisive pour moi : je suis venu ici pour la première fois en 2004, dans ce pays qui souffrait tant. J’ai été totalement stupéfait par la solidarité de la population irakienne avec vous, malgré tous ses problèmes. C’était bien sûr une appréciation de votre combat. C’était reconnaître que vous et le peuple irakien menez le même combat contre l’intégrisme et pour la liberté.

La délégation à la Cité d'AchrafMais j’ai été profondément touché, et j’ai commencé à développer une relation très profonde avec le peuple irakien. Un peuple qui est capable et prêt, dans de telles conditions, à faire preuve d’une solidarité aussi forte avec vous, c’est une expérience extraordinaire et une base pour notre lutte commune.

Pour finir, j’ai toujours honte quand vous nous remerciez. Je vis dans des conditions bien plus faciles. Mais à chaque fois que je reviens d’Achraf dans mon pays, je me sens plus fort et plus cordial qu’avant. Et maintenant je voudrais répéter une phrase de tous mes collègues. J’ai toujours promis quand j’étais à Achraf que je reviendrais. Et je reviendrai tant que ce sera nécessaire. Mais je crois spécialement que nous nous reverrons très bientôt dans un Iran libre.
Je vous remercie.