vendredi, décembre 9, 2022
AccueilActualitésActualités: LibertyIran-Achraf: "Ceux qui aujourd'hui croient pouvoir faire n'importent quoi au sein de...

Iran-Achraf: « Ceux qui aujourd’hui croient pouvoir faire n’importent quoi au sein de leurs pays, devront, demain, rendre des comptes » (Me Gilles Paruelles)

CNRI – « Il faut qu’une enquête internationale puisse être engagée sur le massacre d’Achraf le 1er septembre. L’expérience qui est la mienne dans d’autres pays devant d’autres juridictions internationales, font en sorte que ceux qui aujourd’hui croient pouvoir faire n’importent quoi au sein de leurs pays, devront, demain, rendre des comptes, » a déclaré Me Gilles Paruelles, ancien bâtonnier du Val d’Oise.

Il s’exprimait le 5 janvier lors d’ une cérémonie d’hommage aux victimes de la dernière attaque, le 26 décembre,  contre le camp Liberty, au cours de laquelle les participants ont exprimé leur soutien à l’appel à une campagne internationale de Maryam Radjavi pour garantir la sécurité des habitants de Liberty et agir contre les exécutions arbitraires en Iran.

Dans son intervention, Me Gilles Paruelles  a ajouté :
« C’est vrai que tout à l’heure, lorsque nous avons vu ces images terrifiantes de l’attaque du camp Liberty, nous ne pouvions pas être indifférents. C’étaient nos amis, c’était les membres de notre famille. Croyez bien qu’aujourd’hui je partage votre peine, la peine de toutes les familles des Achrafiens qui sont tombés ces derniers jours et il y a encore quelques mois.  C’est tellement vrai, ils font partie de ma vie. Il n’y a pas une seule journée qui ne commence sans que je pense à leur courage, à leur action, à leur détermination.

« Je parlerai de Droit, puisque je suis avocat. Dans le passé, c’est à la suite de combats qui ont été menés devant de nombreuses juridictions, qu’elles soient nationales ou internationales, qui ont permis à nos amis d’Achraf d’être garantis par la 4ème convention de Genève. Alors aujourd’hui encore, et c’est là ou l’espoir peut renaître au travers de la justice. Aujourd’hui, et ce n’est pas anodin, une cours d’instruction de Madrid a étendu l’enquête qui avait été engagée à l’encontre des massacres d’Achraf, qu’ils soient de 2009, 2011 ou 2013, à une personnalité toute proche du premier ministre irakien Nouri Al-Maliki. Puisque c’est lui (Falah Fayad) qui s’occupe de la sécurité dans le gouvernement irakien. Aujourd’hui des poursuites en Espagne ont été engagées à son encontre. Et pas n’importe quelles poursuites, puisqu’il s’agit de poursuites pour des crimes contre l’humanité.

« Espoirs également dans le cadre de notre propre législation (française). Comme vous le savez, nous avons une compétence universelle qui nous permet dans un certain nombre de dispositions, d’engager, comme cela s’est fait en Espagne, des procédures à l’encontre des personnes qui sont responsables de faits que nous avons relatés tout à l’heure. Il faudrait simplement qu’un parent soit une victime directe, pour que nous puissions saisir un juge dans le cadre de cette compétence universelle. Il faut le faire pour qu’une enquête internationale puisse être engagée. Pourquoi ne pas engager toutes les procédures pour que cela puisse se faire ? Dans le passé, comme je l’ai indiqué, à force de persévérance nous avons obtenu, au niveau du droit, ce que nous n’avions pas pu obtenir au niveau politique.

«J’avais dit que le droit l’emportait toujours sur la politique. Je reste persuadé que tel sera le cas. L’expérience qui est la mienne dans d’autres pays, devant d’autres juridictions internationales, font en sorte que, ceux qui aujourd’hui croient pouvoir faire n’importe quoi au sein de leurs pays, devront, demain, rendre des comptes. Que ce soit dans deux ans, dans cinq ans, dans dix ans, voire dans trente ans comme c’est le cas aujourd’hui pour les responsables du génocide cambodgien.»

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe