vendredi, février 3, 2023
AccueilActualitésActualités: Terrorisme & intégrismeInquiet d’une fronde populaire, Téhéran mobilise 260 mille agents pour la sécurité...

Inquiet d’une fronde populaire, Téhéran mobilise 260 mille agents pour la sécurité de l’élection en Iran

Inquiet d’une fronde populaire, Téhéran mobilise 260 mille agents pour la sécurité de l’élection en Iran

CNRI – Craignant l’éventualité d’une fronde populaire le jour de l’élection, l’adjoint à la sécurité du ministère iranien de l’Intérieur a déclaré : « Plus de 260 000 personnes » assureront la sécurité lors de l’élection présidentielle, et des « renforts » seront fournis par le biais des Gardiens de la révolution (pasdaran).

Dans la soirée du 11 mai, Hossein Zolfaqari, l’adjoint de la police de sécurité au ministère de l’Intérieur, a déclaré : « Les services militaires, de renseignement, d’application de la loi, de justice et de radiodiffusion » font partie du personnel électoral.

Selon ce responsable du régime islamiste, les « initiatives de sécurité et l’application de la loi sont spécialement préparées par la police », tandis que d’autres « initiatives auront lieu au siège de la sécurité. De plus, des renforts nécessaires pour aider les bureaux de vote seront fournis pour appuyer la police, grâce aux personnels des forces armées et des pasdaran ». Il a également déclaré qu’à l’approche de l’élection, « nous renforcerons la sécurité des frontières du pays ».

Selon ce responsable, le pouvoir judiciaire du pays va assigner un juge spécial pour établir des règles légales selon lesquelles « les forces de sécurité, les forces paramilitaires et de sécurité des pasdaran n’auront aucun problème aux points de contrôle ». Zolfaghari a déclaré que le processus consistant à sécuriser l’élection se « renforcera » la semaine prochaine. Le douzième tour du simulacre d’élection présidentielle aura lieu en Iran le 19 mai.

L’adjoint à la sécurité du ministère de l’Intérieur du régime a déclaré, dans une autre partie de sa conférence de presse, que « le cyberespace sera quotidiennement surveillé » et des « prédictions » sur les « plans et mouvements possibles de groupes spécifiques » ont été réalisées.

L’un des commandants des pasdaran associé à l’élection présidentielle a également déclaré : « Le cyberespace sera entièrement surveillé » au début du mois d’avril. Mohammad-Jaafar Montazeri, Procureur général du régime, a récemment déclaré : « L’ennemi veut influencer et saper l’élection par le biais du cyberespace en publiant de fausses informations et des mensonges ». Lors de son dernier discours, le 12 mai, Khamenei, le Guide Suprême du régime, a déclaré : « l’ennemi » veut « créer de l’insécurité et des conflits » en Iran ainsi que des « troubles » et des « frondes sociales ». Il a menacé de « giffler » (réprimer) sévèrement ceux qui perturbent la « sécurité ».

Dans un discours à l’Université « Imam Hussein », en faisant référence à l’élection présidentielle du 19 mai, Khamenei a déclaré : Si les gens « violent les lois, provoquent des révoltes ou donnent de l’espoir à l’ennemi, alors l’élection sera préjudiciable pour nous tous. »

à mesure que le jour du scrutin s’approche, les responsables islamistes alertent la population sur les dangers du cyberespace, car ils estiment que la sécurité du régime en est menacée.

Le régime des mollahs a, pendant des années, été en tête de la liste des pays « censeurs » d’Internet dans le monde. Ilfait également partie des pays décrits comme la « plus grande » prison au monde pour les journalistes.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe