mercredi, février 8, 2023
AccueilActualitésActualités: EconomieIncertitudes dans les relations économiques avec l’Iran

Incertitudes dans les relations économiques avec l’Iran

Economiques-iran

Depuis des semaines, le prix du pétrole brut augmente et franchi la barre des 80 $US le baril. Cette hausse est un effet direct de la réduction de la production de près de 2 millions de barils par jour. L’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), ainsi que d’autres producteurs, dont la Russie, s’efforcent d’éliminer les stocks énormes qui se sont accumulés et d’arrêter la chute des prix depuis 2015.

Le marché pétrolier continuera d’afficher de la volatilité, en particulier jusqu’à ce que les conséquences de la décision de Trump de sortir du Plan d’action global conjoint (JCPOA) ou de l’accord nucléaire de 2015 avec l’Iran soient connues.

Il y a près d’un mois, Donald Trump a annoncé qu’il se retirerait de l’accord nucléaire pour plusieurs raisons. Il a déclaré que le comportement du régime des mollahs au Moyen-Orient est inacceptable.

« L’accord a levé les sanctions économiques paralysantes contre l’Iran en échange de très faibles restrictions sur l’activité nucléaire du régime – et aucune limite sur ses autres comportements malveillants, notamment ses sinistres activités en Syrie, au Yémen et ailleurs dans le monde, a-t-il déclaré. En d’autres termes, au moment où les États-Unis avaient un effet de levier maximal, cet accord désastreux a donné à ce régime des milliards de dollars, dont une partie en espèces – un grand embarras pour moi en tant que citoyen et pour tous les citoyens Américains. » Peu de temps après, le prix du pétrole a atteint 80 dollars le baril.

Les sanctions secondaires que Trump impose auront des répercussions sur les entreprises étrangères qui font affaire avec l’Iran. Il y a un délai de grâce de 90 à 180 jours pour que ces entreprises cessent leurs affaires avec l’Iran, après quoi l’Iran risque fort d’être isolé du système bancaire international.

L’UE prend actuellement des dispositions alternatives qui permettront de poursuivre les échanges commerciaux avec l’Iran. Il s’agit de prêts libellés en euros pour couvrir les exportations vers l’Iran. La domination du système financier américain cause des problèmes aux Européens et à d’autres nations dans le monde.

Au lieu de s’efforcer de trouver des moyens légitimes de faire des affaires avec l’Iran, l’UE devrait écouter les protestations de la population iranienne et défendre ses droits fondamentaux qui sont sévèrement bafoués par le régime des mollahs. Aider le peuple iranien à réaliser le changement de régime vers la démocratie sera bénéfique à tous.