dimanche, février 5, 2023
AccueilActualitésActualités: Droits humainsIran – 480 personnes condamnées à la flagellation pour avoir mangé dans...

Iran – 480 personnes condamnées à la flagellation pour avoir mangé dans la journée pendant le mois de Ramadan

CNRI – A Chiraz (ville située au sud de l’Iran), quelque 500 personnes ont été arrêtées et la majorité d’entre eux ont été condamnées à la flagellation pour avoir omis d’observer le jeûne dans la journée pendant le mois sacré du Ramadan, a déclaré le vice-procureur général de régime des mollahs dans cette ville. 

Au moins deux restaurants dans cette ville qui avaient servi des aliments aux gens pendant la journée ont été fermés et mis sous scellés et deux véhicules ont été mis en fourrière par les paramilitaires de Bassidj dans le cadre des mesures strictes du régime pour empêcher les gens de rompre leur jeûne durant la journée, a dit Ali Kechavarzi.

Selon une dépêche de l’agence de presse Tabnak, datée du lundi 29 juin, cet officiel de l’appareil judiciaire du régime a déclaré que depuis le début du mois de Ramadan (ayant commencé le 18 juin), au moins 500 personnes ont été arrêtées pour avoir mangé durant la journée, vingt d’entre eux ont été libérées après avoir reçu un avertissement et les autres ont été pour la plupart condamnées à recevoir des coups de fouets.

Par ailleurs, 2699 personnes ont reçu des avertissements verbaux et 261 autres ont reçu des avertissements écrits de la part de Bassidj, a ajouté Kechavarzi.

Toute personne en Iran attrapée alors qu’elle est en train manger ou de boire en public dans la journée pendant le mois de Ramadan peut recevoir 74 coups de fouet et peut en plus être condamnée à une peine d’emprisonnement allant jusqu’à deux mois, ont menacé les magistrats du régime des mollahs. Des patrouilles spéciales sont installées dans des rues et des parcs publics pour faire face à ceux qui boivent, mangent ou fument en public.

L’année dernière, un chrétien en Iran avait ses lèvres brûlées avec une cigarette parce qu’il avait mangé dans la journée pendant le mois de Ramadan. Ce châtiment sauvage a été exécuté en public dans la ville de Kermânchâh.

Le nombre de condamnations à des flagellations publiques ont considérablement augmenté en Iran ces derniers mois, pour répandre la peur parmi la jeunesse du pays et pour éviter toute expression publique de la dissidence.

Le nombre réels des condamnations à des coups de fouet à travers l’Iran est beaucoup plus élevé que celui annoncé officiellement.