samedi, décembre 10, 2022
AccueilActualitésIrak: Il n'y a pas d'EIIL parmi nous, nous sommes les tribus...

Irak: Il n’y a pas d’EIIL parmi nous, nous sommes les tribus – Cheikh Soleiman

CNRI – Dans une interview avec la chaîne Al-Arabiya, le Cheikh Ali Hatam Soleiman, émir des tribus al-Dulaimi de la province d’Anbar a déclaré: « Nous revendiquons que nos droits et nous ne cherchons pas la vengeance.

L’EIIL (le groupe extrémiste de l’État islamique en Irak et au Levant) n’est qu’un groupe d’individus et ne représente pas une composition sociale dans aucune région en Irak. L’EIIL ne représente pas une force qui puisse conquérir des villes. Dans ces régions, tous les commandants de l’armée, des divisions et des brigades, ont déserté pour se joindre aux tributs. Par conséquent, je répète que notre révolution restera une révolution qui ne sera pas souillée par les terroristes. Nous avons des objectifs précis. Nous ne permettrons pas à Maliki de justifier le massacre des sunnites sous prétexte de terrorisme.»
 
Question: Quel est le pourcentage des forces de l’EIIL parmi vous?
Cheikh Ali Hatam: Il n’y a pas de forces de l’EIIL parmi nous. Nous sommes les tribus. Permettez-moi cependant d’ajouter qu’il y a clairement un lien entre l’EIIL et les organes gouvernementaux. À Ramadi, il y a beaucoup d’indices qui appuient cette réalité. Dans une ville qui était complètement assiégée, ils sont venus dans des véhicules spéciaux et certains portaient des uniformes militaires irakiens. Par conséquent, nous savons tous à quel côté l’EIIL est associé. L’EIIL est une émanation iranienne et le gouvernement veut l’utiliser comme prétexte pour dépeindre la situation comme si elle combattait les terroristes. Mais le véritable terrorisme en Irak est celui de Maliki. Nous avons exprimé notre aversion pour l’EIIL devant Dieu et la communauté internationale. Nous estimons que nous sommes en mesure de mettre fin à tous les gains que l’EIIL dans l’étape qui suivra. Mais notre objectif principal est à présent de détruire la tyrannie de Maliki, ensuite nous nous occuperons de combattre l’EIIL tels que nous l’avons déjà fait auparavant. Tout le monde sait que lorsque les tribus d’Al-Anbar ont commencé leur mouvement, il n’était pas question de l’EIIL. C’est tout simplement des tribus qui se sont levés pour revendiquer leurs droits légitimes. J’insiste que les tribus ne s’arrêteront pas jusqu’à la disparition de la dictature de Maliki.

Q: Qui contrôle Mossoul aujourd’hui?
Cheikh Ali Hatam: Le commandement des tribus révolutionnaires a publié des déclarations officielles à cet égard. L’EIIL et les drapeaux sectaires qu’il a brandit ont pour but de ternir l’image de notre mouvement. Maliki affirme que c’est l’EIIL qui contrôle Mossoul. Il n’en est rien. Plus de deux millions d’Irakiens vivent à Mossoul. Est-il logique de croire que l’EIIL puisse contrôler Mossoul? L’EIIL fait surface dans certaines régions et fait des clips vidéo et des défilés. Ce n’est pas important pour nous. Nous concentrons nos efforts pour mener à bien notre révolution. Ensuite, il sera assez simple de résoudre le problème de l’EIIL.

Q: Dans quelle région se trouvent exactement l’EIIL?
Cheikh Ali Hatam: Ils sont présents dans certaines zones faciles d’accès des provinces. Mais les tribus révolutionnaires, les conseils militaires, les groupes de résistance populaires et d’anciens officiers de l’armée, sont partout en progression. Ces quatre provinces ont été conquises par les tribus et le rôle de l’EIIL est négligeable; peut-on raisonnablement concevoir que Mossoul, la deuxième ville d’Irak, ait été conquise par l’EIIL en une journée?

Q: D’après vous ce sont donc les révolutionnaires qui ont le contrôle des villes tombées.
Cheikh Ali Hatam: En termes d’effectifs, les  forces révolutionnaires sont en constante augmentation. Cette guerre ne s’estompera que lorsque les droits auront été reconnus. Maliki veut écraser les provinces qui se sont rebellées contre sa dictature et cherche à les taxer de terrorisme. Il veut les opposer à la communauté internationale et les pays voisins. Mais rappelons que pendant plus d’un an, avant ces événements, nous avions manifesté pacifiquement dans les rues pour exiger paisiblement nos droits. Ce n’est que plus tard que nous avons été contraints de recourir à la solution militaire. C’est ce que Maliki nous a imposée en nous attaquant par la violence.

Q: Est-ce que vous vous dirigez vers Bagdad?
Cheikh Ali Hatam: Tout d’abord, nous appelons les dirigeants religieux chiites à parler sereinement et sagement. Nous nous ne voulons pas de guerre sectaire. Nous avons libéré des milliers de soldats que nous avons fait prisonnier ces derniers jours. Nous les traitons comme nos frères et nous les libérons. L’EIIL ne libère pas n’importe qui. Par ailleurs, il y a les forces d’élites iraniennes qui sont présentes sur le terrain. Les institutions militaires sont remplies de milices (pro-iraniens) et elles contrôlent ces institutions. Permettez-moi de le dire clairement: notre objectif c’est de renverser Maliki. Nous ne cherchons pas à occuper Bagdad. Malheureusement, dans sa propagande, le gouvernement affirme que l’EIIL veut s’emparer de Bagdad. Cela est faux. Notre premier et dernier objectif est de renverser Maliki. Parce qu’il s’est transformé en un tyran et a renié ses promesses envers les politiciens chiites, sunnites et kurdes. Il a barré la voie à toute forme de compromis (…) Notre guerre n’est pas sectaire et nous ne permettrons pas que la société irakienne soit divisée entre sunnites, chiites et Kurdes. Si les factions politiques rejettent Maliki et respectent nos droits, la situation reviendra à la normale.

Q: Il y a des informations affirmant que les forces iraniennes ont pénétré l’Irak.
Sheikh Ali Hatam: L’Iran mène une politique d’ingérence en Irak et nous sommes préoccupés par d’éventuels plans iraniens pour cibler les sanctuaires chiites à Samara afin de causer des problèmes lorsque les révolutionnaires voudrons entrer à Samara.

Q: Qui a nommé les gouverneurs des provinces de Ninive et de Salahaddin? Est-ce l’EIIL?
Sheikh Ali Hatam: Pensez vous que l’EIIL est familier avec les notions de politique et de démocratie? L’EIIL a d’autres programmes en tête et nous n’avons rien à avoir avec lui. Cependant nous observons que les médias mentionnent sans cesse l’EIIL. Mais il faut également parler des groupes djihadistes iraniens et les groupes chiites extrémistes. L’EIIL et les autres ne peuvent être neutralisés que par les forces tribales. Ce qui est curieux c’est que l’EIIL agit souvent avec des uniformes de l’armée irakienne. Ajoutons que la plupart des attaques menées contre les commandants tribaux sont effectuées par des drones et des missiles américains, pourtant, lorsque ces commandants sont transférés vers d’autres secteurs et que des groupes extrémistes (EIIL) prennent leur place, ils ne sont pas attaqués. C’est assez étonnant!

Q: Est ce que les Pasdaran iranien sont présents en Irak?
Sheikh Ali Hatam: Oui, ils sont présents. Il y a environ un mois, nous avons eu des affrontements avec eux dans la région de Garma et ils ont des pertes. Ils étaient à Ramadi et Garma.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe