lundi, novembre 28, 2022
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceInterview avec Struan Stevenson au sujet du rassemblement « Iran Libre »

Interview avec Struan Stevenson au sujet du rassemblement « Iran Libre »

Interview avec Struan Stevenson au sujet du rassemblement « Iran Libre »

CNRI – L’ancien député Européen Struan Stevenson a été un fervent partisan de la liberté pour le peuple iranien pendant de nombreuses années. Jusqu’à sa retraite en 2014, il a présidé l’Intergroupe (Caucus) de l’association les Amis d’un Iran Libre pendant plus de 10 ans. Durant cette période et les années qui ont suivies, il a participé aux rassemblements annuels « Iran Libre » organisés par la Résistance iranienne chaque année à Paris.

Nous lui avons demandé pourquoi il pense que les rassemblements sont importants pour les iraniens à l’intérieur du pays.

Stevenson: J’ai participé à plusieurs d’entre les grands rassemblements du CNRI à Paris et ai été étonné des foules immenses qui y ont assistés chaque année. L’année dernière, il y avait plus de 100.000 personnes, la plupart d’entre eux venant de la diaspora iranienne du monde entier. Presque chacune de ces personnes ont des proches à l’intérieur de l’Iran, ce qui signifie que le soutien potentiel de l’opposition iranienne est colossal, on en compte des millions. Cela donne un démenti à ceux qui prétendent que l’opposition a peu ou pas de soutien à l’intérieur du pays. Bien sûr, les gens ne peuvent pas déclarer ouvertement leur soutien à l’OMPI / MEK en Iran, étant donné que le faire conduira à une arrestation immédiate, à la torture et à l’exécution.

Néanmoins, un réseau actif de courageux membres et sympathisants de l’OMPI en Iran et même au sein des institutions gouvernementales continue de tenir l’Occident informé des activités nucléaires et militaires clandestines des Gardiens de la Révolution iranienne (pasdaran) et des Force Al-Qods, au grand péril de leur propre sécurité et sûreté. Nous leur devons beaucoup en Occident, notamment qu’ils ont été les premiers à nous alerter sur le programme nucléaire des mollahs en Août 2002. Nous devrions apporter notre soutien total à l’opposition iranienne au lieu de faire de sordides accords avec les mollahs et leur régime meurtrier.

Question de la part de ncr-iran.org: L’ancien maire de New York, Rudy Giuliani, a affirmé lors de l’un de ces grands rassemblements que le nombre total de participants à la Convention américaine nationale des Républicains et aux Conventions nationales du parti démocrate est inférieur au nombre de personnes qui participent aux réunions annuelles de la Résistance iranienne. Comment un mouvement d’opposition peut-il avoir la force d’organiser une telle réunion ?

Rudy Giuliani a tout à fait raison. Il est l’une des nombreuses personnalités éminentes et de renommée internationale qui prennent la parole à la rencontre annuelle du CNRI à Paris. Après avoir assisté à plusieurs de ces événements, je ne cesse d’être dépassé par l’ampleur de la foule qui vient de tous les coins du monde pour montrer son soutien total au seul mouvement d’opposition viable qui promet de restaurer la paix, la justice, la démocratie, les droits de l’Homme, les droits des femmes, une fin à la peine de mort et l’abolition des armes nucléaires, à cette nation opprimée et assiégée. La force de ce mouvement d’opposition est une indication claire qu’ils sont une alternative aux mollahs qui sont au pouvoir et devraient être reconnus comme tels par nos gouvernements.

Question : Comment évaluez-vous la situation de l’Iran un an après l’accord nucléaire ? Pensez-vous que Téhéran est plus faible ou plus fort ?

En ce qui concerne l’accord nucléaire, bien que nous condamnions les concessions accordées au régime et la levée de la plupart des sanctions, nous reconnaissons également que cet accord a créé une crise interne importante et une lutte au sein de la clique au pouvoir, ce qui a considérablement affaibli le régime. Bien sûr, nous saluons également le fait que la capacité du régime à fabriquer une bombe nucléaire ait vraiment diminué. Mais il est important de rappeler à l’Occident que la levée des sanctions et la libération des avoirs gelés, malgré l’optimisme de l’Occident, n’a pas abouti à des avantages pour la population iranienne. Au contraire, au lieu que l’argent soit utilisé pour le bien-être du peuple, il a en effet été utilisé pour financer le terrorisme, soutenir la guerre civile permanente et sanglante de Bachar el- Assad ainsi que d’autres projets militaires terroristes et sectaires en Irak et dans tout le Moyen-Orient.

Question: Quelles mesures concrètes les gouvernements Occidentaux peuvent-ils prendre pour soutenir l’institution de la démocratie en Iran ?

Cela fait longtemps que nous nous sommes éveillés au fait que tant que les mollahs resteront au pouvoir, il n’y aura aucune possibilité de paix au Moyen-Orient. Federica Mogherini, la Haute représentante de l’UE pour les affaires étrangères et la sécurité, devrait mettre fin à son approche de statu quo envers Téhéran. Elle devrait crier de colère et de condamnation à l’égard de la violation des droits de l’Homme qui a quotidiennement lieu dans ce pays. L’Occident devrait dialoguer avec la coalition politique qu’est le CNRI, plutôt que de tergiverser avec les mollahs de Téhéran. Le CNRI, sous le leadership inspirant de Mme Maryam Rajavi, offre le meilleur espoir possible pour la paix et la stabilité dans la région.

Une des forces importantes du CNRI est l’Organisation des Moudjahidine du Peuple d’Iran (OMPI) qui croit en un Islam démocratique et tolérant, et qui a courageusement lutté contre le fondamentalisme et la violence. La vision de l’OMPI de la démocratie, des droits de l’homme, des droits des femmes, de l’abolition de la peine de mort, de l’abolition des armes nucléaires et de la non-ingérence dans les affaires d’autres pays est sûrement la seule voie à suivre pour l’Iran et sa population assiégée et opprimée. L’Occident devrait imposer des sanctions internationales en ce qui concerne les violations des droits de l’Homme. Ces actions pourraient conduire à briser le climat de peur et de terreur, puis finalement conduire à un autre soulèvement qui pourrait renverser le régime fasciste des mollahs et restaurer la démocratie en Iran.

Struan Stevenson était un eurodéputé conservateur représentant l’Ecosse au Parlement Européen de 1999 jusqu’à sa retraite en 2014. Il a présidé l’Intergroupe (Caucus) de l’association les Amis d’un Iran Libre au Parlement Européen depuis plus de 10 ans. Il a été président de la délégation du Parlement pour les relations avec l’Irak de 2009 à 2014. Il est actuellement président de l’Association Européenne Iraqi Freedom (AEIF).

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe